Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le bail du Sentier récréatif de Prescott-Russell bénéficie d’un sursis de six mois. Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont conclu jeudi une entente avec l’entreprise VIA Rail Canada afin de prolonger le contrat jusqu’au 30 juin prochain.
Le bail du Sentier récréatif de Prescott-Russell bénéficie d’un sursis de six mois. Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont conclu jeudi une entente avec l’entreprise VIA Rail Canada afin de prolonger le contrat jusqu’au 30 juin prochain.

Le bail du Sentier récréatif de Prescott-Russell prolongé jusqu’en juin

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le bail du Sentier récréatif de Prescott-Russell bénéficie d’un sursis de six mois. Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont conclu jeudi une entente avec l’entreprise VIA Rail Canada afin de prolonger le contrat jusqu’au 30 juin prochain.

Les CUPR espèrent ainsi parvenir à un accord dans les premiers mois de 2021 concernant la vente potentielle du sentier de 72 km qui traverse l’Est ontarien.  

«Cette prolongation donnera non seulement le temps aux deux parties de poursuivre les discussions, mais elle permettra également aux différents clubs de motoneige de l’Est ontarien et aux autres amateurs de loisirs d’hiver à profiter du Sentier récréatif pour cette prochaine saison hivernale» a expliqué le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien. 

En septembre dernier, les CUPR avaient voté en défaveur du renouvellement de l’entente avec VIA Rail, selon l’argument que la prévision des coûts d’entretien et des réparations nécessaires au cours des 10 prochaines années serait trop élevée si l’accord conservait ses modalités actuelles. Un montant de 6 millions $, soit 600 000$ par année, serait nécessaire pour conserver l’état du sentier pour la prochaine décennie. Dans le scénario du renouvellement de la présente entente pour deux ans, VIA s’engageait à débourser 40 000$ annuellement pour le maintien du sentier, trop peu selon les maires. À l’opposé, une résiliation de contrat entraînerait des frais liés aux retraits d’infrastructures allant de 460 000 $ à 3 600 000 $. Les acteurs ont ainsi préféré retourner à la table à dessin afin de travailler sur une possible entente plus avantageuse pour les deux partis. 

«VIA Rail Canada est heureuse de l’entente intervenue avec les CUPR, ce qui constitue une avancée positive pour les deux parties et la région de l’Est ontarien», a précisé Dominique Lemay, Chef de l’exploitation de VIA Rail Canada, par courriel. «C’est une bonne nouvelle pour tous en ces temps de pandémie, où les activités hivernales en plein air sont plus importantes que jamais.»

Les CUPR précisent que les discussions se poursuivront au cours de la période de prolongation de six mois, et les parties prenantes seront informées des décisions au fur et à mesure que des détails seront disponibles.