Dès ce printemps, la Corporation du sentier prévoit mettre sur pieds des comités de citoyens dans chacune des municipalités longeant le sentier soit la Clarence-Rockland, la Nation, Alfred-Plantagenet, Champlain et Hawkesbury Est.

L’avenir du sentier récréatif dépendra des citoyens de Prescott et Russell

L’avenir du Sentier récréatif de Prescott et Russell dépendra grandement des citoyens désireux de le conserver. C’est ce que laisse entendre Serge Joly membre de la Corporation du Sentier récréatif.

« Le sentier, ce n’est pas juste l’affaire de la Corporation et des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR). On veut engager la communauté et surtout les utilisateurs », a-t-il souligné lors d’une entrevue téléphonique. 

Dès ce printemps, la Corporation du sentier prévoit mettre sur pieds des comités de citoyens dans chacune des municipalités longeant le sentier soit la Clarence-Rockland, la Nation, Alfred-Plantagenet, Champlain et Hawkesbury Est.

« On veut créer des comités de citoyens en partenariat avec le bureau de santé de l’est de l’Ontario. Parce que les consultations publiques ont été faites avec le bureau de santé », précise M. Joly. 

L’objectif serait de lancer le projet des comités lors de la tenue de l’assemblée générale annuelle prévue pour le mois d’avril. 

« Ce qu’on espère, c’est que les gens viennent en grand nombre, et que l’on crée les comités de citoyens pour travailler ensemble avec l’aide des utilisateurs du sentier. Si tout le monde met la main à la pâte, peut-être on aura de meilleures chances de le sauver ».

Le mandat des comités demeure pour l’instant à être défini. Certes, la promotion du Sentier figurera en tête de liste. 

Rappelons que pour 2017, le budget du sentier était passé d’environ 240 000 $ à environ 150 000 $. Pour 2018, le budget s’élève à environ 170 000 $.  

« En termes de budget, on est correct jusqu’en 2020. C’est assez restreint et ce n’est pas l’idéal, mais nous n’avons pas le choix de l’accepter », souligne M. Joly ». 

De fait, c’est en 2020 que le bail de location du sentier, qui appartient à VIA Rail, arrivera à terme. Les négociations ont cours depuis un peu plus d’un an maintenant entre les CUPR et VIA Rail. 

« À la corporation, on est encore dans le néant ne sachant pas ce qui va se passer avec le sentier après 2020 », d’ajouter M. Joly.