Le maire de Clarence-Rockland Guy Desjardins

L’Association française des municipalités de l'Ontario offrira un poste au maire de Rockland

Le directeur général de l’AFMO, René Beaulne, a l’intention d’offrir un poste au maire Clarence-Rockland Guy Desjardins au sein de son conseil d’administration.

La proposition de M. Desjardins de retirer Clarence-Rockland de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) afin d’économiser des dollars aux citoyens a fait vivement réagir la communauté francophone au cours des derniers jours. Plutôt que de condamner cette proposition, René Beaulne, a confirmé son intention d’offrir un poste à M. Desjardins lors de leur rencontre de vendredi.

Le directeur général par intérim de l’AFMO affirme que l’organisme pourrait bénéficier d’un membre comme M. Desjardins, maire d’une municipalité majoritairement francophone.

« On a besoin de maires influents comme lui, tant au sein de sa région qu’au sein de sa municipalité. »

Celui-ci déplore le manque d’engagement de la part du conseil municipal de Clarence-Rockland envers l’Association au cours des dernières années. « (M. Desjardins) connaît très bien le travail qui a été fait au sein de l’AFMO depuis qu’il est membre du conseil municipal. Il a toujours été en retrait de l’AFMO, je ne l’ai pas vu souvent aux réunions. »

Maladresse

D’après le directeur général, la proposition du maire Desjardins de se retirer de l’AFMO aurait possiblement été faite « par maladresse ».

« Lors de discussions budgétaires, ça arrive aux maires. Quand tu es rendu que tu parles des toilettes dans les parcs, c’est comprenable. Mais dans ce cas-ci, ce qu’on aimerait rappeler à Guy que l’AFMO a vraiment sa place au sein de l’échiquier. Il le reconnaît, on le sait, je pense que c’est une grosse tempête dans un verre d’eau. »

Difficultés financières résolues

Le trésorier Marc Chénier prévoit que d’ici la prochaine Assemblée générale annuelle de l’AFMO, l’orgnaisation aura complètement effacé sa dette de plus de 150 000 $ qu’elle trainait depuis 2017. Le départ de la directrice générale Jacqueline Noiseux avait fait en sorte que l’Association avait des difficultés à assurer sa gestion. Depuis, ce sont des bénévoles qui s’occupent des dossiers courants. L’augmentation des frais d’abonnement est aussi un élément qui a permis la sauvegarde de l’organisme.

Lors de leur rencontre de vendredi, M. Beaulne entend expliquer au maire de Clarence-Rockland le travail qui a été fait au cours de la dernière année pour tenter de « sauver l’AFMO ». Celui-ci souhaite aussi demander conseil à M. Desjardins. « Depuis que le nouveau gouvernement conservateur a été élu, nous n’avons jamais eu la chance de rencontrer Mme Mulroney. Les rencontres au niveau du ministre de la Justice, côté francophone, on n’en a plus. On en avait une par mois environ, et depuis juin, rien sur le radar. Le lien que je veux faire avec M. Desjardins, c’est que lui, il a eu l’opportunité de parler avec Mme Mulroney, et j’aimerais ça connaître de quelle façon il a réussi à établir ces ponts-là, parce que nous on n’est pas capable de le faire jusqu’à présent. »