Le maire de La Nation, François St-Amour

La Nation vise encore 0 %

Pour une deuxième année de suite, la municipalité de La Nation n’augmentera pas le taux de taxes pour ses résidents. C’est ce qui est au menu alors que la municipalité procédait lundi à sa deuxième rencontre budgétaire.

Ce qui permet toutefois à La Nation de maintenir son taux découle de l’augmentation de la valeur des terres agricoles.

« Parce qu’on est la municipalité avec le plus grand nombre de fermes, nous sommes gagnants dans un sens. Par le passé, les résidences appuyaient plus les municipalités en revenus de taxes, aujourd’hui les terres agricoles ont augmenté beaucoup de valeur. C’est là ou il y a le changement le plus important », a souligné le maire de La Nation, François St-Amour.

De fait, le revenu de taxes des propriétés agricole augmentera de près de 170 000 $. Au niveau résidentiel l’augmentation de l’évaluation foncière se traduira par 305 000 $ de plus en taxes en 2018. Au total, la municipalité obtiendra environ 551 000 $ de plus en revenu de taxes ce qui représente une hausse de 6,65 %.

De son côté, le conseiller Marcel Legault a lancé l’idée d’aller plus loin en diminuant le taux de taxes évoquant le fait qu’au sein des Comtés unis de Prescott et Russell la municipalité de La Nation a le deuxième plus haut taux après la Ville de Hawkesbury. 

Pour la trésorière, Cécile Lortie, l’exercice serait très difficile puisque plusieurs compressions ont déjà été apportées. 

« Comme c’est là, nous avons coupé beaucoup dans les postes et les travaux juste pour nous rendre à zéro. À titre de trésorière, je ne voudrais pas voir le taux baisser parce qu’on a fait beaucoup de coupures », a affirmé Mme Lortie. 

Celle-ci a notamment souligné plusieurs compressions au chapitre des transferts aux réserves de la municipalité.  

« Il ne faut pas oublier aussi que nous avons la plus grande superficie de territoire. On ne peut pas enlever de services parce qu’il faut servir la population équitablement », d’ajouter Mme Lortie. 

L’option d’augmenter la taxe de 1 % a aussi été proposée par le conseiller Marc Laflèche. 

« Il faudrait s’assurer d’avoir de l’argent en cas d’imprévu ou pour en mettre dans les réserves ou dans les chemins », a indiqué M. Laflèche.

Le conseiller Francis Brière, lui, s’oppose à une hausse du taux de taxes jugeant que la municipalité est suffisamment taxée.

« On est déjà très haut au niveau des taxes. On traverse de l’autre côté de la frontière et c’est moins cher. On retire déjà beaucoup de revenus avec la hausse des évaluations des terrains agricoles », a répliqué M. Brière. 

La municipalité tiendra une dernière réunion le 18 décembre où le budget sera présenté pour adoption.