Il se pourrait bien que la Fromagerie St-Albert élargisse ses opérations au cours des prochaines années.

La Fromagerie St-Albert à l’étroit dans ses locaux

Le directeur général de la Fromagerie St-Albert ne fait pas de promesses, mais il se pourrait bien que l’institution est-ontarienne élargisse ses opérations au cours des prochaines années.

« On observe toutes les options possibles », a fait savoir le DG Éric Lafontaine. Ce dernier a confirmé avoir l’intention d’étendre les opérations de la fromagerie, en raison du manque actuel d’espace d’entreposage des produits. Le hic, c’est l’emplacement « complexe » de l’entreprise, à cheval entre la rivière Nation Sud et un petit ruisseau situé à même le terrain. « Nous sommes limités sur notre propre territoire, remarque M. Lafontaine. On essaie de regarder toutes les possibilités, parce que l’électricité est aussi un défi. On ne sait pas non plus si on va agrandir ici ou ailleurs. »

C’est d’ailleurs dans l’éventualité que la fromagerie étende ses opérations à cet endroit que le monument de la francophonie de St-Albert a dû être déplacé de quelque 300 pieds, vers la rivière Nation Sud. Au départ, l’œuvre devait être érigée dans le stationnement de la fromagerie, mais elle sera plutôt installée au bout du cimetière avoisinant, à côté du terrain de l’école élémentaire catholique Saint-Albert.

Ce changement représente une bonne nouvelle, selon le trésorier du comité responsable du monument, François Bazinet. « Ça donne beaucoup plus de possibilités. Avant on avait un bel emplacement, mais on était limité dans l’espace. Maintenant, on l’est moins. Éventuellement on pourra y ajouter un parc, et peut-être même un gazebo. Il y aura suffisamment de place pour planter un arbre ou deux. Mais tout ça à long terme, pour l’instant, on se concentre sur le monument. »

Le monument, d’une valeur approximative de 200 000 $, sera le 17e du genre en province. Il sera inauguré le 25 septembre 2019, à l’occasion de la journée des Franco-Ontariens. Émilie Pelletier, Le Droit