La francophonie brille dans l'Est ontarien

L'Association canadienne-française de l'Ontario (ACFO) de Prescott et Russell a accueilli quatre nouveaux membres à l'Ordre de la Francophonie et remis le Prix jeunesse Tomas-Godfroy à deux jeunes Franco-Ontariens dévoués, samedi soir, dans le cadre du 18e Banquet de la francophonie de Prescott et Russell.
Les six lauréats ont été acclamés par plus de 350 convives réunis au Club Powers de Rockland.
«Toutes les sphères de la francophonie canadienne sont représentées ce soir. Nous sommes rassemblés comme une grande famille francophone», a souligné Nathalie Ladouceur, présidente de l'ACFO de Prescott et Russell.
Les noms de Gilles Fournier, Maurice Godard, Bruno Lecot et Jocelyne Leroux portent désormais à 104 le nombre de membres à l'Ordre de la Francophonie. «J'aime ma francophonie et je tente toujours de le démontrer en défendant le fait français avec autant de passion, d'enthousiasme et d'ardeur qu'il m'est possible en m'impliquant à de multiples niveaux», a déclaré le directeur général de Groupe Action de Prescott-Russell, Gilles Fournier, en acceptant son prix.
Membre fondateur du club Richelieu d'Embrun, Maurice Godard a ensuite été invité au podium.
«Notre jeunesse francophone est le secret de notre succès, a-t-il souligné. Soyons fiers de toutes nos revendications, et partageons nos succès de francophones.»
Pour avoir inculqué à ses élèves et à son personnel l'amour de la langue française à titre d'enseignant et de directeur d'école, Bruno Lecot a aussi été honoré.
«Ma mission de continuer à faire la promotion de ma langue n'est pas terminée. Il y a encore de nombreux projets à compléter», a indiqué M. Lecot, évoquant le Village d'antan franco-ontarien, ou encore le monument franco-ontarien à Hawkesbury.
L'aventure de L'Écho d'un peuple n'aurait pas été si grande sans l'implication de la bénévole Jocelyne Leroux. C'est avec modestie qu'elle a accepté de rejoindre l'Ordre de la francophonie. «ll faut continuer d'impliquer et d'emballer les gens dans la francophonie, que ce soit petit public ou un grand public. Il ne faut pas oublier que l'avenir de la francophonie passe par les jeunes et l'implication bénévole; c'est comme ça qu'on s'enrichit», a fait valoir Mme Leroux.
Jeunes francophones dévoués
En recevant le Prix jeunesse Thomas-Godefroy des 20-35 ans, Julien Lalonde a d'abord parlé de fierté.
«Le message clé que je donne, c'est de ne pas avoir peur de s'afficher et de parler en français, de ne pas avoir peur d'abuser de tous les organismes et centre en place qui font la promotion de la francophonie», a lancé Julien Lalonde. Le prix jeunesse a également été remis à Jean-Sébastien Boyer, s'est également permis une prédiction. «On veut, on peut, on s'unit, on l'aura, notre université franco-ontarienne!»
Université franco-ontarienne
D'ailleurs, le projet d'une université francophone en Ontario a été évoqué à quelques reprises durant la soirée, notamment par l'invité à commencer par le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Maxime Laporte. «Nous souhaitons, dans les prochaines années, appuyer financièrement plusieurs projets porteurs reliés à la promotion du français au Canada, dont celui, bien sûr, de créer enfin une université de langue française, sachant qu'il en existe trois de langue anglaise au Québec.»
Le financement proviendrait de la Fondation Langelier, qui appuie des initiatives des associations francophones hors Québec qui font la promotion de l'usage de la langue française.
Nouveaux membres de l'Ordre de la Francophonie
Gilles Fournier
Maurice Godard
Bruno Lecot
Jocelyne Leroux
Prix jeunesse Tomas-Godfroy
Julien Lalonde
Jean-Sébastien Boyer