L’avocat Ronald Caza s’est adressé aux personnes présentes à la réunion de jeudi soir.

La communauté devra investir 225 000 $

La communauté du canton de Champlain et des environs devra contribuer un montant d’environ 225 000 $ pour appuyer Action Champlain dans les procédures devant la Commission des affaires municipales de l’Ontario (CAMO). Ces procédures ont comme objectif ultime d’empêcher la construction d’une cimenterie de Colacem Canada à L’Orignal.

Le mouvement d’opposition Action Champlain a présenté les chiffres mercredi soir dans le cadre d’une assemblée publique qui a attiré près de 200 personnes. La soirée a été animée par les avocats Ronald Caza et Gabriel Poliquin, l’expert en chef, George McKibbon ainsi qu’André Chabot, d’Action Champlain.

Rappelons que le conseil municipal de Champlain avait déjà annoncé une contribution de l’ordre de 50 000 $. Dès lors, il en coûtera au total environ 275 000 $ en frais d’avocats et d’expertise pour bien préparer le dossier et le présenter devant la CAMO. Du montant total, 100 000 $ sera consacré aux experts et 175 000 $ iront aux avocats.

« Action Champlain doit prendre une décision et celle-ci sera basée entièrement sur les fonds. Si nous n’amassons pas cet argent, nous ne pouvons pas dire aux avocats de procédé », a fait valoir André Chabot, membre d’Action Champlain.

La rencontre de jeudi devait servir à convaincre les citoyens d’investir dans la cause. Bien que l’avocat Ronald Caza ne puisse garantir une victoire, celui-ci maintient que les arguments sont solides.

« J’ai vu ce que les experts et nous pouvons faire. Je dis oui, c’est un projet dans lequel vous devriez investir, car les retombées sont énormes. Il n’y a pas de garantie sauf celle-ci: si vous n’investissez pas, vous perdez automatiquement. Vous avez de très bonnes chances et c’est suffisant », a souligné Me Caza.

Le montant nécessaire devra être récolté d’ici la fin du mois de mai. C’est à ce moment qu’aura lieu l’échange de témoignage et de rapport d’expert entre les deux partis. L’audience devant la CAMO se tiendra ensuite 4 septembre au 12 octobre.

« Ça va prendre du temps parce qu’il y aura plusieurs présentations d’experts, à préciser Me Poliquin. La compagnie Colacem aura beaucoup d’experts et nous aussi. Ça va être un long débat ».