La bibliothèque de St-Albert menacée

L'histoire de la bibliothèque de St-Albert pourrait connaître son dernier chapitre. La municipalité La Nation songe sérieusement à mettre la clef sous la porte de sa succursale située à l'École élémentaire catholique Saint-Albert, en raison des compressions budgétaires.
La hausse des frais liés aux services policiers et la réduction des subventions provinciales forcent la municipalité à faire des choix difficiles, explique le maire de la municipalité.
«Nous allons garder la bibliothèque de St-Albert ouverte jusqu'à la fin de l'année scolaire, mais ensuite, nous allons fort probablement devoir fermer la bibliothèque de St-Albert, même si nous n'avons pas encore de date», a déclaré le maire de La Nation, François St-Amour.
C'est que la municipalité doit se conformer aux nouvelles lois sur l'accessibilité. Des investissements seraient donc nécessaires.
«Il y a qu'une cinquantaine d'élèves à l'école de St-Albert. Nous ne savons pas si le Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO) va garder l'institution en opération encore longtemps. Allons-nous investir pour un établissement qui va fermer?», souligne le maire St-Amour.
De son côté, le CSDCEO se fait rassurant.
«La viabilité de l'école élémentaire catholique Saint-Albert n'a jamais été mise en cause. Il n'y a pas de plan de fermeture. Cela n'a jamais fait partie de nos discussions à l'interne», a déclaré le surintendant des affaires du CSDCEO, Martin Lavigne.
La Nation compte trois succursales de sa bibliothèque municipale sur son territoire. Dans l'éventualité d'une fermeture de sa station de St-Albert, la municipalité La Nation songe à renouer les liens avec sa voisine, Casselman.
Il y a quelques années, les deux municipalités avaient conclu un partenariat qui permettait un libre accès aux bibliothèques. Cette entente a été résiliée sous l'ancien conseil municipal de Casselman qui exigeait une contribution financière pour l'accès à ses bibliothèques.