Le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin

Investissements dans le réseau cellulaire de l'Est ontarien

Ottawa injectera jusqu’à 71 millions $ pour améliorer le réseau cellulaire de l’Est ontarien, a annoncé le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, jeudi.

Ce projet de 213 millions $ permettra d’améliorer la couverture mobile des territoires compris entre Toronto et la frontière à l’Est de la province, d’une superficie totale de 50 000 kilomètres carrés.

La première phase du projet comprendra la construction de plus de 300 nouvelles tours de télécommunications et de 32 points d’accès Internet locaux supplémentaires. La deuxième étape sera de cerner les « lacunes en matière de capacité découlant de la forte circulation des utilisateurs ». Cette phase servira aussi à moderniser l’équipement pour réduire la surcharge du réseau et d’améliorer le service.

Selon les responsables du projet, plus de 1,1 million de résidents de 102 collectivités majoritairement rurales pourront profiter de l’amélioration de la couverture mobile.

Le gouvernement de l’Ontario versera lui aussi 71 millions $ et le Eastern Ontario Wardens’ Caucus (EOWC) octroiera 10 millions de dollars pour le projet. Le reste du financement sera assuré par des partenaires privés.

Lors de l’annonce, le député Drouin s’est dit heureux de la collaboration entre les dirigeants municipaux, « anciens et actuels », et de voir avancer ce « projet majeur ».

« Le manque de couverture cellulaire est un problème récurrent depuis de nombreuses années dans l’est de l’Ontario. »

Ce projet permettra de pallier les disparités dans les services mobiles et d’améliorer « la croissance économique, la qualité de vie et la sécurité publique », juge le président du RREO, J. Murray Jones.

À certains endroits dans les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR), il est encore difficile de faire un appel téléphonique. Lors d’un récent entretien avec Le Droit, le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien, avait déploré qu’« en 2019, on ne devrait pas être dans une situation où on n’est même pas capable d’appeler le 9-1-1 si on a un problème ».

Depuis plusieurs années, des entrepreneurs de la région se désolent de ne pas pouvoir accroître leurs entreprises en raison du manque de connectivité et du manque d’accès à un meilleur réseau.

Le sujet a d’ailleurs fait partie des principaux enjeux lors des dernières élections municipales, en octobre dernier.

Les premiers travaux de construction du réseau devraient être lancés dès le deuxième semestre de 2020.