Le vice-président et directeur général d’Ivaco Rolling Mills, Joe Olenick.

Investissement majeur du fédéral dans Ivaco

Le gouvernement fédéral investit 18 millions $ dans trois usines de production d’acier détenues par Heico Canada. Cette annonce inclut l’usine Ivaco Rolling Mills, à L’Orignal, où une cinquantaine de postes ont été abolis en avril dernier.

Cette subvention, qui a été confirmée jeudi, permettra la création de 86 emplois et le maintien de plus de 1300 autres emplois au pays. Les fonds seront distribués aux établissements de Laminoir Ivaco et du Groupe des Trefileries Sivaco, situés à L’Orignal et à Ingersoll en Ontario, ainsi qu’à Marieville, au Québec.

En avril, Ivaco Rolling Mills, une entreprise établie à L’Orignal depuis 45 ans, avait aboli 50 emplois afin de réduire la production de l’usine, spécialisée dans l’industrie de l’acier. Dans la foulée de la ratification du nouvel Accord entre le Canada, les États-Unis et le Mexique (ACEUM), l’administration Trump avait imposé de droits de douane sur les produits de l’acier et de l’aluminium. Ces mesures ont eu un impact colossal sur l’industrie canadienne de l’acier.

À lire aussi : https://www.ledroit.com/affaires/50-emplois-perdus-a-lusine-ivaco-rolling-mills-a-lorignal-3f8e3331b0c471bc81c9a607d7374bbd

Le vice-président et directeur général d’Ivaco Rolling Mills, Joe Olenick, espère pouvoir récupérer toute la main-d’œuvre qu’il avait perdue il y a quelques mois.

Ce dernier croit qu’il faudra du temps pour que l’engrenage se remette pleinement en marche, mais il est confiant. « Le marché boursier ne va pas très bien, alors espérons que les acheteurs ne soient pas trop pessimistes. Le plus important, c’est la qualité de notre acier, c’est ce qui nous a permis de demeurer en affaires. »

De meilleurs produits pour s’adapter au marché

L’investissement fédéral s’intègre à un projet de 50,7 millions $ de Heico Canada qui a aussi pour objectif de diversifier sa gamme de produits et de réduire de 10 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES).

M. Olenick affirme que produire de l’acier « plus propre » fera bondir son entreprise vers l’avenir. « Nous allons pouvoir pénétrer de tout nouveaux marchés », s’est-il exclamé.

L’industrie de l’acier est confrontée à de nombreux défis, notamment à une « surcapacité globale », a noté la présidente de l’Association canadienne des producteurs d’acier, Catherine Cobden. Cette dernière souligne que pour conserver leurs parts du marché, les producteurs d’acier canadiens « doivent s’assurer que leurs produits soient le plus innovateurs que possible ».

Le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, qui a annoncé l’investissement, a fait remarquer que l’impact fiscal direct de l’entreprise est de 13 % sur la municipalité de Champlain. « On travaille sur ce financement depuis février, avec l’équipe d’Ivaco, Joe, tout le monde. Ça démontre un engagement de l’entreprise à rester ici à long terme. Ivaco est sensible aux échanges commerciaux et aux impacts économiques mondiaux, mais là on a une garantie que 86 emplois seront créés. »