Inscriptions en hausse au Collège d'Alfred

Le Collège d'Alfred a enregistré un nombre important d'inscriptions pour la prochaine année scolaire. Le seul collège francophone spécialisé en agriculture de l'Ontario, qui a récemment évité la fermeture, comptera quelque 130 élèves en septembre, un sommet depuis 2008.
Les chiffres parlent d'eux-mêmes et donnent raison à la communauté franco-ontarienne qui s'est levée pour la survie de l'institution, soutient le président du conseil communautaire du Collège d'Alfred, Tom Manley. «Ça confirme qu'il y a un besoin [...] et de l'intérêt», note le leader de l'organisation chargée de la relance du collège.
L'institution a notamment remarqué une hausse des inscriptions pour son programme de technologie agricole, maintenant offert sous l'égide du Collège Boréal. Une cohorte d'au moins 76 étudiants est attendue cet automne, le nombre le plus élevé depuis 2008.
En mars dernier, l'Université de Guelph annonçait qu'elle mettait un terme aux programmes d'enseignement offerts dans ses campus d'Alfred et de Kemptville (son cousin anglophone) pour des raisons financières.
Mais la communauté franco-ontarienne s'est rapidement unie pour mettre en place un plan de sauvetage. La Cité a accepté à pied levé d'offrir le programme de nutrition, diététique et sciences des aliments aux étudiants d'Alfred, alors que le Collège Boréal s'est engagé à se charger des techniques de soins vétérinaires et de technologie agricole.
Les trois principaux programmes offerts Collège d'Alfred sont ainsi maintenus.
La population sensibilisée
Le président du conseil communautaire attribue une part de l'augmentation des inscriptions à la saga sur l'avenir du collège et, surtout, à la solidarité des Franco-Ontariens. «Nous avons eu, malgré nous, une certaine publicité avec toute cette affaire de fermeture. La communauté franco-ontarienne s'est engagée et tout ce mouvement nous a donné une certaine visibilité», estime M. Manley.
La situation du collège reste cependant incertaine, puisqu'aucun plan à long terme n'a encore été déposé.
L'Ontario a mandaté deux médiateurs pour encadrer les discussions entourant la relance des collèges d'Alfred et de Kemptville. Ils sont présentement à l'oeuvre après plusieurs semaines d'arrêt en raison des élections provinciales.
Le conseil communautaire du Collège d'Alfred a déjà indiqué qu'il voulait un type de gouvernance qui donnerait à l'établissement une certaine indépendance. Le regroupement penche pour un modèle d'affaires qui ferait du Collège d'Alfred un «institut autonome avec affiliés», un peu comme c'est le cas présentement, avec des partenaires comme La Cité et le Collège Boréal.
Une rencontre entre tous les acteurs du dossier est prévue en août prochain.