Les risques d’inondations majeures demeurent peu probables et la crue des eaux sous contrôle à l’heure actuelle dans l’Est ontarien, confirme l’organisation de la Conservation de la Nation Sud.
Les risques d’inondations majeures demeurent peu probables et la crue des eaux sous contrôle à l’heure actuelle dans l’Est ontarien, confirme l’organisation de la Conservation de la Nation Sud.

Inondations: l’Est ontarien épargné pour l’instant

Les risques d’inondations majeures demeurent peu probables et la crue des eaux sous contrôle à l’heure actuelle dans l’Est ontarien, confirme l’organisation de la Conservation de la Nation Sud.

Selon l’organisme, les niveaux dans la rivière des Outaouais devraient atteindre ceux observés en mai 2018. La CNS prévoit que les niveaux d’eau augmenteront progressivement au cours de la semaine à venir à la suite de la pluie reçue au cours des derniers jours. Cependant, elle affirme qu’«aucune inondation majeure n’est attendue pour le moment. Les personnes qui vivent dans ces zones sujettes aux inondations, historiquement sensibles aux inondations, devraient [par contre] s’attendre à des inondations mineures et nuisibles.»

Les municipalités aux aguets

Plusieurs municipalités de l’Est ontarien ne peuvent qu’espérer que les prévisions de la CNS s’avèrent véridiques. «Ça monte un peu, mais il y a des experts qui vérifient. Ils disent que c’est le même niveau ou un petit peu plus haut que 2018. En espérant que leurs estimations soient justes», souhaite Normand Riopel, maire du canton de Champlain.

Même si la crue des eaux n’est pas inquiétante pour l’instant, les municipalités assurent qu’elles demeurent préparées. Les maires soulignent qu’après deux années d’inondations, ils n’ont plus le choix que de prendre les mesures de prévention en conséquence. «On a 8000 sacs vides en inventaire, on est quand même prêts. On apprend des deux premières fois», souligne Stéphane Sarrazin, maire du canton d’Alfred et Plantagenet.

Pour sa part, la Cité de Clarence-Rockland affirme également qu’elle n’envisage pas faire face à une inondation printanière importante cette année, mais dans l’éventualité d’un changement de situation, elle bénéficiera de l’expérience acquise lors des situations d’urgence de 2017 et 2019. La Cité souhaite aussi rassurer ses résidents qu’elle a plus que suffisamment de sacs de sable entreposés dans ses installations afin de faire face à toute situation d’inondation.

Des inondations à l’ère de la COVID-19

Dans la mesure où la crue deviendrait soudainement menaçante, la gestion de la montée des cours d’eau présenterait un défi supplémentaire dans un contexte de pandémie. Stéphane Sarrazin mentionne que les mesures de prévention devraient être prises par les résidents eux-mêmes le plus possible, mais affirme que les services d’urgence sont prêts. Le contexte de pandémie oblige toutefois la municipalité à limiter les interventions. «C’est sûr qu’on ne laissera jamais des personnes en danger, notre service d’incendie est prêt à répondre, mais en cas d’urgence seulement.»

Monsieur Riopel, pour sa part, bien qu’il se dise prêt à faire face à de possibles inondations, ne peut qu’espérer que ses résidents soient épargnés cette année. À cause de la pandémie de la COVID-19, la situation serait d’autant plus préoccupante et complexe à gérer. «C’est ta vie ou c’est ta maison. C’est dur.»

En date du 14 avril, 62 cas ont été répertoriés en lien avec la COVID-19 sur le territoire du Bureau de santé de l’Est de l’Ontario et toujours aucun décès n’a été rapporté.