« [...] C'est triste et ce n'est pas acceptable », a lancé la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, en réaction au rapport mensuel des services sociaux.

Hawkesbury approuve les rénovations à la Maison de l'île

Plus d'un an après avoir reçu une subvention de 150 000$ de la Fondation Trillium, le Centre culturel Le Chenail va de l'avant avec la rénovation de la Maison de l'île à Hawkesbury.
Le conseil municipal de Hawkesbury a approuvé, lundi, les travaux proposés par le Centre culturel, locataire de l'édifice vieux de 185 ans. La directrice générale du Chenail, Lynda Clouette-Mackay, était accompagnée d'Antonio Tsourounakis, membre de l'administration, pour présenter un résumé des travaux au conseil. 
Parmi les changements majeurs qui seront apportés, il y a notamment l'élargissement de l'ouverture du mur centrale entre les deux salles principales de l'édifice. Cette modification est jugée nécessaire pour permettre au Centre culturel de présenter entre autres des spectacles devant un plus grand public.  Cette modification permettra d'augmenter d'environ 20% l'espace. 
Les autres travaux comprennent la construction d'une pièce au-dessus de la terrasse existante à l'extérieur ainsi que l'extension de la terrasse adjacente à la salle de paie. Le plancher au rez-de-chaussée sera également refait.
Les travaux devraient débuter vers la fin du mois de juin pour être exécutés vers le début du mois de décembre.
Pour Lynda Clouette-Mackay, il s'agit du couronnement de plus de deux ans de travail. 
«Finalement. On va pouvoir commencer. Tout a été analysé par la Ville et on va de l'avant», à-t-elle souligné. 
La mairesse de Hawkesbury Jeanne Charlebois à également féliciter le travail effectué. 
Rappelons que le processus menant aux travaux de rénovation avait été ralenti par plusieurs démêlés entre le Centre culturel et la Ville. Le conflit s'était même transporté devant les tribunaux alors que la Ville souhaitait évincer le Centre culturel de la Maison de l'Île. Le Centre culturel avait obtenu gain de cause. 
Par la suite, le conseil municipal avait également freiné le début des travaux afin d'obtenir un rapport détaillé de ceux-ci et délivrer un permis de construction.
«C'était un malentendu, explique Mme Clouette-Mackay. Je pense qu'il y avait un peu d'appréhension au conseil notamment en sachant qu'on modifiait un mur. Finalement, le conseil a vu que c'était vraiment pour améliorer la Maison de l'Île et qu'on économisait 150 000$ aux contribuables».