Pour le conseiller municipal Mario Zanth, il s'agit du pire budget auquel il a fait face depuis 2014.

Hausse possible de taxes de 3,51 % à Clarence-Rockland

Le conseil municipal de Clarence-Rockland a révisé à la hausse son budget pour l’année 2019, mardi. Les résidents de la municipalité est-ontarienne pourraient subir une augmentation de 3,51 % de leurs taxes foncières.

Si les élus votent en faveur de cette révision de budget lors de la prochaine réunion du Comité plénier, les citoyens de Clarence-Rockland verront leurs taxes augmenter de près de 685 000 $. 

Le conseiller municipal Mario Zanth a déjà fait savoir au maire qu’il voterait contre cette augmentation si l’administration n’y apporte aucun changement. Celui-ci affirme que c’est le pire budget auquel il a fait face depuis son élection, en 2014. 

M. Zanth déplore l’inaction de l’administration, en soutenant qu’il aurait préféré que des postes municipaux soient éliminés, plutôt que de mettre la hache dans les différents services. « C’est frustrant parce que si on est rendu à couper même les toilettes dans les parcs et à couper dans le service de déneigement, c’est quoi, on va demander aux citoyens de pelleter dans les rues l’an prochain ? Je ne vois pas l’administration nous amener un plan. On doit vraiment regarder de A à Z comment repenser les budgets. »

La révision du budget appelle à trancher 250 000 $ dans les services de déneigement. 

Le Service d’incendie affecté

Par ailleurs, le Service des incendies de Clarence-Rockland pourrait prendre un coup si le conseil approuve le budget. Actuellement, 75 pompiers volontaires sont au service des citoyens, mais il se pourrait que l’un d’entre eux soit remercié. Le directeur du Service des incendies Brian Wilson recommandait pourtant l’augmentation du nombre de pompiers afin de parer à la demande de la population grandissante dans la région. 

En 2018, les pompiers volontaires de la Cité ont éteint 15 feux. 

Le budget suggère aussi l’élimination du programme de porte-à-porte du Service des incendies, qui permet aux pompiers de vérifier que les systèmes d’alarme résidentiels fonctionnent correctement. « 50 % des personnes visitées lors de ce programme ont des alarmes défectueuses qui ne sonneraient pas en cas d’urgence », révèle Brian Wilson. 

Le conseil pourrait également mettre sur pause un projet permettant l’entraînement des pompiers à même la région. L’intention était d’installer un conteneur en tôle dans lequel les pompiers auraient pu se pratiquer à éteindre des feux. Actuellement, les pompiers de la région de Prescott et Russell doivent se déplacer à Ottawa pour ce type d’entraînement, ce qui entraîne des coûts quotidiens de 1000 $. Ce projet devrait être revu en 2020. 

Bien que M. Wilson se dit « empathique à la situation difficile dans laquelle se trouvent les membres du conseil », le conseiller Zanth lui s’inquiète de la direction vers laquelle se dirige cette révision du budget. « Couper dans les services d’urgence, ce n’est pas la bonne chose à faire. »

Quitter l’AFMO ? 

Clarence-Rockland est membre de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO). Lors de la dernière réunion du conseil, le maire Guy Desjardins s’est interrogé sur l’efficacité de cette association pour sa Cité. Dans l’Est ontarien, les huit municipalités membres des Comtés unis de Prescott-Russell en font partie, de même que les villes d’Ottawa, de Cornwall et de Stormont Nord. 

D’après le trésorier Frédéric Desnoyers, l’abonnement annuel à l’AFMO coûterait quelque 2700 $ à la municipalité. Puisque ces frais ont déjà été déboursés pour cette année, le maire affirme qu’il aimerait revoir la possibilité de s’y retirer l’an prochain. Aux dires de M. Desjardins, l’Association des municipalités de l’Ontario (AMO) est davantage utile pour Clarence-Rockland. 

Le conseil municipal devra prendre sa décision concernant le budget lors de la prochaine réunion du Comité plénier, le 4 février.