Les jeunes de plusieurs municipalités de l’Est ontarien pourront enfiler leurs plus beaux costumes pour la traditionnelle collecte de bonbons à l’occasion de la fête de l’Halloween.
Les jeunes de plusieurs municipalités de l’Est ontarien pourront enfiler leurs plus beaux costumes pour la traditionnelle collecte de bonbons à l’occasion de la fête de l’Halloween.

Halloween dans l’Est ontarien: statu quo dans plusieurs municipalités

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Casselman semble être la seule municipalité des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) à officiellement faire une croix sur la fête de l’Halloween... pour l’instant. C’est du moins ce qu’ont confirmé des maires des CUPR contactés par Le Droit

« Ce n’est pas dans mon intention d’annuler d’Halloween », a affirmé le maire de la municipalité de Champlain, Normand Riopel. 

« C’est comme dire qu’on annule le père Noël. On ne se fera pas aimer ! » Selon M. Riopel, il faut plutôt mettre en place certains barèmes, tout en misant sur la bonne foi des gens. 

« Les gens qui donnent des bonbons, on va plutôt leur demander d’en donner le moins possible et de les mettre dans des sacs sur leur perron. » Son homologue de la municipalité de La Nation, François St-Amour, abonde dans le même sens, précisant que le dire est une chose, le faire concrètement, c’en est une autre. 

« Je ne crois pas que c’est une possibilité d’annuler une fête. On peut passer des [règlements], mais encore faut-il les faire respecter. »

La municipalité d’Alfred et Plantagenet, le canton de Russell et la ville de Hawkesbury, pour leur part, croient que la décision devrait venir du Bureau de santé de l’est de l’Ontario et attendent des directives officielles de la Santé publique avant de prendre une décision finale. 


« C’est triste même pour nous. On a tous des enfants et des petits-enfants. Mais on ne veut pas arriver à Noël et devoir annuler tout ça aussi. »
Daniel Lafleur

En date de vendredi matin, le BSEO n’avait pas encore émis de directives écrites précises quant à la soirée du 31 octobre dans l’Est ontarien. 

À la Cité de Clarence-Rockland, le maire, Guy Desjardins, avise dans son cas qu’aucune décision n’a été prise, mais que si les activités de l’Halloween ne sont pas annulées officiellement, elles ne seront pas pour autant favorisées. 

« Je vais demander aux gens de décourager le porte-à-porte et les événements, mais on n’enverra pas non plus les agents de réglementation », précise-t-il.

Plusieurs maires indiquent d’ailleurs qu’une décision plus officielle pourrait être prise lors de leurs prochains conseils municipaux respectifs qui se tiendront ultérieurement. 

Seule à contre-courant, la municipalité de Casselman s’est pourtant résignée à trancher avant même les consignes de la Santé publique régionale. Rappelons que la décision a été votée à l’unanimité par les membres du conseil de ville mardi soir. « À Casselman, on a énormément de gens qui viennent de l’extérieur [pour l’Halloween] et on ne veut pas ça », a précisé le maire, Daniel Lafleur. 

« C’est triste même pour nous. On a tous des enfants et des petits-enfants. Mais on ne veut pas arriver à Noël et devoir annuler tout ça aussi », explique-t-il. 

La médecin hygiéniste en chef du Canada, la Dre Theresa Tam, avait jugé en début de semaine que la collecte de bonbons pourrait toujours se faire au pays en respectant les mesures sanitaires, mais qu’il s’agit au final d’une décision des provinces et des municipalités. 

En Ontario, le gouvernement de Doug Ford préfère pour l’instant ne pas se mouiller et attend toujours les recommandations du médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr David Williams, avant de statuer.