Certains agriculteurs de l'Est ontarien ne s'attendaient pas à ce que la grève du CN se termine aussi rapidement.

Fin de la pénurie de propane: les agriculteurs de l'Est ontarien soulagés

Inquiet depuis les dernières semaines en raison des conditions difficiles engendrées par la météo et par la pénurie de propane causée par la grève des employés du CN, Marc Quesnel, un agriculteur de l’Est ontarien, se dit très soulagé que le conflit entre l’entreprise ferroviaire et son syndicat se soit réglé aussi rapidement.

Une entente de principe a été conclue entre la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC) et le Canadien National (CN), mardi, pour renouveler la convention collective des employés du rail, qui étaient en grève depuis une semaine. 

Les livraisons par rail reprendront leur horaire normal dès mercredi, à 6 h.

À LIRE AUSSI : Entente de principe au CN [VIDÉO]

« On ne s’attendait pas à ce que la grève se règle si vite », affirme M. Quesnel, qui pourra enfin retourner à ses récoltes de maïs. 

Avec la neige qui est tombée de façon hâtive au début du mois de novembre, les agriculteurs ont dû ralentir leurs opérations, puisqu’il est impossible de cueillir certains types de plantes lorsqu’elles en sont recouvertes. La grève du CN avait ajouté aux inquiétudes des travailleurs agricoles de la région, puisque c’est cette entreprise qui est responsable de la majorité des livraisons de propane au Québec et en Ontario. 

Pour M. Quesnel, il ne reste plus qu’à espérer que dame Nature soit un peu plus clémente envers les cultivateurs au cours des prochains jours qu’elle ne l’a été depuis le début de l’année. « On souhaite tous les jours qu’il ne neigera pas trop tôt, mais disons qu’au moins, on peut s’enlever la pression qu’on ressentait à propos du propane. »

Toutefois, tout ne revient pas dans l’ordre, souligne M. Quesnel. « Ça reste que l’année a été très difficile et que les rendements de maïs sont très moyens, avec une qualité en bas de la moyenne. Au moins, ajoute-t-il, on sera capable de le ramasser et de travailler avec ce qu’on a. »

Le directeur général de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), Danik Lafond, s’est dit content de la tournure des événements. Il espère pour le moins que les voies ferroviaires seront libérées le plus tôt possible, étant donné les retards déjà enregistrés sur les récoltes. « Avec le froid et la neige qui arrivent, la fenêtre d’opportunité se rétrécit. On est content, mais on espère que l’approvisionnement sera réglé rapidement. »

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a indiqué être lui aussi soulagé pour les agriculteurs de la région. La décision du gouvernement libéral de ne pas intervenir avec un projet de loi aura finalement été efficace, souligne-t-il, en ajoutant que le processus aurait pris trop de temps. « Plusieurs personnes nous demandaient de rappeler le parlement (...), mais on se trouvait dans un scénario de deux semaines. Le parlement ne siégeait pas encore, nous n’avions pas encore de président de la Chambre des communes (...). Une fois que le vote aurait été fait, c’est seulement à ce moment qu’on aurait pu présenter le projet de loi. »

L’entente de principe entre le syndicat et le patronat doit maintenant être ratifiée par vote électronique dans un scrutin secret. Le processus pourrait prendre plusieurs semaines, selon la CFTC. 

La convention collective des plus de 3000 employés du CN était échue depuis le mois de juillet.