Le coût pour construire ce carrefour giratoire serait d’environ 1,3 million $, mais compte tenu des « limites physiques » de l’endroit, il pourrait s’élever à près de 2 millions $.

Encore loin d’un projet concret pour le carrefour giratoire à Casselman

Le plan de construire un carrefour giratoire à l’entrée de Casselman pourrait prendre plus de temps que prévu. Les membres du comité des Travaux publics des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont demandé qu’un consultant soit embauché pour analyser l’intersection et la faisabilité du projet, lors de leur dernière réunion. Toutefois, ces discussions ne seront pas entamées avant 2020, lors de l’élaboration du budget.

Le maire de Casselman, Daniel Lafleur, aurait préféré que l’étude de l’intersection soit effectuée plus tôt, mais les CUPR n’avaient tout simplement pas les moyens financiers pour l’inclure dans son budget 2019. « On va s’assurer qu’en 2020, ce sera fait le plus tôt possible », a-t-il affirmé.

Lors de la réunion, le directeur des Travaux publics des CUPR, Marc Clermont, a affirmé qu’au fil des ans, les CUPR et la municipalité de Casselman ont investi plusieurs milliers de dollars à l’intersection de la rue Principale, de la rue Racine et du boulevard Laflèche. 

« L’intersection fonctionne correctement compte tenu de son alignement sauf pour la bretelle d’accès ouest (boulevard Laflèche) », a-t-il plaidé pour justifier l’étude du projet de carrefour giratoire. 

L’artère en question est le seul embranchement pour les résidents qui doivent emprunter l’autoroute 417, matin et soir pour se rendre au travail. Elle constitue aussi la porte d’entrée à la municipalité pour les milliers de visiteurs qui s’y arrêtent tous les jours pour faire le plein d’essence ou pour profiter des nombreux restaurants et services. 

L’une des problématiques déplorées par la municipalité est que l’entrée du Jean Coutu et du McDonald’s sur le boulevard Laflèche est trop près de l’intersection principale. L’entrée qui mène à ces deux entreprises est également trop proche de l’intersection principale, créant un risque, dès qu’une file d’attente commence à se former. 

Il y a quelques années, à l’encontre des recommandations des CUPR, Casselman a construit une bretelle d’accès en direction sud de la rue Principale vers le boulevard Laflèche. « Cette situation crée également un problème, a remarqué M. Clermont. Le boulevard Laflèche et la rue Racine sont un peu en biais et ne sont pas alignés. 

La présence de deux poteaux Hydro et Bell au milieu de l’intersection est un défi majeur pour toute amélioration de l’intersection. »

Le coût pour construire ce carrefour giratoire serait d’environ 1,3 million $, mais compte tenu des « limites physiques » de l’endroit, il pourrait s’élever à près de 2 millions $, selon M. Clermont.