La Fromagerie St-Albert souhaite déplacer son entrée.

Des résidents s’opposent à un projet d’expansion de la Fromagerie St-Albert

Considérée comme un véritable moteur économique dans l’Est ontarien, la Fromagerie St-Albert voudrait augmenter sa production. Même si ses projets d’expansion sont loin d’être concrétisés, certaines étapes ont déjà été franchies au cours des dernières semaines. Des résidents du quartier déplorent toutefois le manque de consultation à leur égard, ainsi que les concessions accordées trop facilement à l’entreprise.

Le conseil municipal de La Nation a récemment approuvé une modification au zonage d’un terrain de la rue St-Paul, près de la Fromagerie St-Albert, pour que l’entreprise puisse y installer une nouvelle entrée.

Actuellement, les véhicules de livraison et les camions à lait arrivent à partir de la rue Hébert, derrière la fromagerie, où se situe entre autres une école élémentaire. C’est là que circulent les gens lorsque des événements sont organisés à la Fromagerie ou à l’école, notamment lors du festival de la Curd. C’est aussi à cet endroit que sera bientôt inauguré le 17e Monument de la Francophonie.

Le directeur général de la Fromagerie St-Albert, Éric Lafontaine, souhaite que les camions de livraison et de lait n’empruntent plus cette artère où l’achalandage est en pleine croissance.

C’est pourquoi la fromagerie a proposé un échange avec un voisin. Selon la transaction, le voisin offre la façade de son terrain, permettant à la fromagerie d’y construire sa nouvelle entrée, et la fromagerie offre une parcelle de terrain au voisin pour qu’il puisse y construire un garage.

« Ce que la fromagerie veut, la fromagerie a », dénonce une voisine de la Fromagerie, Geneviève Klassen.

Ce que Mme Klassen et trois autres voisins craignent surtout, c’est le bruit et le vrombissement des camions de lait, de même que les déplacements constants des camions de livraison qui seront augmentés directement devant chez eux. « La maison tremble déjà quand les camions de lait passent », remarque-t-elle.

Selon l’agent d’immeuble que Mme Klassen a consulté, c’est la valeur de sa maison, située en biais du chemin proposé, qui diminuera.

La résidente juge également qu’elle et ses voisins n’ont pas été suffisamment consultés. « On n’a pas d’étude, pas de documentation, la municipalité ne nous a rien envoyé.

C’est nous qui étions obligés d’aller voir notre conseiller municipal et lui poser des questions. Je m’attendais à ce qu’ils demandent de faire une étude, de parler aux voisins, qu’ils explorent les autres options. Ils nous disent qu’ils l’ont fait, mais il n’y a pas de preuves. »

Mme Klassen souligne notamment que l’entreprise est déjà propriétaire d’une route d’accès, qui aboutit un peu plus loin sur la rue St-Paul. Elle déplore que les résidents d’une dizaine de maisons additionnelles à cet endroit n’aient pas été consultés par l’urbaniste de la municipalité, Guylain Laflèche.

Toutefois, M. Laflèche et le conseiller du quartier Danik Forgues expliquent que cette option a été écartée.

Selon eux, cette solution n’en est pas vraiment une, puisqu’elle dérangerait encore plus de résidents, étant donné sa distance de la fromagerie.

Le directeur général de la Fromagerie abonde dans le même sens. « L’autre entrée est 15 maisons plus loin sur St-Paul, et il faudrait quand même passer devant les mêmes voisins, en plus de ces autres maisons-là. (...) La municipalité voulait qu’on trouve un moyen de rapprocher l’entrée de la fromagerie, pour déranger moins de gens. »

Ce dernier assure que toutes les lois municipales régissant le bruit des camions sont suivies à la lettre.

Les autorités municipales ont l’intention d’apporter des améliorations à la rue St-Paul en 2020, avant le début des travaux de la Fromagerie St-Albert.