La compagnie Renewable Energy Systems (RES) prévoit installer neuf éoliennes dans le secteur de Saint-Bernardin.

Des éoliennes dès 2018

La municipalité de la Nation pourrait accueillir des éoliennes à la fin de 2018. C'est l'échéancier qu'a présenté Lucas Reindler, gestionnaire du projet de parc éolien Champs de L'Est de la compagnie Renewable Energy Systems (RES).
Rappelons qu'en mars 2016, RES a obtenu l'approbation dans le cadre du Programme d'approvisionnement de grands projets d'énergie renouvelable de l'Ontario pour son projet de parc éolien principalement situé dans le village de Saint-Bernardin. L'entreprise prévoit installer neuf éoliennes dans le secteur. 
« Au départ, on envisageait jusqu'à 15 éoliennes, mais avec les progrès technologiques nous avons pu minimiser le nombre de tours en augmentant entre autres leur hauteur », a précisé Lucas Reingler. Les tours qui devaient mesurer 120 mètres de hauteur devraient désormais atteindre une hauteur de 130 mètres. Le projet fournira jusqu'à 32 mégawatts de puissance pouvant alimenter 10 000 foyers selon les données fournies par l'entreprise.
Si le projet avance comme prévu, le rapport sur l'évaluation environnementale sera soumis au ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique au mois de septembre cette année. 
Des ententes doivent également être établies notamment en ce qui a trait au programme d'avantage communautaire qui prévoit une somme d'environ 30 000 $ accordé chaque année pendant 20 ans à la municipalité pour des projets de développement durable. À cela s'ajoutent également des économies de coût d'électricité de l'ordre de 60 000 $ par année pour les résidents du secteur. 
Durant les mois récents, l'entreprise a organisé plusieurs journées portes ouvertes afin de présenter le projet aux citoyens. Une visite d'un parc éolien a également été organisée. « Nous avons reçu plusieurs questions durant nos rencontres avec le public. Nous essayons de répondre à toutes les questions », a précisé M. Reindler. Celui-ci souligne d'ailleurs qu'à la suite des commentaires du public, l'entreprise a déployé des efforts pour diminuer l'impact des éoliennes dans le village notamment en ce qui a trait à la proximité des éoliennes des résidences. La distance minimale exigée par la province est de 550 mètres. 
« Au départ nous avions une vingtaine de résidences située entre 550 et 1000 mètres des éoliennes. Nous avons diminué ce chiffre à moins d'une dizaine de résidences. Il est important de savoir qu'on a pu répondre à toutes les demandes », a précisé M. Reindler. 
De son côté, le mouvement d'opposition au projet, Sauvons La Nation, continue de suivre le dossier de très près. Créé en juillet 2015, l'organisme évoque les effets potentiellement nuisibles des éoliennes pour la région. « On maintient toujours que ce n'est pas un bon projet pour la région. On continue de faire nos devoirs et de s'assurer que l'entreprise ne tourne pas les coins ronds et que l'environnement est protégé », a fait valoir Julie Leroux de Sauvons La Nation. 
Mme Leroux déplore notamment le fait que la province approuve ses types de projets alors qu'elle déclare un surplus d'électricité. 
Elle a également évoqué un rapport présenté par Wind Concerns Ontario qui fait état de plus de 3000 plaintes envoyées à la province concernant des problèmes de santé liés aux éoliennes.