Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La nouvelle plateforme sera lancée le 1er mai.
La nouvelle plateforme sera lancée le 1er mai.

Des aliments locaux de l’Est ontarien en un seul endroit

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Réseau agroalimentaire de l’Est ontarien (RAEO) s’apprête à lancer un tout nouveau portail commercial pour mettre en valeur les aliments locaux du territoire.

«Le portail représente une fenêtre unique pour voir l’offre alimentaire de la région», explique Tom Manley, directeur général du RAEO.

La nouvelle plateforme vise à regrouper sous un même toit des producteurs de différents aliments afin de faciliter les achats des consommateurs. «Habituellement, en tant que consommateur, il faut faire des recherches et trouver chaque fournisseur pour trouver chaque produit qu’on veut. On fouille un peu partout sur internet. On peut trouver des répertoires, mais chacun a son magasin. C’est laborieux pour les consommateurs de trouver tous ces gens-là.»

Jusqu’à présent, plusieurs fournisseurs ont déjà emboîté le pas et seront officiellement accessibles via la nouvelle plateforme. Parmi les produits offerts, on y retrouvera des viandes, des vins de fruits, des légumes et du pain. D’autres producteurs viendront également s’ajouter à la liste au cours des prochaines semaines.

Le RAEO prévoit avoir une soixantaine de producteurs inscrits sur la plateforme au cours des prochains mois, et vise la centaine de participants durant sa première année. Le bassin de producteurs admissibles qui vendent directement aux consommateurs se situe entre 100 et 200 producteurs dans la région, estime M. Manley.

Loin d’être un répertoire des entreprises qui ne fait qu’énumérer les commerces de la région et rediriger les consommateurs vers des plateformes tierces pour faire leurs achats, la nouvelle plateforme conservera l’aspect commercial et permettra de faire des achats directement sur le site. 


« La présentation est uniforme, donc facile pour le consommateur. Pour le producteur, c’est plus abordable que de le faire seul et ça a plus d’impact sur le marché. »
Tom Manley

Faire rayonner le local

Cela dit, les entreprises conservent l’entière responsabilité en ce qui concerne la fixation des prix et les services de livraison. «Comme organisme, on met en place la plateforme, on s’occupe de la publicité, on inscrit les commerçants, mais la relation d’affaires demeure entre le commerçant et le client. On ne s’occupe pas des inventaires, de la gestion des paiements, des livraisons, etc.», prévient M. Manley.

Grâce aux ressources centralisées, le RAEO peut ainsi faire de la publicité au nom de tous les commerçants pour amener les consommateurs de la région à faire leurs achats en un seul endroit. «Le vendeur est seul pour faire connaître son magasin, ce qui peut être très difficile. Dans tout le bruit que représente le commerce électronique sur Facebook, par exemple, c’est difficile de se faire découvrir sans dépenser des fortunes en publicité. Nous on veut rendre la tâche facile à tout le monde.»

Avec la demande de nourriture de proximité et de produits locaux en forte croissance, ainsi que le début de la saison des marchés champêtres, M. Manley jugeait qu’il s’agissait du moment idéal pour concrétiser ce projet de longue date. «C’était toujours un rêve pour beaucoup de gens au RAEO, maintenant c’est devenu une réalité», se réjouit-il.

La plateforme devrait être en ligne et fonctionnelle, via le site du RAEO, le 1er mai prochain.