La municipalité de Hawkesbury instaure une nouvelle taxe aux entrepreneurs qui veulent se lancer en affaires.

Décontamination des terrains de la CIP dès ce printemps

Un pas de plus vient d'être franchi pour la décontamination des terrains anciennement occupés par l'usine Canadian International Paper (CIP) de la ville de Hawkesbury. La province de l'Ontario a confirmé, hier, que les travaux de nettoyage de l'étang de rétention de l'usine qui borde la rivière des Outaouais débuteront ce printemps.
Les travaux évalués à un peu plus de 30 millions$ consistent à retirer les boues et l'eau contaminées de ces terres riveraines pour convertir l'endroit en espaces verts et aménager un parc communautaire. Les travaux de décontamination devraient durer trois ans, selon le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario.
«Le temps est venu de faire le nettoyage pour une meilleure qualité de vie des résidents, une meilleure qualité de l'air et un environnement plus sain. Il s'agit des terres d'une grande richesse», a déclaré le député provincial de Glengarry-Prescott et Russell, Grant Crack.
La CIP a cessé l'exploitation de son usine à Hawkesbury en 1985. C'est la province qui a pris possession des terrains. À cette époque, aucune réglementation n'obligeait l'entreprise à décontaminer les lieux avant de mettre la clef sous la porte. Aujourd'hui, les normes environnementales sont beaucoup plus rigides. L'Ontario s'est engagé à assumer en totalité les coûts de décontamination.
Décontamination «partielle»
Tout juste avant son élection à la mairie de Hawkesbury, René Berthiaume était à la tête du regroupement de la Corporation de la bordure riveraine de Hawkesbury qui qualifiait de «partiel» le projet de décontamination proposé. Le mouvement réclamait le nettoyage de certaines parcelles de terrains privés également affectés par les activités de la CIP.
Aujourd'hui, le maire de Hawkesbury s'est dit satisfait de la confirmation de la province.
«Je suis très heureux, dans ce contexte budgétaire, que la province de l'Ontario maintienne ces argents-là pour la décontamination», a commenté le maire de Hawkesbury, René Berthiaume.