Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Hôpital général de Hawkesbury et district (HGH)
Hôpital général de Hawkesbury et district (HGH)

Décès suspects à Hawkesbury: l’enquête pourrait durer des mois

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Il pourrait s’écouler plusieurs mois avant d’obtenir les conclusions de l’enquête en lien avec plusieurs décès suspects survenus à l’Hôpital général de Hawkesbury et district (HGH) en mars dernier. 

C’est ce qu’a indiqué la Police provinciale de l’Ontario (PPO) jeudi. Bien que les examens post-mortem soient complétés, les analyses et les rapports toxicologiques du Bureau du coroner en chef et du Service de pathologie judiciaire de l'Ontario pourraient, pour leur part, prendre plusieurs mois avant d’être terminés.

Arrêté et detenu

Rappelons que le 25 mars dernier, la PPO a été appelée sur les lieux de l’HGH en lien avec plusieurs décès suspects survenus à l’établissement. Le Dr Brian Nadler, originaire de Dollard-Des-Ormeaux, a été arrêté sur place en lien avec un de ces décès, soit celui d’Albert Poidinger, un patient de 89 ans de l’hôpital. 

Le médecin de 35 ans est accusé d’un chef de meurtre au premier degré. Il a comparu le 26 mars dernier au palais de justice de L’Orignal, ou il a d’ailleurs vécu à temps partiel, ajoutent les autorités. 

M. Nadler demeure actuellement détenu. Son permis d’exercice émis par l’Ordre des médecins et des chirurgiens de l’Ontario et tous ses droits à l’HGH ont depuis été révoqués.

Le Dr Brian Nadler, 35 ans, est accusé d’un chef de meurtre au premier degré.

Comparution

Il devait comparaître de nouveau le 6 avril dernier, mais sa comparution a finalement été ajournée au 20 avril prochain. La Couronne et la défense ont indiqué vouloir poursuivre certaines discussions. La divulgation de la preuve a également été évoquée comme raison dernière ce report. 

Pendant que l’enquête suit son cours, la PPO réitère qu’elle continue de soutenir les familles concernées dans cette affaire en offrant, entre autres, des réunions virtuelles pour expliquer les procédures suivies durant l’enquête. 

L’HGH avait également indiqué fournir aux employés et aux médecins qui pourraient être affectés de l’aide et des séances de consultation post-traumatique.

***

À LIRE AUSSI: