Daniel Lafleur est prêt à se mettre au service de ses concitoyens de Casselman.

Daniel Lafleur prêt à servir Casselman

Quand Daniel Lafleur a annoncé sa candidature à la mairie de Casselman, en mai dernier, tous les candidats inscrits se sont retirés de la course, laissant la voie libre à M. Lafleur. Celui qui remplacera le maire sortant Conrad Lamadeleine n’a que d’éloges à proférer envers cet homme qui a desservi le village pendant une vingtaine d’années.

Jusqu’à quelques minutes avant la fin de la période de candidature à la mairie, à 14 h, Daniel Lafleur se disait fin prêt à se livrer à une élection en bonne et due forme. Ce n’est qu’à 13 h 55 que celui-ci a appris que Conrad Lamadeleine retirait sa candidature.

« Monsieur Lamadeleine me laisse des souliers très grands à chausser. Il a apporté de très bonnes choses pour Casselman. Le câble, le téléphone sans longue distance, et tout le travail sur le bord de l’autoroute 417. Sur une période de quatre ans, on ne pourra pas amener ce que M. Lamadeleine a amené en 25 ans, mais on va travailler en unité. »

L’un des projets sur lesquels mise le nouveau maire pour assurer la pérennité de la communauté est le système d’eaux usées. En collaboration avec l’Université d’Ottawa, le village de Casselman travaille depuis un an sur un système pilote qui serait le premier de ce genre en Ontario. Plutôt que de déverser les eaux usées seulement quelques fois par année, elles seront déversées plus souvent. Aux dires du maire, ce système aura une plus grande capacité de résidences, sans avoir à élargir les lagunes. « C’est une excellente nouvelle pour nous. Ça va être très rentable pour la municipalité », se félicite M. Lafleur.

Le système de traitement des eaux usées devrait être opérationnel d’ici la fin de 2019.

M. Lafleur a beaucoup d’amour pour son village. Fier de la francophonie arborée par ses citoyens, le maire de Casselman s’engage à continuer de propager ce sentiment d’honneur.

« On a une très belle population, un très beau village. Il faut en prendre soin, il faut être fier de l’Est de l’Ontario, fier d’être francophone. C’est important de garder notre identité dans notre région. »

Le taux de participation des électeurs de Casselman aux élections se situe à 63 %, faisant du village l’une des municipalités avec le plus haut pourcentage d’électeurs. M. Lafleur se dit enthousiaste face à cet intérêt de la communauté. « Les conseillers qui ont été élus, je leur ai dit que moi comme maire j’ai quatre ans dans les mains, et j’en suis très fier. »