Les élus de la municipalité de Russell, dans l'Est ontarien, se sont entendus pour limiter à 2,8% la hausse des impôts fonciers pour l'année en cours.

Craig Cullen quitte le conseil de Russell

Le conseiller de Russell, Craig Cullen, quitte son siège d'élu pour joindre l'administration de la Ville. Dès le mois prochain, M. Cullen portera le chapeau de directeur exécutif aux départements des Travaux publics et des Services environnementaux. Craig Cullen portera des souliers qu'il a déjà chaussés, lui qui a été le surintendant des services publics au Canton de Russell pendant 20 ans avant d'être élu conseiller municipal.
«Je suis heureux de revenir au sein de l'équipe de la municipalité de Russell et je souhaite regarder de l'avant pour faire partie intégrante de cette équipe. Je souhaite également assister la municipalité dans la réalisation de ses objectifs pour aller de l'avant», a commenté M. Cullen.
En juin dernier, le conseil de Russell a fusionné les départements de Travaux publics et des Services environnementaux, d'où la nécessité de créer un nouveau poste de directeur exécutif pour la gestion de ces départements. Mais malgré un processus d'embauche «exhaustif» conclu en décembre, la direction n'a trouvé aucun candidat qui collait. C'est alors qu'on a pensé à Craig Cullen.
«Le directeur général nous a donc présenté l'option de nominer M. Cullen. Nous avons immédiatement compris le potentiel de cette proposition et nous avons saisi l'occasion de réintégrer M. Cullen au sein de notre équipe. Nous pourrons bénéficier de la croissance professionnelle acquise au cours des dernières années dans le domaine des travaux publics, du développement économique et autres réalisations», a déclaré le maire de la municipalité de Russell, Jean-Paul St. Pierre.
M. Cullen est un spécialiste des systèmes d'aqueduc municipaux. Il détient plus de 18 certificats, y compris la certification provinciale dans le traitement de l'eau ainsi que de distribution, traitement et collecte des eaux usées. Il possède également plus de 30 ans d'expérience dans l'administration municipale.
À compter du 19 février, le conseil aura 60 jours pour combler le siège laissé vacant par M. Cullen. En raison du peu de temps avant les prochaines élections, minces sont les chances que la municipalité déclenche des élections partielles. Les élus auront alors l'option de choisir le candidat défait qui a eu le plus de votes aux dernières élections ou encore de porter au pouvoir un candidat par voie de résolution.