La pandémie de la COVID-19 cause bien des maux de tête à l’industrie touristique des Comtés unis de Prescott et Russell.
La pandémie de la COVID-19 cause bien des maux de tête à l’industrie touristique des Comtés unis de Prescott et Russell.

COVID-19: vers une saison estivale chamboulée dans l’Est ontarien?

La pandémie de la COVID-19 cause bien des maux de tête à l’industrie touristique des Comtés unis de Prescott et Russell. L’organisme Tourisme Prescott-Russell (TPRT) tente tant bien que mal de faire des prévisions sur sa saison touristique qui arrive à grands pas et met tout en oeuvre pour que tout se déroule comme prévu.

Selon sa directrice générale, Geneviève Duval, la situation touristique est loin d’être uniforme dans la région. «C’est un mélange de gens qui ont beaucoup de difficulté et de gens à l’autre extrême où ça va super bien.» 

Elle souligne que les entreprises saisonnières et estivales sont d’ailleurs parmi celles qui éprouvent le plus d’ennuis, alors qu’elles se demandent encore si elles devraient ou non ouvrir leurs portes. 

Celles qui pourront débuter leur saison devront mettre les bouchées doubles afin que les lieux de villégiature ne deviennent pas des centres d’éclosion de la COVID-19.  


« «Oui les gens doivent se nourrir et encouragent plus local, mais de l’autre côté, les entrepreneurs qui ont investi dans l’agrotourisme sont inquiets du fait que les rassemblements sont interdits »
Geneviève Duval

Un tourisme remodelé

Pour Mme Duval, l’agrotourisme, un secteur touristique important dans les CUPR, devra subir de nombreux ajustements afin de subsister au cours des prochains mois, alors que la pandémie actuelle semble sensibiliser de plus en plus les citoyens vers l’agriculture locale. 

«Oui les gens doivent se nourrir et encouragent plus local, mais de l’autre côté, les entrepreneurs qui ont investi dans l’agrotourisme sont inquiets du fait que les rassemblements sont interdits. La façon de penser va devoir changer parce que les gens vont devoir respecter une certaine distance. [Les agriculteurs] vont pouvoir recevoir moins de gens par jour et ça va évidemment affecter les chiffres d’affaires.»

Rappelons que Tourisme Prescott-Russell a reçu son dernier soutien financier des CUPR pour l’année 2020. L’année en cours devait au départ servir à se restructurer dans le but d’établir un plan de match afin de fonctionner efficacement en 2021, sans cette aide budgétaire. 

Geneviève Duval se veut rassurante, malgré les semaines difficiles à venir et un financement amputé. Elle croit que sur le long terme, l’impact de la pandémie sera positif sur l’agrotourisme et l’industrie touristique de l’Est ontarien en général. 

«On réagit à la crise et en même temps on travaille sur 2020-2021. Je pense qu’il y a des opportunités qui se créent dans des situations difficiles. En ce moment, la situation actuelle nous pousse à vouloir encore plus offrir de l’appui aux entreprises.»

Mais d’ici à ce que la situation se résorbe complètement, Geneviève Duval ne peut qu’espérer que les gens considèrent désormais davantage les Comtés unis de Prescott et Russell comme lieu de villégiature pour cette saison estivale, et celles à venir.