Les Comtés unis de Prescott et Russell se préparent activement à la relance économique de la région, alors que la pandémie de la COVID-19 semble ralentir sa progression dans la communauté de l’Est ontarien.
Les Comtés unis de Prescott et Russell se préparent activement à la relance économique de la région, alors que la pandémie de la COVID-19 semble ralentir sa progression dans la communauté de l’Est ontarien.

COVID-19: La relance économique à l’horizon dans les CUPR

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Les Comtés unis de Prescott et Russell se préparent activement à la relance économique de la région, alors que la pandémie de la COVID-19 semble ralentir sa progression dans la communauté de l’Est ontarien.

«Depuis le début du confinement, on a toujours pensé à la relance», assure Carole Lavigne, directrice du Développement économique et touristique pour les Comtés unis de Prescott et Russell. Son équipe et elle ont sondé la population entrepreneuriale des CUPR afin de prendre le pouls de la situation. Envoyé à toutes les entreprises du territoire par courriel, le sondage a reçu pas moins de 479 réponses. 

Selon la directrice, les entrepreneurs ont voulu dépeindre au comité de développement économique la façon dont ils vivent la crise individuellement. «On avait plusieurs sons de cloches de la communauté des affaires et des chambres de commerce. On voulait vraiment s’assurer que les entreprises étaient prêtes», ajoute Olivier Berthiaume, agent de projet en développement économique et touristique pour les CUPR. «On voit qu’en majorité, nos entreprises vivent la situation très difficilement. C’est encore plus difficile pour les petites entreprises et nous, c’est la majorité qui compte 19 employés et moins», souligne-t-il. 

La directrice du Développement économique et touristique pour les Comtés unis de Prescott et Russell, Carole Lavigne

Selon Mme Lavigne, la majorité  des commerçants ont pu accéder aux programmes d’urgence offerts par les gouvernements, mais ils voulaient tout de même s’assurer que les CUPR continueraient de les soutenir. «Ils sont nerveux face à l’avenir», mentionne-t-elle.  

La présidente de la Chambre de commerce de Prescott-Russell, Julie Brisson, se dit consciente que les entrepreneurs sont épuisés. 

De semaine en semaine, il y a un ajustement, mais les gens sont à bout de souffle. [La pandémie) a gardé les entrepreneurs réveillés et ça les garde encore réveillés la nuit.» La mission de la Chambre de commerce est de travailler avec les industries et les commerçants pour qu’ils aient une attitude positive quant aux mois à venir. «J’essaie vraiment de changer le mindset de nos entrepreneurs. Il faut mettre nos efforts sur la relance au lieu de s’apitoyer sur notre sort. Arrêtons de parler de la crise et parlons de l’adaptation pour être prêts lorsqu’on aura la lumière verte.» 

La présidente de la Chambre de commerce de Prescott-Russell, Julie Brisson

Du bon dans le mauvais

Même si l’économie se relèvera de peine et de misère de cette crise, Olivier Berthiaume est très optimiste face à l’adaptation du secteur économique des Comtés unis de Prescott et Russell. Le sondage des CUPR indiquait d’ailleurs que 25 % des entreprises sur le territoire offrent des nouveaux services et des nouveaux produits depuis les débuts de la crise. De ces entreprises, M. Berthiaume ajoute que 72% d’entre elles continueront d’offrir ces services, même une fois la pandémie passée. 

«C’est un indicateur que l’avenir a du positif», dit-il. «On voit que les gens se mobilisent, deviennent créateurs et créatifs, ajoute Carole Lavigne, on y va au jour le jour». Selon Julie Brisson, il est possible d’observer une plus grande collaboration des entrepreneurs et de la population au cours des dernières semaines. 

Elle décèle une plus grande ouverture. « Les entreprises s’encouragent. Elles gardent le cap. On va voir le bout, même si le bout, on ne le connaît pas.»