Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

COVID-19: importante hausse des hospitalisations et un nouveau décès dans l’Est ontarien

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Quinze personnes sont désormais hospitalisées pour traiter des symptômes de la COVID-19 dans l’Est ontarien, une hausse de neuf nouvelles hospitalisations en deux jours seulement. Trois d’entre elles se trouvent aux soins intensifs. 

La grande majorité de ces hospitalisations sont dénombrées à l’Hôpital communautaire de Cornwall (HCC), désigné comme établissement devant recevoir les patients COVID. Par voie de communiqué, l’HCC a d’ailleurs indiqué jeudi être près du maximum de sa capacité et devoir prochainement procéder au délestage de certaines opérations. 

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) rapporte également un nouveau décès, portant à 36 le nombre de victimes du virus dans la région depuis le début de la crise. 

Par ailleurs, 51 infections à la COVID-19 s’ajoutent au bilan de l’Est ontarien depuis mercredi. Ce sont désormais 1805 personnes qui ont reçu un diagnostic positif à la maladie depuis le début de la pandémie dans la région. «Je suis encouragé que nous ayons un vaccin presque dans nos mains, mais je suis découragé des chiffres que nous avons», a tenu à souligner le Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste au BSEO en point de presse vendredi. « Nous avons une haute augmentation dans notre région, surtout à Cornwall, ce n’est pas le temps de lâcher.»

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario avait éprouvé jeudi des problèmes techniques sur son site web et n’avait pas pu mettre à jour ses données quotidiennes, expliquant le cumul des cas sur 48h. 

Ce sont 565 cas actifs qui sont recensés désormais dans la région, soit 39 de plus que le dernier bilan. La ville de Cornwall est effectivement la municipalité qui enregistre la plus forte hausse de nouveaux cas et qui répertorie le plus grand nombre de cas actifs, avec 180 cas. 

Le Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste au BSEO

Quinze éclosions dans la région 

Au niveau des éclosions en milieux de soins dans la région, ce sont 14 flambées qui sont actives dans l’Est ontarien. Le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, a souligné en point de presse que ** de ces flambées ne recense actuellement aucun cas chez des résidents. Les éclosions ont plutôt été déclarées parce que des employés ont reçu un diagnostic positif à la COVID lors d’un dépistage de routine. Plusieurs résidents et travailleurs ont cependant été infectés dans ** autres centres de soins. Selon la mise à jour la plus récente, à la résidence Lancaster, 28 résidents et 10 employés ont reçu un diagnostic positif.  La maison de soins de longue durée TSIIonKwa NonhSoTe, à Awkwasasne, fait état de 13 résidents et 10 employés malades et rapporte toujours un décès. Finalement, au Glen Stor Dun Lodge, à Cornwall, sept résidents et six employés ont contracté le virus. «Nous continuons le dépistage [des employés et des résidents]», assure le Dr Roumeliotis. 

En milieu scolaire, seule l’école secondaire catholique L’Escale est actuellement considérée en éclosion. 

Rappelons que le gouvernement ontarien a par ailleurs annoncé jeudi que les élèves des écoles primaires du Sud de la province ne seront finalement pas de retour en classe le 11 janvier. Ces étudiants devront continuer l’apprentissage virtuel à la maison jusqu’au 25 janvier, comme c’est le cas pour les élèves du secondaire du sud de l’Ontario. Au Nord de la province, le confinement général est également prolongé de deux semaines supplémentaires jusqu’au 25 janvier, mais la rentrée des élèves tant de l’élémentaire que du secondaire demeure fixée au 11 janvier. 

L’Est ontarien devrait recevoir ses premières doses du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNtech dès la semaine prochaine. Si tout se déroule comme prévu, le BSEO dit s’attendre à accueillir la livraison mardi et à  pouvoir débuter la campagne de vaccination dès le lendemain. Les employés des maisons de soins de longue durée, les résidents de ces centres et les visiteurs essentiels font partie du public cible de la première vague de vaccination. «Je suis très heureux qu’on commence avec ça et avec le vaccin de Pfizer qu’on va maintenant pouvoir déplacer», a ajouté le Dr Roumeliotis. «J’ai hâte de recevoir le [vaccin de] Moderna aussi, mais je ne suis pas sûr quand on va le recevoir.»