Le parc Légion compte sept terrains de baseball.

Cornwall: les terrains de baseball en danger?

À Cornwall, les terrains riverains du fleuve Saint-Laurent doivent être et seront développés ; c’est l’une des grandes promesses de la mairesse Bernadette Clement. Or, ces imminents changements inquiètent les membres des nombreuses ligues de baseball de la ville, qui craignent de voir disparaître les terrains de baseball situés le long des rives.

Dans le cadre de son plan de revitalisation du bord de l’eau en collaboration avec la communauté Mohawk Akwesasne voisine, la ville de Cornwall s’est récemment intéressée à la propriété du parc Légion, où sont installés les terrains de baseball, prisés par les 25 équipes de baseball de Cornwall ainsi que celles des villes environnantes, telles que Montréal.

Dans sa première ébauche présentée au début de l’été 2019, l’entrepreneur embauché par la Ville pour imaginer le nouvel espace proposait notamment de transformer des terrains de baseball du parc Légion en « espace multifonctions ». Le conseil municipal avait demandé le retrait de cette proposition parmi les modifications.

« Les gens qui les utilisent et qui organisent le baseball localement ont été consultés, souligne la mairesse de Cornwall, Bernadette Clement. Ils nous ont partagé leurs inquiétudes et nous ont fait comprendre qu’on ne voulait pas transformer ces terrains. Dans la mise à jour du plan, on ne discute pas de transformer ces terrains-là en autre chose. »

En fait, la mairesse Clement affirme que la Ville de Cornwall n’a aucun intérêt pour l’instant à détruire ou à déplacer ces terrains de baseball.

Toutefois, les élus municipaux ne peuvent rien promettre, puisque le terrain du parc Légion appartient au gouvernement fédéral. Mais dans un courriel envoyé au Droit, le député fédéral de la région, Eric Duncan, affirme qu’il ne s’ingérera pas dans le dossier.

« Ma priorité en ce qui concerne les terrains riverains, qui sont actuellement sous contrôle fédéral, est de faire en sorte que la Ville, Akwesasne et les intervenants locaux aient leur mot à dire dans leur utilisation future. J’exhorte le ministre à ne pas ouvrir la possibilité à des parties extérieures, à soumissionner et à contrôler leur utilisation future, en refusant à la communauté la possibilité de débattre de leur utilisation future. »

Il affirme aussi avoir l’intention de rencontrer des résidents préoccupés par l’avenir du parc au cours des prochaines semaines, mais que ce sont la Ville et leurs partenaires d’Akwesasne qui sont les mieux placés pour consulter la communauté pour déterminer l’utilisation future des terrains.

Pourtant, le vice-président de la Ligue de baseball mineur de Cornwall Kyle Bergeron se dit toujours inquiet de l’avenir des diamants de baseball, car les discussions autour de ceux-ci ne datent pas d’hier.

En 2017, un conseiller municipal avait proposé de construire des immeubles à condos près des terrains, mettant en danger une partie des diamants. Ce sont les contestations des citoyens qui avaient fait reculer le conseiller.

Par ailleurs, ce ne serait pas la première fois que le gouvernement fédéral prendrait une décision concernant la propriété riveraine sans le consentement de la population. Il y a quelques années, il avait loué une partie du bord de l’eau à une entreprise privée pour l’entreposage de sel, raconte la mairesse Clement, qui affirme comprendre l’angoisse des résidents.

« Ça avait été fait sans approbation par la Ville. La communauté était frustrée, et nous aussi. On ne contrôle pas toujours notre destin sur notre bord de l’eau, et c’est la même chose pour les gens qui jouent au baseball sur ces terrains-là. Ils veulent plus de certitude. »

Pour clore le dossier, M. Bergeron, qui a déjà siégé au comité du bord de l’eau de la Ville, demande une garantie des différents paliers gouvernementaux que peu importe les décisions prises quant au développement du bord de l’eau, les diamants de baseball resteront intacts.

« Je comprends ça, mais nous, on est limité dans les garanties qu’on peut émettre parce qu’on ne contrôle pas toutes les propriétés sur le bord de l’eau », conclut Mme Clement.

+

Le parc Légion à Cornwall, « une œuvre d’art »

Certains résidents s’inquiètent de l’avenir des diamants de baseball installés dans le parc Légion, à Cornwall. Le vice-président de la Ligue de baseball mineur de Cornwall Kyle Bergeron explique pourquoi ces terrains ont tant d’importance. 

«Parce que ce n’est pas seulement à propos du baseball. Son design est absolument sublime et le parc est magnifique. Il est conçu en niveaux, et chaque diamant est à un niveau différent. Les collines traversent naturellement le parc et offrent des sièges et des pistes cyclables incurvées qui les traversent. Et nous ne pouvons pas oublier la vue. Le parc est comme une oeuvre d’art. Il est magnifique et améliore l’expérience des joueurs et des parents.»

M. Bergeron affirme que ces terrains de baseball ont une renommée nationale au sein de la communauté sportive et qu’il attire des centaines de visiteurs, chaque année. «Plusieurs équipes montréalaises se rendent à Cornwall pour y jouer, et ils nous disent qu’ils n’ont pas de terrains de cette qualité à Montréal.»

Dans les années 1980, le parc Légion avait été aménagé par un groupe de bénévoles qui avaient recueilli des fonds auprès du public ainsi qu’un don de la Légion. Il est aujourd’hui dédié aux vétérans canadiens.