L'avocat Ronald Caza a été applaudi par la foule, jeudi.

Cimenterie à L'Orignal: l'opposition est toujours aussi forte

Près de 400 citoyens se sont fait entendre, jeudi soir, et en majorité contre le projet de cimenterie de Colacem Canada prévu dans le petit village de L'Orignal. Il s'agissait d'une deuxième réunion publique sur le dossier tenue cette fois à l'aréna de Vankleek Hill.
Les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) avaient choisi de répéter cet exercice à la suite d'un vice de procédure évoqué par le groupe Action Champlain, le mouvement d'opposition au projet  de cimenterie. Ce vice découlait d'un manque de quorum en raison de l'absence de cinq des huit maires lors de la première réunion tenue en octobre 2016 qui avait pour but de présenter la modification au Plan officiel des Comtés.
Cette fois les représentants de Colacem Canada et Action Champlain ont eu droit à 50 minutes chacun pour présenter leur point sur le projet en présence des huit maires des CUPR. 
Le représentant de Colacem Canada, Marc Bataille, a ramené sur la table  les nombreuses études sur les impacts potentiels d'une cimenterie. Les études révisées par un parti indépendant respecteraient les normes établies par la province. 
« L'industrie du ciment a minimisé de façon importante son impact environnemental au courant des dernières années et continue à ce jour à le faire. Nous ne pouvons pas comparer une cimenterie de pointe à une cimenterie désuète. Les technologies ont beaucoup évolué », a précisé M. Bataille. 
Comme nouveauté, l'entreprise souhaite former un comité de liaison consultatif avec la municipalité pour et tenir des rencontres publiques afin de discuter avec les citoyens de tous les enjeux. 
Pour sa part, le mouvement Action Champlain était représenté par  Me Ronald Caza. 
Selon lui, le seul avantage du projet est la création prévue de 125 d'emploi. Il souligne toutefois que le jeu n'en vaut pas la chandelle. 
« Prescott et Russell est une communauté située au milieu de deux grandes métropoles. Vous êtes vivant. Vous avez un domaine agricole développé de façon extraordinaire. Vous n'êtes pas désespéré au point de devoir accepté de telles industries qui vont avoir un impact sur la qualité de vie », a lancé M. Caza en ajoutant que la cheminée prévue dans la cimenterie d'une hauteur de 125 mètres pourrait bien devenir le symbole de la municipalité. 
Le mouvement d'opposition a également fait appel à l'urbaniste George MckIbbon qui a souligné que les différentes études présentées par Colacem Canada sont incomplètes.   
Il estime, entre autres, que les impacts prévus par l'entreprise ne tiennent pas compte des émissions cumulatives de pollution aérienne et sonore  provenant des entreprises environnantes.  
Il ajoute également que l'impact visuel de cette cimenterie n'a pas été considéré dans les études. 
Les huit maires des CUPR devront à nouveau se prononcer sur la demande de modifications au Plan officiel lors d'un vote qui aura lieu le 14 juin.