Plusieurs citoyens ont montré leur désaccord au projet de cimenterie.

Cimenterie à l'Orignal: les audiences débuteront en septembre 2018

C'est en septembre 2018 qu'aura lieu l'audience de la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO) concernant le dossier du projet de Cimenterie prévu à l'Orignal.
C'est ce qu'a confirmé Richard Makuch, vendredi, alors qu'il présidait la conférence préparatoire devant un peu plus de 70 personnes. 
Cette conférence avait pour but, entre autres choses, de fixer les échéanciers et de procéder à l'enregistrement des participants à l'audience.  
Deux appels seront entendus, dont un déposé par l'entreprise Colacem Canada Inc concernant le rejet d'une demande de changement de zonage par le Canton de Champlain.
L'autre appel a été interjeté par le mouvement d'opposition citoyenne Action Champlain et concerne la modification au Plan officiel adopté par les Comtés unis de Prescott et Russell pour permettre la construction d'une cimenterie sur un terrain situé sur la route 17. 
Colacem Canada Inc et Action Champlain ont d'ailleurs accepté de joindre les deux appels. 
Plus d'une vingtaine de personnes se sont avancées pour agir à titre de participants. On retrouve notamment Christine Bonneau, propriétaire de l'entreprise L'Orignal Packing ltée situé près du terrain prévu pour la cimenterie, et Patricia Hennessey, de la Vankleek Hill and District Nature Society vouée à la protection de l'environnement locale. Serge Otsi Simon, grand chef de Kanesatake au nom du conseil mohawk, a joint sa voix aux opposants.
« Je veux qu'il soit clair qu'une telle industrie pourrait avoir un impact important sur ma communauté située en aval de la rivière. Il ne s'agit plus d'un enjeu local. Ça concerne aussi les Premières nations », a déclaré M. Simon évoquant l'article 35 de l'Acte constitutionnel de 1982 portant sur les droits ancestraux des peuples autochtones. 
Le canton de Champlain, qui a choisi d'agir à titre de participants, ne sera donc pas à titre de demandeur dans l'appel contre la modification au Plan officiel. 
« Nous allons faire une présentation à la CAMO expliquant pourquoi nous avons voté contre la demande de changement de zonage. Agir comme demandeur est très dispendieux », a affirmé le maire du canton de Champlain, Gary Barton, en précisant que la facture à la municipalité pourrait dépasser les 125 000 $, seulement en frais d'avocats. 
Le mouvement Action Champlain devient ainsi le représentant à part entière pour les citoyens qui s'opposent à la venue de cette cimenterie à l'Orignal. 
« Ça nous donne en fait le plein contrôle de faire appel aux experts et ça donne aussi aux citoyens une voix plus forte », a souligné André Chabot, membre d'Action Champlain.
Il ajoute également que le processus demandera un engagement financier de la part des citoyens.