Alors que la province de l’Ontario vient d’octroyer ses permis de vente de cannabis au détail, la municipalité de Casselman en interdire la vente sur son territoire.

Casselman vote contre la vente au détail de cannabis

Alors que Hawkesbury et Cornwall disent oui aux magasins de cannabis, Casselman devient la première municipalité des comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) à en refuser à la vente au détail sur son territoire.

Les élus du village de Casselman ont voté contre l’accueil de commerces de cannabis, à trois votes contre un, en début de semaine.

Selon le maire Daniel Lafleur, le territoire restreint de Casselman ne permet pas qu’un commerçant ait pignon sur rue. « Nous ici, nous avons six écoles. Avec la règle qui dit que ça doit être à 150 mètres d’une école, ça n’aurait pas fonctionné. »

Celui-ci affirme que le conseil a aussi pris en considération la proximité des garderies pour prendre sa décision. Bien qu’elles ne fassent pas partie des réglementations provinciales concernant les commerces, M. Lafleur croit qu’il serait irresponsable d’avoir des magasins trop près des garderies. « Oui, nous avions des options, mais c’était trop proche, soit des écoles, soit des garderies. »

Le maire Lafleur est aussi convaincu que les revenus liés aux ventes de cannabis ne suffiront pas pour compenser les dépenses supplémentaires pour les services d’urgence.

Hawkesbury

Après avoir reporté la décision lors de la réunion du conseil en décembre dernier, les élus de Hawkesbury ont voté à l’unanimité en faveur de la vente au détail du cannabis, jeudi.

Même si la municipalité dit oui aux magasins de cannabis, aucun commerçant n’aura pignon sur rue à Hawkesbury jusqu’à nouvel ordre. Le mois dernier, le gouvernement Ford a apporté de nouvelles précisions quant à la réglementation pour la vente au détail. Selon ces changements, seules les municipalités comptant au moins 50 000 habitants pourront accueillir des commerces sur leur territoire.

La mairesse Paula Assaly est d’avis que cette fenêtre de temps sera positive pour sa communauté. « Ça nous permettra de mieux connaître comment se déroule la vente dans diverses villes », a-t-elle fait savoir via courriel.

Celle-ci affirme que cette période d’attente permettra également aux divers organismes concernés de faire des présentations afin de sensibiliser les jeunes dans les écoles et ailleurs sur le territoire.

Le reste des municipalités des CUPR, soit Alfred-Plantagenet, Champlain et Hawkesbury-Est devraient se prononcer bientôt.

Cornwall

Pour sa part, le conseil municipal de Cornwall a décidé d’aller de l’avant avec la vente au détail de cannabis sur son territoire, jeudi. Le rapport présenté au conseil a permis aux élus de se prononcer de façon unanime. Ce rapport affirme entre autres que le marché du cannabis pourrait représenter une « opportunité de réaliser un impact économique local positif pour ce qui a trait à la création d’emplois (...) ».

Les Services paramédicaux de Cornwall ont assuré que le fait d’avoir des magasins de cannabis n’aura aucun impact sur les services d’urgence. « Les magasins de cannabis n’auront pas plus d’effet sur le volume des appels d’urgences que les magasins d’alcool. »

Rappelons qu’en Ontario, 25 licences doivent être octroyées, dont cinq dans l’Est ontarien. Barrie, Belleville, Kawartha Lakes, Kingston, Ottawa et Peterborough sont les seules municipalités qui répondent aux critères de population du gouvernement provincial.