Casselman tentée par le vote électronique

Au tour de la municipalité de Casselman de se laisser tenter par la méthode de vote électronique aux prochaines élections municipales en Ontario. Le village de l'Est ontarien pourrait se joindre à la majorité des municipalités des Comtés unis de Prescott et Russell et délaisser le traditionnel isoloir le 27 octobre prochain. Une première dans l'histoire du village.
Les élus devront se pencher sur la question prochainement, mais la direction générale de la municipalité recommande au conseil d'opter pour la méthode 2.0 dans un rapport consulté par LeDroit.
C'est la perspective d'économies qui motive le dg de Casselman à suggérer de procéder avec le système de vote par Internet et téléphone, tout comme l'accessibilité de ce mode de scrutin.
«Les gouvernements municipaux ont la responsabilité de rendre le plus accessible possible la participation des électeurs au scrutin. Or, la méthode alternative de scrutin par téléphone et Internet répond adéquatement à cette exigence», estime Marc Chénier, le directeur général de Casselman.
Pour sa part, le maire de Casselman, Claude Levac, a préféré ne pas se prononcer sur la question avant que l'alternative soit soumise à un vote à la table du conseil.
Cavalier seul
La quasi-totalité des municipalités du gouvernement régional des Comtés unis procéderont avec le mode électronique, à l'exception d'Alfred-Plantagenet, qui garde un goût amer de son expérience avec cette nouvelle méthode lors des élections municipales de 2006.
«Il y a quelques années, il y a eu de gros problèmes lors du vote avec le système électronique. Par exemple, nous avons été témoins de doublon au niveau des numéros d'identification (nécessaires pour voter). Depuis, le conseil a décidé de revenir à la méthode traditionnelle», explique le directeur général de la municipalité, Marc Daigneault.
À Clarence-Rockland, l'idée d'un vote électronique est controversée. Un regroupement citoyen dénommé True Vote s'est organisé afin d'exiger un retour au vote traditionnel.