Un premier aperçu de ce à quoi pourrait ressembler le Carrefour santé d’Orléans.

Carrefour Santé d'Orléans: premières esquisses dévoilées

Les premières esquisses du nouveau carrefour de la santé d’Orléans ont été dévoilées, jeudi soir.

Plus d’une centaine de personnes, incluant la ministre déléguée aux Affaires francophones et députée d’Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde, ont participé à l’assemblée publique qui avait pour but de faire le point sur ce projet,  évalué à environ 60 millions $, qui est en branle depuis près d’une décennie.  

Le carrefour offrira plusieurs services de santé de premier plan sous un même toit, dont des soins ambulatoires, des services de santé mentale et de mieux-être, des services gériatriques, de l’imagerie diagnostique ainsi que des soins de réadaptation. L’immeuble sera érigé à l’intersection du chemin  Mer Bleue et du boulevard Brian Coburn.

Plusieurs partenaires ont pris part au projet dont l’hôpital Montfort, Santé publique Ottawa, le Réseau local d’intégration des services de santé de Champlain, le Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario, le Centre de ressources de l’Est d’Ottawa, Soins continus Bruyère, les Services communautaires de géronto-psychiatrie d’Ottawa et leBureau des services à la jeunesse.

Au cours de l’été, les partenaires ont pris part à plus de 25 ateliers de travail visant notamment à déterminer les services qui y seront réunis et les premières esquisses de l’édifice. 

Une subvention de 5 millions $ du gouvernement de l’Ontario a permis ces premiers pas. 

« L’argent nous a permis d’embaucher tout le personnel nécessaire pour la planification », a précisé Lise Vaillancourt, directrice du projet pour Montfort. 

Les idées tirées de ces ateliers ont ensuite été remises aux architectes du projet. 

Sondage

L’an dernier, un sondage a été mené auprès de la population afin de déterminer les besoins par rapport au carrefour. Au total, 476 personnes ont répondu au sondage qui a révélé que les gens souhaitent avoir un stationnement accessible et gratuit, un accès facile à l’entrée de même qu’un environnement amical. 

« Les gens nous ont notamment précisé qu’ils ne veulent pas d’un environnement évoquant un hôpital », a souligné Mme Vaillancourt. 

On en connaît un un peu plus sur l’échéancier pour la construction de l’édifice. 

Actuellement, le projet en est encore à la phase de production des plans architecturaux mais un plan complet sera soumis à la province d’ici les prochains mois. 

Selon Marie-France Lalonde, les appels d’offres pour la construction pourraient être faits dès le milieu de l’année 2018 et le début de la construction en 2019.