«Nous on a essayé d’intégrer un peu de français avec la ferme l’Artisan et au moins une phrase en français parce qu’on est une région bilingue», a tenu à souligner la directrice de Tourisme Prescott-Russell, Geneviève Duval.
«Nous on a essayé d’intégrer un peu de français avec la ferme l’Artisan et au moins une phrase en français parce qu’on est une région bilingue», a tenu à souligner la directrice de Tourisme Prescott-Russell, Geneviève Duval.

Campagne publicitaire unilingue: les francophones ne seront pas en reste dit Tourisme Prescott-Russell

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Tourisme Prescott-Russell (TPRT) a lancé lundi une campagne publicitaire unilingue anglophone qui a tôt fait de susciter des réactions chez les Franco-Ontariens de la région.

Sur Facebook, plusieurs internautes s’insurgent face à l’absence de français dans le projet, piloté en collaboration avec TPRT, CTV Ottawa et les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR). «Le projet en tant que tel Field to Forks provient du sud de l’Ontario et est anglophone à 100%. Nous on a essayé d’intégrer un peu de français avec la ferme l’Artisan et au moins une phrase en français parce qu’on est une région bilingue», a tenu à souligner la directrice de TPRT, Geneviève Duval.

Consciente qu’une seule phrase dans l’entièreté d’une vidéo est loin d’être suffisante, elle stipule que les francophones ne seront pas en reste. Sans pouvoir dévoiler l’entièreté du projet, Mme Duval précise qu’une campagne semblable, cette fois entièrement francophone, devrait être dévoilée un peu plus tard cette semaine. «On a une campagne francophone qui va sortir jeudi. On travaille avec Narcity Québec. Ce sera du contenu 100% francophone et on dirige les gens vers le site web en français.»

Questionnée à savoir si des sous-titres en français auraient également pu être une option d’ajout pour la vidéo anglophone, Mme Duval explique que la campagne Field to Forks, déjà établie dans le sud de la province, avait ses propres restrictions visuelles à respecter. «On a essayé de trouver des façons, mais ça ne donnait pas le même look.» Elle réitère également les retombées importantes que la campagne anglophone pourrait avoir sur la région, alors que les chaînes télé et radio où sera diffusé le contenu ont une large portée. «TPRT on a investi dans une campagne francophone à 100% et anglophone à 100%. On trouve que c’est un bon compromis pour la région», ajoute la directrice.