La nouvelle mairesse de Cornwall, Bernadette Clement

Bernadette Clement, première femme noire mairesse de l’Ontario

L’élection de Bernadette Clement à titre de mairesse de Cornwall a causé tout un émoi au sein des différentes communautés de l’Ontario. C’est qu’en plus d’être la première femme noire mairesse en province, elle est aussi francophone. Tour d’horizon de ses réalisations et de ses priorités.

Avocate et politicienne d’expérience, Mme Clement a remporté facilement la victoire, avec 53,86 % des suffrages. Le candidat qui est arrivé derrière elle, David Murphy, n’a obtenu que 24,5 % des votes.


«  J’ai vécu deux maires différents, deux styles de leadership différents. J’ai beaucoup appris dans ces 12 années. À 53 ans, j’ai une belle maturité [...]  »
Bernadette Clement, mairesse de Cornwall

Une victoire pas si surprenante, considérant que la nouvelle mairesse œuvre déjà au sein du conseil municipal depuis 12 ans. « J’ai vécu deux maires différents, deux styles de leadership différents. J’ai beaucoup appris dans ces 12 années. À 53 ans, j’ai une belle maturité, une belle confiance, c’est un âge très intéressant pour exercer un leadership féminin, dans tous les sens de ce mot-là », a déclaré Mme Clement.

La nouvelle mairesse est fière que sa voix ait compté lors de plusieurs gros projets de la ville. Elle parle entre autres des améliorations apportées au parc Lamoureux et au système de traitement des eaux usées, « un projet pas très sexy, mais nécessaire ». Elle se souvient également du projet de l’aréna de 30 millions de dollars, qui a été accompli durant ses mandats. « C’était un gros projet, il y a eu de la controverse aussi, à savoir où situer l’aréna, quelle grosseur, combien ça coûte. Mais je suis fière parce qu’aujourd’hui, c’est un bâtiment qui est utilisé par toutes les générations. »

La priorité qui urge le plus, selon Mme Clement, est d’assurer le travail d’équipe au sein du conseil. La mairesse souhaite s’asseoir avec tous les membres et établir immédiatement le code de conduite. « C’est une nouvelle équipe, il faut faire du team building, avant même d’entrer dans la période du budget. »

L’un des plus grands rêves de la mairesse pour la ville de Cornwall est un Centre des arts. « On aimerait ça. La ville a acheté un bâtiment au centre-ville. Mais là, on a besoin des partenaires aux niveaux provincial et fédéral. C’est un projet notoire à mener dans les prochaines années. »

Mme Clement souhaite aussi développer les relations de Cornwall avec son voisin du sud, la communauté de première nation Akwesasne, de l’autre côté du fleuve Saint-Laurent. La réserve autochtone et la ville de Cornwall sont copropriétaires de ce bord de l’eau. « Une des clés est de développer notre bord de l’eau. Si on peut montrer qu’on est une ville capable de travailler avec une première nation en copropriété, les gens vont peut-être se dire “OK, Cornwall a élu le premier maire juif du Canada il y a plusieurs années, la première femme noire, et là ils travaillent en copropriété avec une première nation.” C’est unique. Ce sont de bons voisins, ils dépensent beaucoup d’argent chez nous. C’est ça qui va nous démarquer. »