L’initiative « Toutes mes relations / Ne ne akwé:kon iakwatatenónhkwe » est destinée à des élèves des écoles secondaires francophones publique et catholique de Cornwall et de l’école Ahkwesahsne Mohawk School.

Autochtones et francophones se rapprochent dans l’Est ontarien

Une collaboration « importante » entre les conseils scolaires francophones de l’Est ontarien et le Ahkwesahsne Mohawk Board of Education a été entamée au début de l’année scolaire. Alors que les communautés de Cornwall et d’Akwesasne tentent depuis plusieurs années de solidifier leurs relations, le projet d’échange interculturel Franco-Autochtone permet de le faire à la source, c’est-à-dire chez les élèves.

L’initiative « Toutes mes relations / Ne ne akwé:kon iakwatatenónhkwe » est destinée à des élèves des écoles secondaires francophones publique et catholique de Cornwall et de l’école Ahkwesahsne Mohawk School. Le projet a été mis sur pied pour créer des liens importants entre les jeunes tout au long de l’année au travers d’activités sportives, artistiques, culturelles, linguistiques et culinaires, notamment.

« Quand on pense à la langue, nous avons été traités de façon très similaire », remarque l’agent linguistique et culturel du Ahkwesahsne Mohawk Board of Education, Richard TJ Point.

« Nous n’étions pas autorisés à parler notre langue à l’école. On a parcouru un long chemin, parce qu’aujourd’hui, on le fait toujours. C’est la même chose avec notre identité ; les communautés aborigènes et les Canadiens français ont tous deux été envoyés dans des pensionnats en raison de nos langues, de nos cultures. »

M. Point note l’importance du partage culturel et du savoir entre les deux communautés, « ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé ».

Même s’il n’en est qu’à ses débuts, le projet est déjà bénéfique, croit-il. « Les connexions entre les deux communautés, ça ouvre des portes pour l’avenir. Ils partagent des idées, ils se font des amis. Les sourires sur leurs visages, chaque jour, ça raconte des centaines d’histoires. »

Co-coordonnatrice du projet au sein de l’Association canadienne française de l’Ontario (ACFO-SDG), Julie Bellavance est d’avis qu’il s’agit d’un projet très rassembleur, puisque « dans une communauté où il n’y a pas énormément de gens d’une autre culture, autant d’un côté que de l’autre, ça permet aux gens de comprendre qu’ils aiment les mêmes choses ».

« On est dans une société avec une mosaïque culturelle diversifiée, et à Cornwall, on a les gens d’Akwesasne comme voisins, alors on doit tisser des liens. »

Le projet se conclura par le dévoilement d’une murale créée par les élèves, au mois de juin 2020. Des spectacles avec des artistes franco-ontariens et mohawks seront aussi organisés.

Les organisateurs affirment qu’ils ont déjà de nouvelles idées pour poursuivre cette collaboration, et espèrent pouvoir offrir d’autres projets de ce genre à l’avenir.

« Les Premières Nations et les francophones ont beaucoup plus en commun qu’ils ont de différences, et nous devons simplement apprendre à vivre avec le fait que nous sommes tous des êtres humains avec des cultures uniques », conclut M. Point.