La mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly, a été blanchie par le commissaire à l’intégrité dans un rapport déposé lundi dernier.

Augmentation de salaire de la mairesse de Hawkesbury: pas de conflit d’intérêts

La mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly, n’était pas en conflit d’intérêts lors des discussions concernant son augmentation de salaire, selon un rapport d’une dizaine de pages du commissaire à l’intégrité.

En mai dernier, Mme Assaly avait demandé de faire passer son salaire de 36 329 $ à 55 583 $, ce qui lui aurait permis de se hisser au-dessus de la moyenne salariale des maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Adopté par le conseil municipal lundi soir, le rapport du commissaire à l’intégrité John Saywell indique que malgré « l’intérêt monétaire dans la question de sa rémunération », Mme Assaly n’a pas enfreint la loi en étant présente durant la discussion et le vote concernant son salaire.

Une plainte déposée en juin, dont le nom de l’auteur n’a pas été révélé, alléguait que la mairesse de la Ville de Hawkesbury était en conflit d’intérêts quant à sa proposition.

L’auteur de la plainte accusait Mme Assaly d’avoir tenté d’influencer le conseil avec les discussions tenues avec les élus et d’entrevues accordées à des journalistes de Radio-Canada et des Éditions André Paquette.

Durant son enquête, le commissaire Saywell a mené des interrogatoires avec les journalistes en question et la mairesse.

« La Loi sur les municipalités autorise expressément les conseils à décider de leur propre rémunération et la Loi sur les conflits d’intérêts dans les municipalités établit une exception pour tout conflit d’intérêts qui découle de leur rémunération. La participation de Mme Assaly, directement ou indirectement, au débat sur cette question ne peut donc être considérée comme une violation des principes du Code ou des règles de la Loi sur les conflits d’intérêts dans les municipalités. »

Finalement, les élus ont accordé une majoration de 25 % à la mairesse. Mme Assaly demandait plutôt 53 %.

Le coût de l’enquête, qui s’élève à 4000 $, sera assumé par la municipalité.