Le président des Comtés unis de Prescott et Russell, Gary Barton

Appels d'urgence: le contrat est refilé aux CUPR

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) seront désormais responsables de négocier une entente pour les services de répartition des appels d'urgence des incendies.
Le conseil a adopté, mercredi, une résolution mandatant l'administration de signer une entente pour le service de répartition de la Ville de Hawkesbury, pour 2017, au nom de six municipalités, soit Champlain, Russell, Casselman, Hawkesbury Est, Alfred-Plantagenet et la Nation. Les municipalités devront rembourser les coûts aux CUPR. 
La résolution n'a pas fait l'unanimité à la table des maires. Une décision était de mise, toutefois, puisque les ententes actuelles entre les six municipalités et la Ville de Hawkesbury se terminent le 28 février. 
« Nous sommes à un point où nous devons négocier et faire avancer les choses. Si nous ne pouvons pas avancer, nous avons un sérieux problème. Le service de répartition est crucial pour le service des incendies », a souligné le président des CUPR, Gary Barton. 
Le dossier des services de répartition est au coeur des débats, depuis près de trois ans, alors que les municipalités de CUPR souhaitent obtenir les services de la Ville d'Ottawa. 
La capitale a toutefois laissé entendre qu'elle ne signerait pas d'entente avec les municipalités individuellement. C'est pourquoi la résolution propose une entente régionale. Actuellement, seule la Cité de Clarence-Rockland a une entente avec Ottawa.
Opposition
Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, s'est d'ailleurs opposé à la résolution. « Moi, j'ai un contrat et je n'ai pas l'intention de le briser pour joindre une entente régionale », a fait savoir M. Desjardins. 
Pour sa part, la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, a voté contre cette résolution qui pourrait signifier, en quelque sorte, le début de la fin du service de répartition de Hawkesbury.  
« Vous (six municipalités) êtes allées derrière notre dos avec l'idée de déménager vos services vers la Ville d'Ottawa », a déploré Mme Charlebois. 
Avec le départ anticipé des municipalités, la Ville de Hawkesbury se retrouverait avec un manque à gagner de plus de 400 000 $, selon la mairesse. Cela a d'ailleurs poussé Hawkesbury à emboîter le pas et à entamer le processus pour se joindre au service d'Ottawa.
Pour Gary Barton, le processus de transfert du service de répartition a été transparent. « Votre municipalité savait que nous regardions pour aller avec le service d'Ottawa. Nous avons toujours dit aussi que si Hawkesbury pouvait se rapprocher du coût d'Ottawa, on pourrait reconsidérer, mais ce n'est pas le cas. »