Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Est ontarien

Possibilité d’un second conseiller pour Limoges

Une nouvelle étude sur les limites des quartiers de Limoges pourrait faire augmenter à deux le nombre de conseillers. Un souhait partagé depuis plusieurs années par de nombreux résidents.

Actuellement, le conseil municipal de La Nation comprend quatre quartiers. La firme Watson & Associates Economists LTD a été sélectionnée pour faire en faire l’analyse. Elle sera responsable d’évaluer les forces et les faiblesses du système, de mener des consultations auprès des élus et du public et de préparer des projections de la démographie en prévision des trois prochaines élections municipales. Watson & Associates Economists devra aussi préparer un rapport qui établira des limites de quartiers alternatives de La Nation.

Est ontarien

Cornwall doit rembourser 5,3 millions $ à Walmart

La Ville de Cornwall doit rembourser près de 5,3 millions $ en impôts fonciers à Walmart Canada Corp. après un règlement de l’appel de l’évaluation de deux de ses centres de distribution.

La Ville de Cornwall a conclu une entente avec Walmart et la Société d’évaluation foncière des municipalités (SÉFM) après que la multinationale ait fait appel de la valeur des deux succursales, qu’elle jugeait trop élevée. Après une série de négociations, la décision a été rendue dans le cadre d’une séance de médiation tenue par la Commission de révision de l’évaluation foncière. 

Le remboursement, d’un montant total de 5 265 751 $, couvre les années d’imposition foncière entre 2012 et 2020. 

Pour la succursale du 2401, SCM Way, l’impôt foncier municipal que Cornwall doit rembourser est d’un peu plus de 2 millions $, tandis que le montant s’élève à plus de 3 millions $ pour le centre situé dans le parc industriel de la Ville. 

De ce montant, près de 3,3 millions $ seront prélevés d’une réserve de stabilisation fiscale que la Ville avait mise sur pied en amont des deux recours intentés par Walmart.  

« La différence de 1 971 666 $ sera financée à même les réserves de travail et remboursée aux réserves de travail au cours des prochaines années », a indiqué dans un communiqué la trésorière et directrice générale des services financiers, Tracey Bailey.

Le rajustement de l’évaluation du crédit de 2012 pour la succursale du 2401, SCM Way est passé de 97,9 millions $ à 75 millions $, et celui de 2016 est passé de 89,5 millions $ à 79 millions $. Quant au centre de distribution situé dans le parc industriel, le rajustement du risque de 2012 est passé de 119 millions $ à 90,5 millions $ et celui de 2016, de 127,9 millions $ à 123 millions $.

Walmart est l’un des plus importants employeurs de la municipalité, et l’entreprise est parmi celles qui paient le plus cher en impôts fonciers.  

« La Ville est en faveur d’une évaluation foncière correcte, juste et équitable. Il est important que les évaluations soient exactes, tant pour le propriétaire foncier que pour la municipalité », peut-on lire dans le communiqué publié par la Ville. 

Rappelons qu’en 2018, Cornwall a intenté une poursuite contre la SÉFM afin d’obtenir une forme de répit pour les « évaluations inexactes » de plusieurs grandes propriétés commerciales dans la communauté depuis plusieurs années. Ces propriétaires ont fait appel de ces évaluations, estimant que la valeur de leur propriété était trop élevée et qu’ils payaient trop d’impôts fonciers. Parmi ces propriétaires figuraient notamment des sociétés telles que Canadian Tire, Target et Shoppers Drug Mart. 

Les remboursements avaient dégarni les coffres de la municipalité de plus de 6 millions $.

Est ontarien

Un choix de carrière en réalité virtuelle

Envie de changer de carrière ? Il est maintenant possible d’essayer virtuellement un métier au Centre de Services à l’emploi de Prescott-Russell (CSEPR).

Le CSEPR a fait l’acquisition d’un programme de réalité virtuelle, le CareerLabsVR, qui permet de tester les différents emplois qui sont en grande demande dans la région de Prescott et Russell. Pour l’instant, les métiers disponibles sont ceux de soudeur, d’opérateur d’équipement lourd, de technicien en chauffage, ventilation et climatisation, de technicien en robotique et d’électricien.

Est ontarien

Premier débat dans GPR: Lemieux reste plus silencieux

Bien qu’il s’agissait d’une occasion en or pour l’ex-député conservateur Pierre Lemieux de revenir sur son mandat de dix ans au sein du gouvernement Harper, il est demeuré plus silencieux que certains de ses adversaires lors du débat entre les principaux candidats de Glengarry-Prescott-Russell, jeudi soir.

C’est plutôt le candidat du Parti populaire du Canada (PPC), Jean-Jacques Desgranges, qui a occupé davantage de temps de parole en faisant pleuvoir les critiques sur le gouvernement Trudeau et son député sortant, Francis Drouin.

Est ontarien

Augmentation de salaire de la mairesse de Hawkesbury: pas de conflit d’intérêts

La mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly, n’était pas en conflit d’intérêts lors des discussions concernant son augmentation de salaire, selon un rapport d’une dizaine de pages du commissaire à l’intégrité.

En mai dernier, Mme Assaly avait demandé de faire passer son salaire de 36 329 $ à 55 583 $, ce qui lui aurait permis de se hisser au-dessus de la moyenne salariale des maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Est ontarien

Une étude sera lancée concernant l'eau brune à Casselman

L’été est officiellement terminé, mais il est toujours possible que des épisodes d’eau brune soient observés à Casselman, dans l’Est ontarien. Les autorités municipales et l’Agence ontarienne des Eaux (AOE) tenteront de remédier à la situation en lançant une étude.

De l’eau brune et jaunâtre est apparue chez certains résidents de la municipalité de Casselman, cet été, en raison de la présence de manganèse dans la rivière de la Nation sud, source d’eau potable de cette communauté. Le manganèse est un minéral qui se forme naturellement et il est très répandu dans l’air, l’eau et le sol.

Éducation

Marcel Paulhus, premier directeur du collège d’Alfred, s’éteint

Le premier directeur du collège d’agriculture d’Alfred et ancien agronome du ministère de l’Agriculture de l’Ontario, Marcel Paulhus, est décédé en Alberta le 5 septembre, des suites de complications post-chirurgicales.

Originaire de la Saskatchewan et fier Fransaskois, M. Paulhus s’était établi à la retraite en Alberta.

Mandaté en 1980 par le ministre de l’Agriculture de l’Ontario d’étudier la faisabilité de la création d’un collège d’agriculture à Alfred, dans l’Est ontarien, il a joué un rôle clé dans sa mise sur pied. 

« Je suis profondément attristé d’apprendre le départ de Marcel, a affirmé l’ancien député provincial de Prescott-Russell, Jean Poirier. Je garde un excellent souvenir d’une personne qui s’est investie corps et âme dès le début pour assurer le succès du collège. Personnalité affable, il a su tisser des liens étroits pour s’assurer que le collège devienne l’institution clé du développement du monde agricole et alimentaire. »

À LIRE AUSSI: Décès de Marcel Paulhus, premier directeur du Collège d’Alfred, une lettre de Jean Poirier

Siégeant tous les deux au comité d’étude de faisabilité du collège, MM. Paulhus et Poirier ont collaboré étroitement afin d’assurer la création de l’institution académique. À l’époque, M. Poirier était agent de développement communautaire à l’ACFO régionale de Prescott et Russell. 

Le producteur laitier de Sainte-Anne-de-Prescott et ancien président de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), Alain Lavigne, s’est lui aussi dit attristé d’apprendre le décès de M. Paulhus. « Marcel fut le cœur du collège. Dès le début, il a compris l’injustice envers la collectivité agricole franco-ontarienne de la voir sans son institution clé quelque 70 ans après l’avoir formellement demandée en 1910 au gouvernement de l’Ontario. Il a tout de suite endossé notre cause. Il a fait en sorte que le collège ait une âme franco-ontarienne. Il était à l’écoute de nos besoins et avait établi une excellente connexion avec les producteurs agricoles. » 

Marcel Paulhus était diplômé en agriculture de l’Université de l’Alberta à Edmonton. Il a notamment été agronome adjoint pour le comté de Prescott, sous l’agronome Laurent Farmer. Il a aussi occupé des postes d’agronome dans le Nord de l’Ontario, à Kapuskasing et à North Bay, ainsi que dans le comté de Russell. 

Depuis le départ de l’Université de Guelph comme co-gestionnaire du Collège d’Alfred, l’institution fait maintenant partie du collège La Cité d’Ottawa et a été renommée l’Institut de formation et de recherche agroalimentaire (IFRA).

Est ontarien

PR Transpo sera prêt dès octobre

Les panneaux d’arrêt sont prêts, les différents trajets ont été identifiés. Après près d’un an de consultations publiques et d’études de marché, le service de transport intermunicipal par autobus PR Transpo sera fin prêt dès le mois prochain.

Il y a près de deux ans, un soutien financier de 2 millions $ avait été annoncé par le ministère des Transports de l’Ontario pour la création d’un système de transport intermunicipal dans les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Est ontarien

Les Francos affichent leurs couleurs à Saint-Albert

La journée du 25 septembre a été marquée d’une manière toute spéciale pour les Franco-Ontariens de Saint-Albert, dans l’Est ontarien. Tous vêtus de vert et de blanc, ils étaient plus d’un millier à s’être réunis à la Fromagerie St-Albert afin de célébrer l’inauguration du 17e monument de la francophonie de l’Ontario.

Perruques vertes, tutus blancs et drapeaux à la main, ce sont notamment des artistes, des élèves, des enseignants et des politiciens qui sont venus exprimer leur amour profond pour leur culture et leur histoire.

Est ontarien

L’Université de l’Ontario français... à Cornwall?

Les élus de la Ville de Cornwall, dans l’Est ontarien, ont conclu lundi soir qu’ils souhaiteraient que l’Université de l’Ontario français (UOF) soit installée à même leur territoire. Mais s’agit-il vraiment d’une option prônée par le conseil de gouvernance?

Une résolution, apportée par le conseiller municipal Syd Gardiner, vise principalement à ce que Cornwall soit prise en considération pour devenir un lieu d’accueil de l’UOF.

Est ontarien

La Bibliothèque publique de Clarence-Rockland demande l’aide de la communauté

Les employés de la Bibliothèque publique de Clarence-Rockland organisent un gala, le 5 octobre, afin de rembourser un prêt octroyé par la municipalité et par le fait même, continuer à pouvoir offrir ses différents programmes et services à la communauté.

L’an dernier, la municipalité de Clarence-Rockland a prêté 40 000 $ à la Bibliothèque pour qu’elle puisse transformer le laboratoire, un endroit qui permet maintenant aux membres de la communauté de s’y rassembler et aux étudiants d’y faire leurs devoirs. 

Il faut maintenant rembourser le prêt, et la coordonnatrice des communications et des acquisitions Tania Arand répète qu’elle tient à inviter la communauté à participer en grand nombre. « Le lab est utilisé tout le temps, et c’était ça le but. Le gala, c’est une collecte de fonds, et on demande aux gens et aux entreprises autour de nous aider. »

Le gala « Il était une fois » promet d’être une soirée mémorable, avance Mme Arand. Les participants auront droit à un spectacle de l’illusionniste bilingue Kayser Magic, un encan silencieux et une dégustation de vins et bières, entre autres. 

Le gala « Il était une fois » aura lieu le 5 octobre, à 19 h, à la succursale de Rockland. Des billets sont en vente dans les deux succursales, soit à Rockland et à Bourget. 

Est ontarien

Une nouvelle station paramédicale à Embrun

Les résidents de Russell, dans l’Est ontarien, auront une toute nouvelle station paramédicale, qui sera construite à Embrun. La première pelletée de terre, qui s’est tenue vendredi, a marqué le début de ce projet d’une valeur de 2,2 millions $.

Un nouveau bâtiment de 7000 pieds carrés, situé au 371 avenue New York Central, verra bientôt le jour. Cette station paramédicale sera suffisamment spacieuse pour accueillir quatre véhicules ambulanciers.

Est ontarien

Un dernier adieu à Yves Saint-Denis

L’église Saint-Joachim de Chute-à-Blondeau, dans l’Est ontarien, était pleine à craquer, jeudi, alors que plus de 350 personnes se sont déplacées pour les funérailles du militant franco-ontarien, Yves Saint-Denis.

Après avoir dévoué toute sa vie à défendre la francophonie canadienne, Yves Saint-Denis a rendu l’âme à l’âge de 78 ans, le 9 septembre, aux suites d’un long combat contre le cancer.

Est ontarien

De plus en plus de gens utilisent les autobus de 417 Bus Line

Une augmentation de l’achalandage pour le service d’autobus a été observée au cours de la dernière année dans la municipalité de Russell, à tel point que des revenus supplémentaires de 20 000 $ sont prévus d’ici la fin de l’année.

De plus en plus de résidents montent à bord des autobus de 417 Bus Line au quotidien. Cette augmentation serait en grande partie causée par la croissance vertigineuse de la population de Russell, selon la directrice de l’aménagement du territoire, du développement économique et de la construction du canton de Russell, Dominique Tremblay.

Est ontarien

Interdiction de feux en plein air à Cornwall: des citoyens en colère

À Cornwall, pas une, mais bien deux pétitions signées par plus de 1600 personnes ont été mises en ligne au cours des derniers jours. En début de semaine, les élus municipaux ont voté à huit voix contre trois pour éliminer les feux en plein air après que le chef du Service d’incendies Pierre Voisine ait demandé au conseil d’interdire cette pratique.

Pierre Voisine a précisé qu’il n’a pas proposé cette interdiction en raison de la sécurité publique ou pour une augmentation des incendies, mais bien à cause du nombre élevé des plaintes envoyées par les voisins. 

En 2018, son département a reçu 62 plaintes durant les six mois où il est permis de faire des feux dans sa cour. Depuis avril, ce sont près de 80 plaintes qui ont été enregistrées, dont la plupart proviennent de résidents qui n’apprécient pas la fumée générée par les feux de leurs voisins, ou de résidents dont les voisins n’ont pas de permis. 

Le Code de prévention des incendies de l’Ontario interdit le brûlage à l’air libre dans la province, à moins qu’un règlement municipal le permette. M. Voisine considère que la grande densité de population de la Ville de Cornwall et son aspect plus urbain que rural réduisent à 0,5% la proportion de gens éligibles à une telle permission. La plupart des propriétés situées en milieu rural sont considérées comme des terres agricoles et sont exemptées du Code. 

Actuellement, la Ville de Cornwall octroie 260 permis de brûlage. Chaque permis est valide pour une période de trois ans. Une clause grand-père sera mise sur pied afin de permettre aux titulaires actuels de permis de les conserver jusqu’à ce qu’ils soient expirés. 

Par ailleurs, le chef pompier propose plutôt aux résidents de passer aux appareils à base de carburant. Ces appareils ne nécessiteront pas de permis, et s’allument généralement avec du gaz naturel, du propane ou de l’éthanol. 

L’élimination du programme de permis de brûlage en plein air aura une incidence négative sur les revenus de Cornwall d’environ 8000$ par an, selon le rapport des Services d’incendie.  

«Je ne me fais pas d’amis, je comprends ça, mais je pense que ce qu’on a proposé comme alternative, c’est bon. C’est ce que j’utilise chez moi, et c’est très facile à utiliser, et ça ne fait pas de boucane.»

Une décision impulsive?

L’auteur de l’une des pétitions, Stéphane Séguin, juge que les membres du conseil municipal ont décidé de façon trop hâtive. «Les citoyens n’ont même pas eu la chance de donner leurs commentaires. Le chef pompier a parlé au conseil, et après, la décision s’est prise vite.»

Le résident de Cornwall est d’avis que les raisons énumérées par M. Voisine ne sont pas suffisantes pour empêcher cette activité. «C’est plaisant, entre amis, avec les enfants, de faire des feux de camp l’été. Ça donne quelque chose à faire en famille. Il y a beaucoup plus de gens qui le font que de gens qui ont un problème avec ça.»

M. Séguin et un regroupement de citoyens espèrent pouvoir convaincre les élus de revoir leur décision lors de la prochaine réunion du conseil municipal, le 23 septembre. 

Une rencontre intitulée «Les résidents de Cornwall contre l’interdiction de faire des feux» sera aussi organisée au Club Optimiste de Cornwall, vendredi soir. Une quarantaine de participants prévoit s’y présenter. 

Est ontarien

Des résidents s’opposent à un projet d’expansion de la Fromagerie St-Albert

Considérée comme un véritable moteur économique dans l’Est ontarien, la Fromagerie St-Albert voudrait augmenter sa production. Même si ses projets d’expansion sont loin d’être concrétisés, certaines étapes ont déjà été franchies au cours des dernières semaines. Des résidents du quartier déplorent toutefois le manque de consultation à leur égard, ainsi que les concessions accordées trop facilement à l’entreprise.

Le conseil municipal de La Nation a récemment approuvé une modification au zonage d’un terrain de la rue St-Paul, près de la Fromagerie St-Albert, pour que l’entreprise puisse y installer une nouvelle entrée.

Est ontarien

Une initiative pour ne plus craindre de marcher seule la nuit

Le Centre Novas-CALACS francophone de Prescott-Russell invite la communauté à se rallier pour la Marche « La rue, la nuit, femmes sans peur », le mercredi 18 septembre.

La 12e mouture de cet événement, qui sert à donner une voix au mouvement de sensibilisation contre la violence faite aux femmes, sera tenue dans le village de Wendover, à Alfred-Plantagenet.

Une femme ne devrait pas avoir à craindre de se promener toute seule la nuit, a tenu à rappeler la directrice générale du Centre Novas-CALACS francophone de Prescott-Russell, Anne Jutras. « Il y a plein de mythes autour des femmes qui sont agressées sexuellement, notamment que ce sont des étrangers, le soir, quand il fait noir, ou encore que ce n’est pas sécuritaire pour une femme de marcher seule la nuit, et que c’est notre responsabilité d’être accompagnée. »

80 % des agressions sexuelles dénoncées sont faites par des gens qui sont connus par la victime, dit-elle. « À la maison, au travail, rarement dans les ruelles noires. Ça arrive, mais beaucoup moins, et c’est pourquoi il faut défaire ce mythe. On veut se réapproprier la rue. On ne devrait pas avoir à penser à ces choses-là. »

Pourquoi cette marche est-elle toujours nécessaire en 2019 ? Parce que « plein de nos droits sont remis en question plus souvent qu’autrement », note la directrice générale de l’organisme, soulignant notamment le droit à l’avortement. 

« On se disait qu’on n’avait plus besoin de crier aussi fort, parce qu’on les avait acquis, nos droits. Mais là, on recommence à toucher à la base. Ce sont les femmes, et souvent les femmes les plus vulnérables qui portent la charge de ces droits-là. »

Au Canada, une femme sur trois subira une agression sexuelle à l’âge adulte, selon les données les plus récentes de Statistique Canada. 

Nouvelle année, nouvelle municipalité

Chaque année, la Marche est organisée dans une municipalité différente de Prescott-Russell, assurant ainsi une rotation qui permet à tout le monde d’y avoir accès, étant donné la grande superficie du territoire. L’idée est aussi d’offrir l’occasion aux différentes administrations municipales de prendre en charge l’événement. 

Le maire d’Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin, s’est dit ravi d’accueillir cette année l’activité, « qui a pour but de dénoncer la violence et les agressions faites aux femmes ».

Les femmes qui ont besoin de transport peuvent appeler le Centre Novas pour réserver leur place avant le 15 septembre.

Justice et faits divers

De l’héroïne mauve trouvée à Cornwall

L’héroïne mauve, une « substance extrêmement dangereuse », est actuellement en circulation dans la ville de Cornwall, selon un avis publié jeudi par le Bureau de santé de l’Est de l’Ontario (BSEO).

Une substance bleue serait aussi en circulation, selon les rapports reçus par l’organisme. 

« Le BSEO ne détient pas encore la confirmation d’un laboratoire par rapport aux composés de cette substance. Cependant, des substances similaires repérées partout en province ont testé positivement pour le fentanyl et ses analogues comme le carfentanil », peut-on lire dans un communiqué. 

Le carfentanil, une variation hautement toxique du fentanyl, est un opioïde responsable de la montée en flèche des surdoses fatales partout au pays. À l’origine, cette substance a été développée comme anesthésique général pour les gros animaux. Elle est toutefois très dangereuse à la consommation humaine, prévient le BSEO, étant environ 10 000 fois plus toxique que la morphine. 

Ces substances peuvent être retrouvées sous forme de poudre, ou sous forme plus dense comme de la roche. 

« Les gens qui consomment les drogues de rue ou les médicaments contrefaits dans notre région ne se rendent peut-être même pas compte que leurs drogues peuvent avoir été coupées avec les substances parfois mortelles en très petite quantité », prévient le Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste.

Le BSEO a tenu à inciter ceux qui continuent à consommer les drogues de rue de prendre leurs précautions. Ces usagers peuvent diminuer leurs risques en s’assurant de ne pas être seuls pour consommer, de consommer seulement si de l’aide est disponible, de ne pas mélanger leurs drogues et de se procurer une trousse de naloxone gratuite qui peut renverser les effets d’une surdose d’opioïdes. »

Est ontarien

L’Ombudsman de l’Ontario enquête sur des municipalités des CUPR

Le bureau de l’Ombudsman de l’Ontario a publié huit enquêtes sur des municipalités de Prescott et Russell depuis 2017. Six de ces rapports concluent que les élus ont contrevenu, d’une manière ou d’une autre, à la Loi de 2001 sur les municipalités.

En comparaison, aucune enquête concernant des grandes villes comme Ottawa ou Toronto ne figurent sur la liste des rapports du chien de garde de l’Ontario depuis les trois dernières années.

Petite-Nation

Les arts célébrés en grande pompe à L’Ange-Gardien

La mairie de L’Ange-Gardien prendra des allures de galerie d’arts et de site d’exposition, du 13 au 15 septembre, alors que se tiendra la première édition de la Grande fête des arts, formule « améliorée » et « rebaptisée » de l’ancien Symposium Traces qui a pris son envol en 2014.

L’organisme culturel Traces Arts Visuels a dévoilé, mardi, la programmation de son nouvel événement. Au total, plus de 20 artistes en arts visuels, professionnels et émergents, débarqueront à L’Ange-Gardien à la mi-septembre. Plus de 150 tableaux, sculptures et œuvres d’arts textiles seront exposés à l’intérieur et à l’extérieur du 1177, route 315, durant les trois jours de festivités. Le public aura accès gratuitement à une palette diversifiée d’activités culturelles.

Est ontarien

Les MRC et les CUPR s'entendent pour protéger la rivière des Outaouais

La dernière « rencontre d’amitié » annuelle entre les MRC d’Argenteuil et de Papineau et les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) a mené à un engagement de protéger la rivière des Outaouais.

Un « pacte d’amitié » lie les trois gouvernements régionaux depuis 2011. Chaque année, ils se réunissent pour entretenir le partenariat qui les unit et pour discuter notamment de récréotourisme, de culture, de patrimoine et de protection de l’environnement. Cette année, leur réunion s’est tenue sur le site du Centre Notre-Dame de la Rouge, dans la MRC d’Argenteuil.

Est ontarien

Encore loin d’un projet concret pour le carrefour giratoire à Casselman

Le plan de construire un carrefour giratoire à l’entrée de Casselman pourrait prendre plus de temps que prévu. Les membres du comité des Travaux publics des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont demandé qu’un consultant soit embauché pour analyser l’intersection et la faisabilité du projet, lors de leur dernière réunion. Toutefois, ces discussions ne seront pas entamées avant 2020, lors de l’élaboration du budget.

Le maire de Casselman, Daniel Lafleur, aurait préféré que l’étude de l’intersection soit effectuée plus tôt, mais les CUPR n’avaient tout simplement pas les moyens financiers pour l’inclure dans son budget 2019. « On va s’assurer qu’en 2020, ce sera fait le plus tôt possible », a-t-il affirmé.

Lors de la réunion, le directeur des Travaux publics des CUPR, Marc Clermont, a affirmé qu’au fil des ans, les CUPR et la municipalité de Casselman ont investi plusieurs milliers de dollars à l’intersection de la rue Principale, de la rue Racine et du boulevard Laflèche. 

« L’intersection fonctionne correctement compte tenu de son alignement sauf pour la bretelle d’accès ouest (boulevard Laflèche) », a-t-il plaidé pour justifier l’étude du projet de carrefour giratoire. 

L’artère en question est le seul embranchement pour les résidents qui doivent emprunter l’autoroute 417, matin et soir pour se rendre au travail. Elle constitue aussi la porte d’entrée à la municipalité pour les milliers de visiteurs qui s’y arrêtent tous les jours pour faire le plein d’essence ou pour profiter des nombreux restaurants et services. 

L’une des problématiques déplorées par la municipalité est que l’entrée du Jean Coutu et du McDonald’s sur le boulevard Laflèche est trop près de l’intersection principale. L’entrée qui mène à ces deux entreprises est également trop proche de l’intersection principale, créant un risque, dès qu’une file d’attente commence à se former. 

Il y a quelques années, à l’encontre des recommandations des CUPR, Casselman a construit une bretelle d’accès en direction sud de la rue Principale vers le boulevard Laflèche. « Cette situation crée également un problème, a remarqué M. Clermont. Le boulevard Laflèche et la rue Racine sont un peu en biais et ne sont pas alignés. 

La présence de deux poteaux Hydro et Bell au milieu de l’intersection est un défi majeur pour toute amélioration de l’intersection. »

Le coût pour construire ce carrefour giratoire serait d’environ 1,3 million $, mais compte tenu des « limites physiques » de l’endroit, il pourrait s’élever à près de 2 millions $, selon M. Clermont. 

Est ontarien

Une usine de démarrage de cannabis dans l’Est ontarien

Apollo Green, une entreprise qui utilise la culture de tissus à l’échelle industrielle pour produire des millions de plantes de démarrage pour les producteurs de cannabis, a annoncé le mois dernier que Santé Canada lui a octroyé les licences nécessaires pour opérer.

Vars, un petit village annexé à la Ville d’Ottawa, a accueilli récemment une nouvelle entreprise qui se spécialise dans la génétique et dans la culture de tissus pouvant être distribués à d’autres producteurs de cannabis. Apollogreen possède d’ailleurs l’un des plus grands catalogues de cannabis génétique au monde.

Est ontarien

Boutiques de cannabis: pourquoi si peu d’entrepreneurs veulent s’installer à Prescott-Russell?

La Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (CAJO) a dévoilé mercredi les entreprises qui pourront soumettre une demande pour ouvrir une boutique de cannabis. Pour cette deuxième loterie, les municipalités comptant moins de 50 000 habitants avaient cette fois-ci la possibilité de s’y inscrire. Or, pratiquement aucun entrepreneur ne s’est porté garant dans la région de Prescott et Russell. Pourquoi un tel manque d’intérêt ?

Hawkesbury est la seule municipalité des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) à avoir soumis une demande à la CAJO pour ouvrir l’un des 42 nouveaux magasins de cannabis dans la province.

Est ontarien

L’Est ontarien réclame un meilleur réseau électrique

Les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont réclamé au gouvernement ontarien qu’un employé du ministère de l’Énergie de l’Ontario soit assigné au dossier du réseau électrique de l’Est ontarien.

Une demande qui a été adressée au ministre associé Bill Walker ainsi qu’à des représentants de Hydro One, lundi, lors du congrès annuel de l’Association de municipalités de l’Ontario (AMO). Ils ont discuté du développement des réseaux électriques et de gaz naturel dans la région.

Est ontarien

L’ex-greffière du canton de Hawkesbury-Est accusée de fraude

L’ancienne greffière-trésorière de Hawkesbury-Est, Linda Rozon, est accusée d’avoir fraudé la municipalité pour 375 825$.

Selon des informations de Radio-Canada, elle ferait face à 25 chefs d’accusation pour fraude, fabrication de faux documents et abus de confiance par un fonctionnaire public. 

La femme de 59 ans aurait fraudé la municipalité sur une période de neuf ans, entre 2009 et 2017, et elle aurait volé des montants variant entre 500$ et 61 530$ au canton de Hawkesbury-Est. 

Aucune de ces allégations criminelles n’a été prouvée devant un tribunal jusqu’à présent. 

Une vérification de routine de la firme Deloitte effectuée peu avant le départ soudain de Linda Rozon en 2017 aurait permis de déterminer que 53 000$ n’étaient plus dans les coffres de la municipalité. 

À ce moment, le montant avait été complètement remboursé au canton, et aucune accusation criminelle n’avait été portée contre Linda Rozon. 

Cette dernière doit comparaître en Cour le 21 août prochain.

Est ontarien

Investissement majeur du fédéral dans Ivaco

Le gouvernement fédéral investit 18 millions $ dans trois usines de production d’acier détenues par Heico Canada. Cette annonce inclut l’usine Ivaco Rolling Mills, à L’Orignal, où une cinquantaine de postes ont été abolis en avril dernier.

Cette subvention, qui a été confirmée jeudi, permettra la création de 86 emplois et le maintien de plus de 1300 autres emplois au pays. Les fonds seront distribués aux établissements de Laminoir Ivaco et du Groupe des Trefileries Sivaco, situés à L’Orignal et à Ingersoll en Ontario, ainsi qu’à Marieville, au Québec.

Est ontarien

Deux projets d’infrastructure dans l’Est ontarien

Un pont à Glengarry Nord et un ponceau à Saint-Isidore seront remplacés afin d’améliorer, entre autres, la sécurité routière. Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, en a fait l’annonce, mardi matin.

Ayant dépassé sa durée de vie prévue, le pont routier à une voie du chemin Creek, à Glengarry Nord, sera remplacé par un nouveau pont, qui lui, sera muni de deux voix. 

Ce nouveau lien devrait améliorer la fluidité de la circulation et la sécurité des conducteurs.