Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Est ontarien

Élargissement de la route 17/174: un conseiller s’en prend aux CUPR

Le conseiller municipal de Clarence-Rockland, Mario Zanth, qualifie d’« opportunité gaspillée » la rencontre avec la ministre des Transports de l’Ontario, Caroline Mulroney.

Au congrès annuel de l’Association des municipalités rurales de l’Ontario (AMRO), qui s’est terminé mardi, des représentants des CUPR avaient rendez-vous avec la ministre Mulroney pour discuter du dossier de l’élargissement de la route 17/174.

Est ontarien

Le maire Desjardins intéressé par l’investiture libérale au provincial

Reconnu pour ses vives critiques envers la députée Amanda Simard, le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, avoue qu’il réfléchissait toujours à la possibilité de se présenter comme candidat à l’investiture libérale dans la région de Glengarry-Prescott-Russell.

Or, selon les procédures de l’Association libérale provinciale de Glengarry-Prescott-Russell, les candidats potentiels avaient encore amplement de temps pour réfléchir avant d’annoncer une décision officielle. « J’ai été approché, mais je n’ai pas encore pris de décision. Il y a encore deux ans avant que ça arrive, et ça va être une question de voir comment va ma santé », a admis le maire Desjardins en entrevue au Droit, ajoutant qu’il était « en réflexion ». 

En annonçant la nomination automatique d’Amanda Simard comme députée au sein du Parti libéral de l’Ontario (PLO), la semaine dernière, le chef intérimaire John Fraser avait fait savoir qu’il n’y aurait pas de course à l’investiture dans la région de Glengarry-Prescott-Russell, coupant ainsi l’herbe sous le pied de tous ceux qui désiraient s’y présenter, au grand dam de l’Association et de son porte-parole, Jean-Marc Lalonde. 

L’ex-député libéral rappelle qu’aux dernières élections, le même scénario s’était produit avec la candidature du maire de Russell, Pierre Leroux. M. Lalonde est convaincu que le non-respect des procédures de l’Association est l’une des raisons qui ont mené à la défaite du parti dans la région. « Une association rurale est complètement différente d’une association urbaine. C’est pour ça que le candidat ou député doit rencontrer l’exécutif pour se tenir au courant des besoins dans la circonscription. »

M. Desjardins espère que le PLO changera son fusil d’épaule en acceptant une course à l’investiture dans la région. « La dernière fois, c’était une question de timing, le temps pressait. Cette fois-ci, il y a encore beaucoup de temps pour demander une investiture, alors il n’y a pas de raison de ne pas en faire une. S’ils ne peuvent pas respecter tous les comités libéraux locaux, je vois ça comme un problème. (...) J’ai exprimé ce matin à M. Fraser que j’étais mécontent de leur choix. (...) J’ai même vu Kathleen Wynne et je lui ai dit la même chose, j’espère qu’ils vont être en faveur d’une course à l’investiture. Je sais que les gens de Prescott-Russell en veulent une. »

Des différends récurrents

La députée Amanda Simard est convaincue que le possible intérêt de M. Desjardins envers l’investiture libérale provinciale explique « à 100 % » le comportement du maire à son égard. « Il essaie de me rabaisser. Ça fait un bout de temps que je savais qu’il était intéressé, il y avait plusieurs sources. (...) Ça change la dynamique de la conversation et le discours, ça donne du contexte sur les raisons pourquoi il veut toujours me critiquer. »

Lors d’une entrevue réalisée au mois de décembre, le maire Desjardins répondait à une citation de la députée Simard : « L’autre jour, dans votre journal, elle nous a accusés d’être après sa job. Je ne veux pas sa job, je veux juste qu’elle fasse la sienne comme il faut. (...) ».

M. Desjardins affirme par ailleurs qu’il n’était « pas heureux » en apprenant la nomination de Mme Simard. Au cours de la dernière année, il a dénoncé les absences remarquées de la députée au sein de la communauté, notamment lors des inondations qui ont ravagé sa municipalité au printemps dernier. 

Il affirme aussi qu’elle ne s’est pas présentée aux réunions concernant sa municipalité lors du congrès annuel de l’Association des municipalités rurales de l’Ontario (AMRO), qui s’est terminé mardi. « Je n’étais pas surpris. Comme d’habitude, elle ne fait pas grand-chose, et qu’elle soit conservatrice, indépendante ou libérale, je crois que ça va être les mêmes résultats qu’on va avoir d’elle. »

Pour sa part, Mme Simard se défend en affirmant qu’elle a bien reçu les informations à propos des rencontres lors du congrès, mais qu’elle n’a jamais reçu d’invitation claire pour y participer. 

Est ontarien

L'élargissement de la route 17/174 sera abordé avec Ford

Les élus de Prescott et Russell pourront discuter très bientôt du dossier de l’élargissement de la route 17 et 174 avec le gouvernement Ford, à Toronto.

Le congrès de l’Association des municipalités rurales de l’Ontario (AMRO) débutera ce dimanche, dans la ville reine, et se terminera mardi. 

L’an dernier à pareille date, le conseil des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) n’avait pas réussi à obtenir une rencontre avec le ministère des Transports de l’Ontario pour discuter de l’élargissement de la route 17 et 174, un dossier prioritaire dans la région depuis plus d’une décennie. 

Le vent a toutefois tourné cette année, puisqu’une réunion sera effectivement organisée. 

La population qui croît de façon exponentielle dans la région engendre d’importants délais pour les nombreux résidents qui travaillent dans la région de la capitale fédérale. L’élargissement de cette route principale demeure la solution envisagée par les élus. 

Services d’urgence

Les CUPR obtiendront également une délégation pour discuter du partage des ambulances, comme lors du dernier congrès. Ce dossier, qui a été au cœur de nombreuses conversations au cours des dernières années, est toujours aussi brûlant. 

Par contre, depuis que les ambulanciers paramédicaux des CUPR ne répondent plus à leur émetteur radio durant leur retour d’Ottawa vers leur territoire, la situation s’est nettement améliorée, note le directeur des Services d’urgence des CUPR, Marc-André Périard. En 2019, 250 appels ont pu être évités, représentant une diminution de 20 %, comparativement à 2018, a-t-il affirmé lors de la dernière réunion des CUPR. 

Ce moyen de pression avait été mis en place en juin dernier pour demander au gouvernement provincial de trouver une solution au nombre élevé d’appels que reçoivent les ambulanciers paramédicaux des villes avoisinantes, soit Ottawa et Cornwall. 

Au cours du congrès, l’alimentation en électricité et en gaz naturel fera aussi l’objet de rencontres. 

Bien qu’il reconnaisse que des résultats concrets surviennent rarement à la suite de ces rencontres, le président du conseil des CUPR, Pierre Leroux, y voit toutefois une certaine utilité, mais à long terme. « Honnêtement, ça fait dix ans que je suis en politique, je n’ai jamais vu un ministre faire : ‘OK, on va te donner ça.’ Ça n’arrive pas. Mais si on prend ces démarches-là pour informer les ministres de nos besoins, s’il a le choix entre trois ou quatre projets, il pourra se souvenir d’avoir parlé avec nous. Donc il faut faire ces liens-là. »

Est ontarien

Construction d'une résidence pour aînés: les maires des CUPR devront s’entendre sur le coût du permis

La question du permis de construction de la nouvelle résidence pour personnes âgées de Prescott-Russell ne fait pas l’unanimité au sein des élus de la région.

L’ancien président des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), Robert Kirby, avait envoyé en novembre une lettre à la Ville de Hawkesbury, où sera construite la résidence. Il y indiquait que les frais à débourser par les CUPR pour le permis de construction faisaient l’objet de négociations, mais qu’aucun accord n’avait pu être conclu pour le moment.

Est ontarien

Un plan de sécurité communautaire dans les Comtés unis de Prescott et Russell

Les intervenants communautaires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) préparent un plan de sécurité et de bien-être communautaire pour la région.

Pour répondre aux exigences du gouvernement provincial, un comité consultatif composé de nombreux secteurs de la région a été mis sur pied à l’automne pour examiner les atouts et les lacunes de la collectivité. Le Plan servira notamment à élaborer des stratégies pour améliorer la situation actuelle dans les CUPR. 

Depuis son élection comme président des CUPR, le maire de Russell Pierre Leroux affirme qu’il souhaite mettre l’accent sur de meilleures stratégies de communication durant son mandat. 

« Je pense que les communications représentent tout un défi, mais on a vu beaucoup de progrès dans les dernières années entre les différents organismes », souligne Leroux. 

Le comité consultatif regroupe des représentants des Services sociaux et des Services d’urgence des CUPR, de la Police provinciale de l’Ontario (PPO), des commissions de services policiers, des conseils scolaires, de la Maison Interlude, de Centraide Est de l’Ontario, de Groupe Action, de l’Association canadienne pour la santé mentale, de l’Hôpital général de Hawkesbury, de Valoris et du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO). 

« Historiquement, tous les organismes avaient tendance à travailler en silo. Mais avec le temps, on réalise dans la région qu’au bénéfice de la communauté, il faut travailler ensemble. »

Jusqu’au printemps, le comité consultera un plus grand nombre de partenaires communautaires afin de déterminer les stratégies qui peuvent être améliorées et mises en œuvre. 

« Il s’agit d’une transformation de la prestation des services, notamment le réalignement des ressources et des responsabilités pour mieux gérer les risques prioritaires et mieux répondre aux besoins de notre communauté et surtout des groupes vulnérables. » Le processus a débuté à l’été 2019 et le plan doit être adopté d’ici le 1er janvier 2021. 

Est ontarien

Des ateliers en français pour les proches aidants à Cornwall

Les proches aidants francophones de Cornwall pourront participer à un atelier qui vise à leur fournir des outils et des stratégies pour mieux relever les défis auxquels ils doivent faire face.

À Cornwall, la population se fait de plus en plus vieillissante et les besoins en soins de santé se font grandissants. L’âge moyen est de 46 ans, soit cinq ans de plus que la moyenne provinciale, selon les plus récentes données de Statistique Canada.

Est ontarien

Cornwall: les terrains de baseball en danger?

À Cornwall, les terrains riverains du fleuve Saint-Laurent doivent être et seront développés ; c’est l’une des grandes promesses de la mairesse Bernadette Clement. Or, ces imminents changements inquiètent les membres des nombreuses ligues de baseball de la ville, qui craignent de voir disparaître les terrains de baseball situés le long des rives.

Dans le cadre de son plan de revitalisation du bord de l’eau en collaboration avec la communauté Mohawk Akwesasne voisine, la ville de Cornwall s’est récemment intéressée à la propriété du parc Légion, où sont installés les terrains de baseball, prisés par les 25 équipes de baseball de Cornwall ainsi que celles des villes environnantes, telles que Montréal.

Est ontarien

Hawkesbury veut mieux communiquer en 2020

« Communication », ce sera le mot d’ordre, cette année, à la Ville de Hawkesbury.

Au cours des derniers mois, le coordonnateur aux communications Yvan Ruel a développé le premier plan de communication de la municipalité, et l’une de ses résolutions pour l’année à venir est d’améliorer l’accès de la population aux différentes informations provenant de la ville.

Est ontarien

Près d'une centaine d’acres supplémentaires pour la forêt Larose

Scène de plus de 200 kilomètres de routes et de sentiers qui la sillonnent, la forêt Larose, qui s’étend sur plus de 11 000 hectares, vient de voir 94 acres s’ajouter à son arc. Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont fait l’acquisition de cette nouvelle parcelle de terrain.

Le conseil des CUPR a débloqué 237 000 $ du fonds de réserve de la forêt Larose pour l’achat du terrain. L’espace sera réservé à l’ajout de nouveaux sentiers limités à la randonnée et au vélo. Les véhicules tout-terrain (VTT) et les motoneiges n’y auront pas accès. 

« On est très content, parce que c’est une proportion qui offre beaucoup de potentiel récréo-touristique », s’est exclamé le directeur d’urbanisme et de foresterie des CUPR, Louis Prévost.

À ses dires, cette nouvelle section, située à proximité du village de Limoges, dans la municipalité de La Nation, offre un important potentiel de développement économique pour la région. « On aimerait voir apparaître différents commerces, comme des petits restaurants ou des brasseries. Avec le temps, je me suis rendu compte que les gens aiment bien aller prendre une boisson après. Limoges est super bien situé pour ça. »

La forêt Larose jouit d’une bonne croissance en popularité, juge le directeur. Au cours de la dernière année, un compteur a été installé dans une section des sentiers. Entre juin et novembre, l’outil a répertorié environ 13 000 visiteurs. M. Prévost a aussi remarqué que les stationnements sont de plus en plus remplis, depuis quelques années. 

M. Prévost affirme que le développement des sentiers pédestres et cyclables de cette nouvelle section de la forêt permettra un éventuel lien avec les sentiers déjà existants du village. 

Par ailleurs, le secteur attirerait de plus en plus de cyclistes et de randonneurs provenant de Montréal, qui découvrent la région des CUPR par l’entremise de la forêt « facile d’accès et gratuite ». 

M. Prévost souhaite fermement voir la forêt devenir une destination incontournable et, à son avis, elle est en voie de le devenir. L’un de ses principaux objectifs est de relier les deux pôles de Limoges et de Bourget, à Clarence-Rockland.

Radio

Le FM 92,1 partout dans l’Est ontarien

Une décennie de travail vient tout juste de se concrétiser, puisque la radio communautaire FM 92,1 diffuse maintenant à partir de sa nouvelle antenne, permettant à tous les résidents de l’Est ontarien de capter la station.

Dorénavant, tous les auditeurs de Stormont, Dundas et Glengarry ainsi que ceux de Prescott et Russell, pourront écouter la « fréquence plaisir de l’Est ontarien ».

Est ontarien

Pierre Leroux nommé nouveau président

Le maire de la municipalité de Russell, dans l’Est ontarien, a été élu par acclamation comme nouveau président des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) pour l’année 2020, mercredi soir, succédant ainsi au maire de Hawkesbury-Est, Robert Kirby.

Maire de Russell depuis presque cinq ans, M. Leroux a l’intention de se concentrer sur les communications et sur le développement économique.

Est ontarien

Tourisme Prescott-Russell perd une source de financement

Chaque année, une partie de la cagnotte des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) est envoyée à Tourisme Prescott-Russell (TPRT) pour soutenir ses activités dans la région. En 2020, ce sera la dernière fois qu’un tel montant sera octroyé à l’agence.

Le montant final, d’une valeur de 182 000 $, a été approuvé lors de la dernière réunion budgétaire des CUPR.

Est ontarien

Une nouvelle caserne à Casselman

La nouvelle caserne de pompiers de Casselman sera enfin construite, et ce, sans l’aide des gouvernements provincial ou fédéral. Le maire Daniel Lafleur l’a annoncé aux pompiers volontaires lors de la réunion du conseil municipal, mardi.

Lorsque les députés provincial et fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard et Francis Drouin, sont venus visiter la caserne de pompiers de Casselman, en novembre 2018, le maire Daniel Lafleur avait affirmé qu’une nouvelle caserne devrait être construite pour l’année 2020.

Est ontarien

Des adresses en double qui sèment la confusion chez les premiers répondants

Après un appel passé au 9-1-1 au cours de la fin de semaine dernière, une résidente d’Alfred-Plantagenet compte tout faire pour que son adresse soit modifiée. Dans cette municipalité de l’Est ontarien, certaines rues ou concessions portent le même nom, créant une certaine confusion, et parfois même, des retards chez les services d’urgence.

Des résidents d’Alfred-Plantagenet ont vécu une situation troublante, dimanche. Roxanne Malette, son père et sa belle-mère étaient en train de fendre des bûches de bois sur leur terrain de la concession 4, dans le village de Plantagenet. Par inadvertance, la main de la belle-mère de Roxanne Malette est restée coincée dans la fendeuse. 

Aussitôt, elle a composé le 9-1-1.

« Une chance que je viens de la région, parce que je serais allé à l’autre bout », a affirmé l’un des ambulanciers paramédicaux en arrivant sur les lieux. 

En fait, lorsque les sept villages du canton ont été fusionnés, il y a de ça près de 20 ans, les noms et numéros de certaines rues et concessions sont demeurés les mêmes, créant ainsi des doublons d’adresses. 

« Elle attendait, elle perdait beaucoup de sang. J’ai encore son cri en tête », se souvient Roxanne Malette. 

En attendant les ambulanciers paramédicaux, cette dernière s’est rendue au bout de la concession avec son Jeep rouge, à l’intersection, pour attirer leur attention. 

Après avoir vécu cette expérience qu’elle qualifie d’« inacceptable », cette résidente souhaite à tout prix que les élus du canton apportent des changements à ces doubles adresses. 

Ce n’est pas la première fois que le conseil municipal se penche sur la question. 

Toutefois, cette solution, qui peut sembler plutôt simple pour certains, est d’une très grande complexité, juge le maire d’Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin. « C’est facile de dire qu’on change les adresses, mais ça impliquerait qu’il faut changer les permis de conduire, les passeports, les titres de propriété, les documents d’entreprises. Pour la municipalité, c’est complexe aussi, il faut approuver les changements au conseil, les faire approuver par le ministère du Transport de l’Ontario, etc. »

Par ailleurs, la période de transition représenterait un plus grand risque pour la sécurité des citoyens, affirme-t-il. « On a consulté les différents services d’urgence, soit les ambulances, les services d’incendie, la Police provinciale de l’Ontario (PPO). On réalise que le temps que ça prendrait pour faire des changements de chemins pourrait être plus dangereux que d’attendre le temps que le système 9-1-1 s’adapte. »

Le maire Sarrazin a donc plutôt l’intention de miser sur les avancées technologiques. « On croit sincèrement qu’on doit se baser sur les services 9-1-1 de prochaine génération. On ne sait pas quand ça va arriver, mais le processus est déjà enclenché. Il faut que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) dise aux fournisseurs d’activer la localisation du téléphone mobile quand l’utilisateur appelle au 9-1-1. »

Une solution proposée aux résidents

Le Centre de communication et service 9-1-1 du Service de police d’Ottawa, là où certains appels d’urgence des résidents de l’Est ontarien sont relayés, propose une solution aux résidents touchés par les adresses doubles. « Vous pouvez contacter le poste de police de votre région et les informer de la situation. 

Les agents transmettront l’information au service 9-1-1, pour éviter la confusion dans l’éventualité d’une urgence. »

Est ontarien

Des travailleurs européens bientôt à Prescott-Russell

De retour d’un voyage de recrutement de main d’œuvre en Europe, le Centre des services à l’emploi de Prescott-Russell (CSEPR) affirme avoir récolté 400 curriculum vitae, et croit avoir attiré entre 20 et 30 candidats à venir travailler dans la région.

Souvent, c’est dans les grandes villes qu’arrivent les immigrants économiques. La plupart du temps, ils finissent par y rester, sans jamais connaître les opportunités d’emplois qui s’offrent à eux dans les régions.

Est ontarien

Des banques alimentaires qui voient grand

Les grandes distances représentent souvent un défi additionnel auquel doivent faire face les organismes de l’Est ontarien. Mais est-ce que les 2000 kilomètres carrés de Prescott-Russell et sa situation rurale représentent aussi un enjeu pour les banques alimentaires de la région ?

Pas vraiment, jugent les responsables des organismes questionnées par Le Droit.

Est ontarien

Banque alimentaire: le vieillissement de la population inquiète à Casselman

Dans cette communauté à la population grandissante qui a récemment changé son statut de «village» à «municipalité», c’est surtout l’augmentation de la population aînée qui inquiète les responsables de la Banque alimentaire de Casselman.

Au cours des trois dernières années, la proportion d’adultes ayant un revenu d’emploi qui ont accédé aux banques alimentaires de l’Ontario a augmenté de 27 %, d’après le plus récent rapport de Feed Ontario. 

Selon la présidente de la Banque alimentaire de Casselman, Diane Perreault, cette augmentation est due en partie au vieillissement de la population. «C’est notre plus grand défi, l’augmentation des personnes âgées. Moi, j’ai beaucoup de difficulté avec ça, que ces gens-là soient obligés de passer par la banque alimentaire.»

À LIRE AUSSI: Des banques alimentaires qui voient grand

Et cette hausse de l’utilisation des services ne s’améliorera pas, juge-t-elle, puisque le coût de l’épicerie devrait augmenter au cours de la prochaine année. «Je n’ai aucune idée comment les gens vont faire.»

La responsable de la banque alimentaire se dit toutefois heureuse de la bonté de cœur des élèves du secondaire de la municipalité, qui offrent souvent leur aide dans le cadre des programmes de bénévolat de leurs écoles. «Ces jeunes-là, après qu’ils ont fait leurs 40 heures de bénévolat, ils reviennent souvent.»

La banque alimentaire de Casselman a été fondée à la suite de la tempête du verglas de 1998, qui avait frappé de plein fouet la région. Aujourd’hui, les bénévoles qui y travaillent desservent 637 familles de Casselman, de Crysler et de St-Albert. 

À Clarence-Rockland

La vice-présidente de la Banque alimentaire de Clarence-Rockland, Nicole Gaul, espère ne pas avoir à rationner les portions en raison de la hausse de l’utilisation des services de banques alimentaires dans la province. «Dans le moment, on est chanceux, ça n’arrive pas. Mais on n’a pas de boule de cristal. On ne peut pas prévoir ce qui va se passer. Il y a des années où ça va bien, d’autres, moins. Mais on ne veut pas les chatouiller avec des petites portions, on veut vraiment les aider.»

Est ontarien

Enbridge distribue 100 000$ pour former les pompiers ontariens

La plus grosse entreprise d’entreposage, de transmission et de distribution de gaz naturel en Ontario vient d’octroyer un don de 100 000$ qui sera partagé par 20 services d’incendie de l’Ontario, notamment par celui de Clarence-Rockland. Ces fonds seront utilisés pour acheter du matériel d’éducation pour les pompiers.

Le programme Project Assist permet de bonifier la formation des pompiers volontaires et des services d’incendie mixtes dans les communautés où Enbridge est le fournisseur en gaz naturel. Depuis le lancement de ce projet en 2012, 174 bourses ont été offertes à des services d’incendie de la province.

Politique

Les cultivateurs franco-ontariens d'accord avec Ford

Les cultivateurs franco-ontariens sont en faveur du projet de loi du gouvernement Ford qui vise à empêcher l’entrée sans autorisation des propriétés agricoles et à assurer la salubrité des aliments.

Le ministre ontarien de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, Ernie Hardeman, a présenté en début de semaine un projet de loi qui, si adopté, protégera mieux les agriculteurs, leurs animaux, les transporteurs de bétail et l’approvisionnement alimentaire de la province. Il exigera aussi la possession d’une autorisation « préalable explicite » pour accéder à une zone de protection des animaux dans une ferme ou dans une installation de transformation des aliments.

Est ontarien

Financement fédéral pour des entreprises de Prescott-Russell

Le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a passé le début de la semaine chez des entrepreneurs de la région de Prescott-Russell pour annoncer des financements totalisant plus de 300 000 $.

Une série d’entreprises, soit Tulmar Safety Systems, Contak Solutions, Atlantic Braids et Legault Seeds, ont toutes reçu une subvention de l’Initiative d’innovation pour l’Est de l’Ontario, administrée par la Société de développement communautaire de Prescott et Russell (SDCPR). 

Le financement fédéral de 306 153 $ vise à stimuler l’innovation et à créer des emplois dans la région. 

Le président du conseil d’administration de la Corporation de développement communautaire de Prescott-Russell, Éric Drouin, affirme que cet investissement « aura une incidence directe sur la création d’emplois et les possibilités de croissance pour
ces entreprises ». 

« Ces contributions aux entreprises locales sont un bon exemple du potentiel de croissance économique remarquable de Prescott-Russell », a-t-il ajouté.

Pour le député Drouin, « l’innovation est essentielle à la croissance économique durable ».

« Ces entreprises pourront améliorer et développer leurs services, créer des emplois et soutenir la croissance de la classe moyenne », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Legault Seeds a reçu une contribution de 100 000 $. Cette entreprise familiale née dans les années 80 est devenue pionnière du traitement des semences de soja dans l’Est ontarien, et elle est la toute première usine de micronisation établie dans la région, notamment. 

Le même montant a été accordé à Atlantic Braids, un fabricant de cordes en fibres synthétiques. 

 Tulmar Safety Systems, une entreprise qui conçoit, fabrique et distribue des textiles de protection, des solutions de survie et de sécurité pour les industries des domaines aérospatial, de la défense et de la sécurité publique a bénéficié d’une enveloppe de 65 000 $. 

Contak Solutions, qui offre des services et des conseils de recrutement d’employés, a reçu 40 000 $.

Est ontarien

Rapport sur les Inondations du printemps en Ontario: le conseiller Zanth «pas convaincu»

Le conseiller municipal du quartier de Clarence-Rockland affecté par les crues printanières, Mario Zanth, affirme être déçu et non convaincu par le rapport du conseiller spécial en matière d’inondations, Doug McNeil, publié jeudi.

La conclusion que « rien n’indique que les inondations résultent d’une erreur humaine ou d’une exploitation négligente des structures de régularisation des eaux » est difficile à croire, juge l’élu.

Actualités

Inondations: aucune mention de Clarence-Rockland

Même si la municipalité de Clarence-Rockland a été durement touchée par les inondations de 2017 et de 2019, elle n’est pas mentionnée une seule fois dans le rapport du conseiller spécial en matière d’inondations Doug McNeil.

Clarence-Rockland est l’une des 23 municipalités ayant déclaré l’état d’urgence en raison des inondations au printemps dernier.

Est ontarien

Hausse des taxes de 3% dans les CUPR

Les résidents des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) devront payer 3 % de plus en taxes en 2020.

Les maires ont voté en faveur de cette augmentation, mercredi, lors de la dernière des trois réunions du calendrier budgétaire des CUPR.

Est ontarien

Fin de la pénurie de propane: les agriculteurs de l'Est ontarien soulagés

Inquiet depuis les dernières semaines en raison des conditions difficiles engendrées par la météo et par la pénurie de propane causée par la grève des employés du CN, Marc Quesnel, un agriculteur de l’Est ontarien, se dit très soulagé que le conflit entre l’entreprise ferroviaire et son syndicat se soit réglé aussi rapidement.

Une entente de principe a été conclue entre la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC) et le Canadien National (CN), mardi, pour renouveler la convention collective des employés du rail, qui étaient en grève depuis une semaine. 

Les livraisons par rail reprendront leur horaire normal dès mercredi, à 6 h.

À LIRE AUSSI : Entente de principe au CN [VIDÉO]

« On ne s’attendait pas à ce que la grève se règle si vite », affirme M. Quesnel, qui pourra enfin retourner à ses récoltes de maïs. 

Avec la neige qui est tombée de façon hâtive au début du mois de novembre, les agriculteurs ont dû ralentir leurs opérations, puisqu’il est impossible de cueillir certains types de plantes lorsqu’elles en sont recouvertes. La grève du CN avait ajouté aux inquiétudes des travailleurs agricoles de la région, puisque c’est cette entreprise qui est responsable de la majorité des livraisons de propane au Québec et en Ontario. 

Pour M. Quesnel, il ne reste plus qu’à espérer que dame Nature soit un peu plus clémente envers les cultivateurs au cours des prochains jours qu’elle ne l’a été depuis le début de l’année. « On souhaite tous les jours qu’il ne neigera pas trop tôt, mais disons qu’au moins, on peut s’enlever la pression qu’on ressentait à propos du propane. »

Toutefois, tout ne revient pas dans l’ordre, souligne M. Quesnel. « Ça reste que l’année a été très difficile et que les rendements de maïs sont très moyens, avec une qualité en bas de la moyenne. Au moins, ajoute-t-il, on sera capable de le ramasser et de travailler avec ce qu’on a. »

Le directeur général de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), Danik Lafond, s’est dit content de la tournure des événements. Il espère pour le moins que les voies ferroviaires seront libérées le plus tôt possible, étant donné les retards déjà enregistrés sur les récoltes. « Avec le froid et la neige qui arrivent, la fenêtre d’opportunité se rétrécit. On est content, mais on espère que l’approvisionnement sera réglé rapidement. »

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a indiqué être lui aussi soulagé pour les agriculteurs de la région. La décision du gouvernement libéral de ne pas intervenir avec un projet de loi aura finalement été efficace, souligne-t-il, en ajoutant que le processus aurait pris trop de temps. « Plusieurs personnes nous demandaient de rappeler le parlement (...), mais on se trouvait dans un scénario de deux semaines. Le parlement ne siégeait pas encore, nous n’avions pas encore de président de la Chambre des communes (...). Une fois que le vote aurait été fait, c’est seulement à ce moment qu’on aurait pu présenter le projet de loi. »

L’entente de principe entre le syndicat et le patronat doit maintenant être ratifiée par vote électronique dans un scrutin secret. Le processus pourrait prendre plusieurs semaines, selon la CFTC. 

La convention collective des plus de 3000 employés du CN était échue depuis le mois de juillet. 

Est ontarien

François Latour récompensé pour son record Guinness

Un homme de l’Est ontarien, qui est maintenant connu pour avoir battu, deux fois plutôt qu’une, le record Guinness du plus grand nombre de moulins à battre en fonction simultanément, vient de remporter le prix JP St. Pierre. François Latour a reçu cette haute distinction municipale pour ses « contributions exceptionnelles » en tant que citoyen des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Le prix a été remis samedi, lors du Banquet du président 2019 des CUPR, par Robert Kirby, au Centre communautaire de Chute-à-Blondeau, dans le Canton de Hawkesbury Est.

Est ontarien

Autochtones et francophones se rapprochent dans l’Est ontarien

Une collaboration « importante » entre les conseils scolaires francophones de l’Est ontarien et le Ahkwesahsne Mohawk Board of Education a été entamée au début de l’année scolaire. Alors que les communautés de Cornwall et d’Akwesasne tentent depuis plusieurs années de solidifier leurs relations, le projet d’échange interculturel Franco-Autochtone permet de le faire à la source, c’est-à-dire chez les élèves.

L’initiative « Toutes mes relations / Ne ne akwé:kon iakwatatenónhkwe » est destinée à des élèves des écoles secondaires francophones publique et catholique de Cornwall et de l’école Ahkwesahsne Mohawk School. Le projet a été mis sur pied pour créer des liens importants entre les jeunes tout au long de l’année au travers d’activités sportives, artistiques, culturelles, linguistiques et culinaires, notamment.

Est ontarien

Hawkesbury et Cornwall parmi les 100 villes les plus dangereuses au Canada

Même si toutes les deux figurent parmi le top-3 des meilleures communautés pour les soins de santé, les villes de Hawkesbury et de Cornwall font aussi partie des villes les plus dangereuses au Canada, selon un palmarès du magazine Maclean’s, publié mardi.

La ville de Thompson, au Manitoba, est la ville la plus dangereuse au pays, parmi les 237 municipalités répertoriées.

Est ontarien

Après la météo, la grève du CN

Déjà plongés dans une crise causée par les mauvaises températures qui nuisent aux récoltes de soya et de maïs, les agriculteurs de l’Est ontarien et de partout en province sont maintenant confrontés à un nouveau problème: la grève des opérateurs de trains du CN.

Les différends entre les employés et la compagnie de chemin de fer compromettent les livraisons de propane, un gaz nécessaire pour faire sécher le maïs.

Est ontarien

Une rude année dans les champs de l’Est ontarien

Printemps tardif, inondations, neige hâtive… Dame Nature a été tout sauf clémente envers les agriculteurs cette année. Des fermiers de l’Est ontarien se confient.

« 2019 n’a pas été une année facile », lance le producteur laitier et agriculteur de Clarence-Creek, Alexandre Chabot.

Est ontarien

Le Centre de services à l’emploi dans les écoles francophones de Prescott et Russell

Les élèves francophones des écoles catholiques et publiques de Prescott et Russell pourront maintenant profiter des services du Centre de services à l’emploi (CSEPR). Une initiative de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et un financement fédéral permettront l’ouverture de bureaux satellites du Centre dans les écoles.

Cette nouvelle offre aidera notamment à prévenir l’exode rural des jeunes de la région, croit la directrice générale du CSEPR, Caroline Arcand. 

Bien qu’il soit trop tôt pour déterminer quel sera l’impact de la présence accrue du CSEPR dans les écoles, un des objectifs sera de « faire la prévention du décrochage, la prévention de l’exode et de toutes sortes de problèmes socio-économiques auxquels un bon nombre de jeunes font face dans la région de Prescott-Russell ». 

L’exode rural des jeunes contribue à la pénurie de main-d’œuvre à laquelle fait face la région de l’Est ontarien actuellement. « Souvent, on remarque que les jeunes ne sont pas conscients du marché du travail dans leur région. »

Même si les employés du CSEPR n’ont pas la compétence au niveau de l’éducation, ils pourront pour le moins prêter main-forte au personnel scolaire. 

« On connaît les tendances sur le marché du travail, la réalité, les opportunités d’avenir, les emplois à la mode et les besoins des employeurs dans notre région. On est capable de renseigner les jeunes et de leur donner des perspectives nouvelles par rapport aux opportunités qui s’offrent à eux. »

Par ailleurs, aux dires de certains intervenants du milieu académique, il peut parfois être intimidant de se présenter dans un « bureau plus corporatif, ouvert de 8 h 30 à 16 h 30 ». 

« Nous, en ayant un pied dans chacune des écoles, on est accessible. C’est dans leur environnement, c’est moins impressionnant, et on s’adapte plus à leurs besoins. (...) Le fait d’avoir un bureau aménagé plutôt que de les rencontrer sur un coin de table dans la cafétéria, par exemple, ça donne un point repère aux étudiants », souligne Mme Arcand.  

Les bureaux satellites permettront aussi aux jeunes de vivre des expériences via le Labo de Carrières virtuelles. 

Éventuellement, le CSEPR souhaite pouvoir développer et piloter ce type de projet dans les écoles anglophones de la région. 

La subvention de 20 000 $ pour la réalisation de ce projet a été remise dans le cadre du programme Effet multiplicateur de l’AFO par l’entremise, entre autres, d’un financement fédéral. Des ressources humaines seront mobilisées dans les écoles, aux bureaux satellites, selon des horaires spécifiques. 

Le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) et le Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO) sont tous deux partenaires du projet.