Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Est ontarien

Une nouvelle caserne à Casselman

La nouvelle caserne de pompiers de Casselman sera enfin construite, et ce, sans l’aide des gouvernements provincial ou fédéral. Le maire Daniel Lafleur l’a annoncé aux pompiers volontaires lors de la réunion du conseil municipal, mardi.

Lorsque les députés provincial et fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard et Francis Drouin, sont venus visiter la caserne de pompiers de Casselman, en novembre 2018, le maire Daniel Lafleur avait affirmé qu’une nouvelle caserne devrait être construite pour l’année 2020.

Est ontarien

Des adresses en double qui sèment la confusion chez les premiers répondants

Après un appel passé au 9-1-1 au cours de la fin de semaine dernière, une résidente d’Alfred-Plantagenet compte tout faire pour que son adresse soit modifiée. Dans cette municipalité de l’Est ontarien, certaines rues ou concessions portent le même nom, créant une certaine confusion, et parfois même, des retards chez les services d’urgence.

Des résidents d’Alfred-Plantagenet ont vécu une situation troublante, dimanche. Roxanne Malette, son père et sa belle-mère étaient en train de fendre des bûches de bois sur leur terrain de la concession 4, dans le village de Plantagenet. Par inadvertance, la main de la belle-mère de Roxanne Malette est restée coincée dans la fendeuse. 

Aussitôt, elle a composé le 9-1-1.

« Une chance que je viens de la région, parce que je serais allé à l’autre bout », a affirmé l’un des ambulanciers paramédicaux en arrivant sur les lieux. 

En fait, lorsque les sept villages du canton ont été fusionnés, il y a de ça près de 20 ans, les noms et numéros de certaines rues et concessions sont demeurés les mêmes, créant ainsi des doublons d’adresses. 

« Elle attendait, elle perdait beaucoup de sang. J’ai encore son cri en tête », se souvient Roxanne Malette. 

En attendant les ambulanciers paramédicaux, cette dernière s’est rendue au bout de la concession avec son Jeep rouge, à l’intersection, pour attirer leur attention. 

Après avoir vécu cette expérience qu’elle qualifie d’« inacceptable », cette résidente souhaite à tout prix que les élus du canton apportent des changements à ces doubles adresses. 

Ce n’est pas la première fois que le conseil municipal se penche sur la question. 

Toutefois, cette solution, qui peut sembler plutôt simple pour certains, est d’une très grande complexité, juge le maire d’Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin. « C’est facile de dire qu’on change les adresses, mais ça impliquerait qu’il faut changer les permis de conduire, les passeports, les titres de propriété, les documents d’entreprises. Pour la municipalité, c’est complexe aussi, il faut approuver les changements au conseil, les faire approuver par le ministère du Transport de l’Ontario, etc. »

Par ailleurs, la période de transition représenterait un plus grand risque pour la sécurité des citoyens, affirme-t-il. « On a consulté les différents services d’urgence, soit les ambulances, les services d’incendie, la Police provinciale de l’Ontario (PPO). On réalise que le temps que ça prendrait pour faire des changements de chemins pourrait être plus dangereux que d’attendre le temps que le système 9-1-1 s’adapte. »

Le maire Sarrazin a donc plutôt l’intention de miser sur les avancées technologiques. « On croit sincèrement qu’on doit se baser sur les services 9-1-1 de prochaine génération. On ne sait pas quand ça va arriver, mais le processus est déjà enclenché. Il faut que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) dise aux fournisseurs d’activer la localisation du téléphone mobile quand l’utilisateur appelle au 9-1-1. »

Une solution proposée aux résidents

Le Centre de communication et service 9-1-1 du Service de police d’Ottawa, là où certains appels d’urgence des résidents de l’Est ontarien sont relayés, propose une solution aux résidents touchés par les adresses doubles. « Vous pouvez contacter le poste de police de votre région et les informer de la situation. 

Les agents transmettront l’information au service 9-1-1, pour éviter la confusion dans l’éventualité d’une urgence. »

Est ontarien

Des travailleurs européens bientôt à Prescott-Russell

De retour d’un voyage de recrutement de main d’œuvre en Europe, le Centre des services à l’emploi de Prescott-Russell (CSEPR) affirme avoir récolté 400 curriculum vitae, et croit avoir attiré entre 20 et 30 candidats à venir travailler dans la région.

Souvent, c’est dans les grandes villes qu’arrivent les immigrants économiques. La plupart du temps, ils finissent par y rester, sans jamais connaître les opportunités d’emplois qui s’offrent à eux dans les régions.

Est ontarien

Des banques alimentaires qui voient grand

Les grandes distances représentent souvent un défi additionnel auquel doivent faire face les organismes de l’Est ontarien. Mais est-ce que les 2000 kilomètres carrés de Prescott-Russell et sa situation rurale représentent aussi un enjeu pour les banques alimentaires de la région ?

Pas vraiment, jugent les responsables des organismes questionnées par Le Droit.

Est ontarien

Banque alimentaire: le vieillissement de la population inquiète à Casselman

Dans cette communauté à la population grandissante qui a récemment changé son statut de «village» à «municipalité», c’est surtout l’augmentation de la population aînée qui inquiète les responsables de la Banque alimentaire de Casselman.

Au cours des trois dernières années, la proportion d’adultes ayant un revenu d’emploi qui ont accédé aux banques alimentaires de l’Ontario a augmenté de 27 %, d’après le plus récent rapport de Feed Ontario. 

Selon la présidente de la Banque alimentaire de Casselman, Diane Perreault, cette augmentation est due en partie au vieillissement de la population. «C’est notre plus grand défi, l’augmentation des personnes âgées. Moi, j’ai beaucoup de difficulté avec ça, que ces gens-là soient obligés de passer par la banque alimentaire.»

À LIRE AUSSI: Des banques alimentaires qui voient grand

Et cette hausse de l’utilisation des services ne s’améliorera pas, juge-t-elle, puisque le coût de l’épicerie devrait augmenter au cours de la prochaine année. «Je n’ai aucune idée comment les gens vont faire.»

La responsable de la banque alimentaire se dit toutefois heureuse de la bonté de cœur des élèves du secondaire de la municipalité, qui offrent souvent leur aide dans le cadre des programmes de bénévolat de leurs écoles. «Ces jeunes-là, après qu’ils ont fait leurs 40 heures de bénévolat, ils reviennent souvent.»

La banque alimentaire de Casselman a été fondée à la suite de la tempête du verglas de 1998, qui avait frappé de plein fouet la région. Aujourd’hui, les bénévoles qui y travaillent desservent 637 familles de Casselman, de Crysler et de St-Albert. 

À Clarence-Rockland

La vice-présidente de la Banque alimentaire de Clarence-Rockland, Nicole Gaul, espère ne pas avoir à rationner les portions en raison de la hausse de l’utilisation des services de banques alimentaires dans la province. «Dans le moment, on est chanceux, ça n’arrive pas. Mais on n’a pas de boule de cristal. On ne peut pas prévoir ce qui va se passer. Il y a des années où ça va bien, d’autres, moins. Mais on ne veut pas les chatouiller avec des petites portions, on veut vraiment les aider.»

Est ontarien

Enbridge distribue 100 000$ pour former les pompiers ontariens

La plus grosse entreprise d’entreposage, de transmission et de distribution de gaz naturel en Ontario vient d’octroyer un don de 100 000$ qui sera partagé par 20 services d’incendie de l’Ontario, notamment par celui de Clarence-Rockland. Ces fonds seront utilisés pour acheter du matériel d’éducation pour les pompiers.

Le programme Project Assist permet de bonifier la formation des pompiers volontaires et des services d’incendie mixtes dans les communautés où Enbridge est le fournisseur en gaz naturel. Depuis le lancement de ce projet en 2012, 174 bourses ont été offertes à des services d’incendie de la province.

Politique

Les cultivateurs franco-ontariens d'accord avec Ford

Les cultivateurs franco-ontariens sont en faveur du projet de loi du gouvernement Ford qui vise à empêcher l’entrée sans autorisation des propriétés agricoles et à assurer la salubrité des aliments.

Le ministre ontarien de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, Ernie Hardeman, a présenté en début de semaine un projet de loi qui, si adopté, protégera mieux les agriculteurs, leurs animaux, les transporteurs de bétail et l’approvisionnement alimentaire de la province. Il exigera aussi la possession d’une autorisation « préalable explicite » pour accéder à une zone de protection des animaux dans une ferme ou dans une installation de transformation des aliments.

Est ontarien

Financement fédéral pour des entreprises de Prescott-Russell

Le député de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a passé le début de la semaine chez des entrepreneurs de la région de Prescott-Russell pour annoncer des financements totalisant plus de 300 000 $.

Une série d’entreprises, soit Tulmar Safety Systems, Contak Solutions, Atlantic Braids et Legault Seeds, ont toutes reçu une subvention de l’Initiative d’innovation pour l’Est de l’Ontario, administrée par la Société de développement communautaire de Prescott et Russell (SDCPR). 

Le financement fédéral de 306 153 $ vise à stimuler l’innovation et à créer des emplois dans la région. 

Le président du conseil d’administration de la Corporation de développement communautaire de Prescott-Russell, Éric Drouin, affirme que cet investissement « aura une incidence directe sur la création d’emplois et les possibilités de croissance pour
ces entreprises ». 

« Ces contributions aux entreprises locales sont un bon exemple du potentiel de croissance économique remarquable de Prescott-Russell », a-t-il ajouté.

Pour le député Drouin, « l’innovation est essentielle à la croissance économique durable ».

« Ces entreprises pourront améliorer et développer leurs services, créer des emplois et soutenir la croissance de la classe moyenne », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Legault Seeds a reçu une contribution de 100 000 $. Cette entreprise familiale née dans les années 80 est devenue pionnière du traitement des semences de soja dans l’Est ontarien, et elle est la toute première usine de micronisation établie dans la région, notamment. 

Le même montant a été accordé à Atlantic Braids, un fabricant de cordes en fibres synthétiques. 

 Tulmar Safety Systems, une entreprise qui conçoit, fabrique et distribue des textiles de protection, des solutions de survie et de sécurité pour les industries des domaines aérospatial, de la défense et de la sécurité publique a bénéficié d’une enveloppe de 65 000 $. 

Contak Solutions, qui offre des services et des conseils de recrutement d’employés, a reçu 40 000 $.

Est ontarien

Rapport sur les Inondations du printemps en Ontario: le conseiller Zanth «pas convaincu»

Le conseiller municipal du quartier de Clarence-Rockland affecté par les crues printanières, Mario Zanth, affirme être déçu et non convaincu par le rapport du conseiller spécial en matière d’inondations, Doug McNeil, publié jeudi.

La conclusion que « rien n’indique que les inondations résultent d’une erreur humaine ou d’une exploitation négligente des structures de régularisation des eaux » est difficile à croire, juge l’élu.

Actualités

Inondations: aucune mention de Clarence-Rockland

Même si la municipalité de Clarence-Rockland a été durement touchée par les inondations de 2017 et de 2019, elle n’est pas mentionnée une seule fois dans le rapport du conseiller spécial en matière d’inondations Doug McNeil.

Clarence-Rockland est l’une des 23 municipalités ayant déclaré l’état d’urgence en raison des inondations au printemps dernier.

Est ontarien

Hausse des taxes de 3% dans les CUPR

Les résidents des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) devront payer 3 % de plus en taxes en 2020.

Les maires ont voté en faveur de cette augmentation, mercredi, lors de la dernière des trois réunions du calendrier budgétaire des CUPR.

Est ontarien

Fin de la pénurie de propane: les agriculteurs de l'Est ontarien soulagés

Inquiet depuis les dernières semaines en raison des conditions difficiles engendrées par la météo et par la pénurie de propane causée par la grève des employés du CN, Marc Quesnel, un agriculteur de l’Est ontarien, se dit très soulagé que le conflit entre l’entreprise ferroviaire et son syndicat se soit réglé aussi rapidement.

Une entente de principe a été conclue entre la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC) et le Canadien National (CN), mardi, pour renouveler la convention collective des employés du rail, qui étaient en grève depuis une semaine. 

Les livraisons par rail reprendront leur horaire normal dès mercredi, à 6 h.

À LIRE AUSSI : Entente de principe au CN [VIDÉO]

« On ne s’attendait pas à ce que la grève se règle si vite », affirme M. Quesnel, qui pourra enfin retourner à ses récoltes de maïs. 

Avec la neige qui est tombée de façon hâtive au début du mois de novembre, les agriculteurs ont dû ralentir leurs opérations, puisqu’il est impossible de cueillir certains types de plantes lorsqu’elles en sont recouvertes. La grève du CN avait ajouté aux inquiétudes des travailleurs agricoles de la région, puisque c’est cette entreprise qui est responsable de la majorité des livraisons de propane au Québec et en Ontario. 

Pour M. Quesnel, il ne reste plus qu’à espérer que dame Nature soit un peu plus clémente envers les cultivateurs au cours des prochains jours qu’elle ne l’a été depuis le début de l’année. « On souhaite tous les jours qu’il ne neigera pas trop tôt, mais disons qu’au moins, on peut s’enlever la pression qu’on ressentait à propos du propane. »

Toutefois, tout ne revient pas dans l’ordre, souligne M. Quesnel. « Ça reste que l’année a été très difficile et que les rendements de maïs sont très moyens, avec une qualité en bas de la moyenne. Au moins, ajoute-t-il, on sera capable de le ramasser et de travailler avec ce qu’on a. »

Le directeur général de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), Danik Lafond, s’est dit content de la tournure des événements. Il espère pour le moins que les voies ferroviaires seront libérées le plus tôt possible, étant donné les retards déjà enregistrés sur les récoltes. « Avec le froid et la neige qui arrivent, la fenêtre d’opportunité se rétrécit. On est content, mais on espère que l’approvisionnement sera réglé rapidement. »

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a indiqué être lui aussi soulagé pour les agriculteurs de la région. La décision du gouvernement libéral de ne pas intervenir avec un projet de loi aura finalement été efficace, souligne-t-il, en ajoutant que le processus aurait pris trop de temps. « Plusieurs personnes nous demandaient de rappeler le parlement (...), mais on se trouvait dans un scénario de deux semaines. Le parlement ne siégeait pas encore, nous n’avions pas encore de président de la Chambre des communes (...). Une fois que le vote aurait été fait, c’est seulement à ce moment qu’on aurait pu présenter le projet de loi. »

L’entente de principe entre le syndicat et le patronat doit maintenant être ratifiée par vote électronique dans un scrutin secret. Le processus pourrait prendre plusieurs semaines, selon la CFTC. 

La convention collective des plus de 3000 employés du CN était échue depuis le mois de juillet. 

Est ontarien

François Latour récompensé pour son record Guinness

Un homme de l’Est ontarien, qui est maintenant connu pour avoir battu, deux fois plutôt qu’une, le record Guinness du plus grand nombre de moulins à battre en fonction simultanément, vient de remporter le prix JP St. Pierre. François Latour a reçu cette haute distinction municipale pour ses « contributions exceptionnelles » en tant que citoyen des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Le prix a été remis samedi, lors du Banquet du président 2019 des CUPR, par Robert Kirby, au Centre communautaire de Chute-à-Blondeau, dans le Canton de Hawkesbury Est.

Est ontarien

Autochtones et francophones se rapprochent dans l’Est ontarien

Une collaboration « importante » entre les conseils scolaires francophones de l’Est ontarien et le Ahkwesahsne Mohawk Board of Education a été entamée au début de l’année scolaire. Alors que les communautés de Cornwall et d’Akwesasne tentent depuis plusieurs années de solidifier leurs relations, le projet d’échange interculturel Franco-Autochtone permet de le faire à la source, c’est-à-dire chez les élèves.

L’initiative « Toutes mes relations / Ne ne akwé:kon iakwatatenónhkwe » est destinée à des élèves des écoles secondaires francophones publique et catholique de Cornwall et de l’école Ahkwesahsne Mohawk School. Le projet a été mis sur pied pour créer des liens importants entre les jeunes tout au long de l’année au travers d’activités sportives, artistiques, culturelles, linguistiques et culinaires, notamment.

Est ontarien

Hawkesbury et Cornwall parmi les 100 villes les plus dangereuses au Canada

Même si toutes les deux figurent parmi le top-3 des meilleures communautés pour les soins de santé, les villes de Hawkesbury et de Cornwall font aussi partie des villes les plus dangereuses au Canada, selon un palmarès du magazine Maclean’s, publié mardi.

La ville de Thompson, au Manitoba, est la ville la plus dangereuse au pays, parmi les 237 municipalités répertoriées.

Est ontarien

Après la météo, la grève du CN

Déjà plongés dans une crise causée par les mauvaises températures qui nuisent aux récoltes de soya et de maïs, les agriculteurs de l’Est ontarien et de partout en province sont maintenant confrontés à un nouveau problème: la grève des opérateurs de trains du CN.

Les différends entre les employés et la compagnie de chemin de fer compromettent les livraisons de propane, un gaz nécessaire pour faire sécher le maïs.

Est ontarien

Une rude année dans les champs de l’Est ontarien

Printemps tardif, inondations, neige hâtive… Dame Nature a été tout sauf clémente envers les agriculteurs cette année. Des fermiers de l’Est ontarien se confient.

« 2019 n’a pas été une année facile », lance le producteur laitier et agriculteur de Clarence-Creek, Alexandre Chabot.

Est ontarien

Le Centre de services à l’emploi dans les écoles francophones de Prescott et Russell

Les élèves francophones des écoles catholiques et publiques de Prescott et Russell pourront maintenant profiter des services du Centre de services à l’emploi (CSEPR). Une initiative de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et un financement fédéral permettront l’ouverture de bureaux satellites du Centre dans les écoles.

Cette nouvelle offre aidera notamment à prévenir l’exode rural des jeunes de la région, croit la directrice générale du CSEPR, Caroline Arcand. 

Bien qu’il soit trop tôt pour déterminer quel sera l’impact de la présence accrue du CSEPR dans les écoles, un des objectifs sera de « faire la prévention du décrochage, la prévention de l’exode et de toutes sortes de problèmes socio-économiques auxquels un bon nombre de jeunes font face dans la région de Prescott-Russell ». 

L’exode rural des jeunes contribue à la pénurie de main-d’œuvre à laquelle fait face la région de l’Est ontarien actuellement. « Souvent, on remarque que les jeunes ne sont pas conscients du marché du travail dans leur région. »

Même si les employés du CSEPR n’ont pas la compétence au niveau de l’éducation, ils pourront pour le moins prêter main-forte au personnel scolaire. 

« On connaît les tendances sur le marché du travail, la réalité, les opportunités d’avenir, les emplois à la mode et les besoins des employeurs dans notre région. On est capable de renseigner les jeunes et de leur donner des perspectives nouvelles par rapport aux opportunités qui s’offrent à eux. »

Par ailleurs, aux dires de certains intervenants du milieu académique, il peut parfois être intimidant de se présenter dans un « bureau plus corporatif, ouvert de 8 h 30 à 16 h 30 ». 

« Nous, en ayant un pied dans chacune des écoles, on est accessible. C’est dans leur environnement, c’est moins impressionnant, et on s’adapte plus à leurs besoins. (...) Le fait d’avoir un bureau aménagé plutôt que de les rencontrer sur un coin de table dans la cafétéria, par exemple, ça donne un point repère aux étudiants », souligne Mme Arcand.  

Les bureaux satellites permettront aussi aux jeunes de vivre des expériences via le Labo de Carrières virtuelles. 

Éventuellement, le CSEPR souhaite pouvoir développer et piloter ce type de projet dans les écoles anglophones de la région. 

La subvention de 20 000 $ pour la réalisation de ce projet a été remise dans le cadre du programme Effet multiplicateur de l’AFO par l’entremise, entre autres, d’un financement fédéral. Des ressources humaines seront mobilisées dans les écoles, aux bureaux satellites, selon des horaires spécifiques. 

Le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) et le Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO) sont tous deux partenaires du projet. 

Est ontarien

Résidence pour personnes âgées à Prescott-Russell: les maires voient grand

Au risque de payer 5 millions $ plus cher, c’est à une nouvelle résidence pour personnes âgées plus spacieuse que songent les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Le gestionnaire du projet, Andrew Rodrigues, a présenté les plans de conception aux élus lors de la réunion plénière, mercredi, et ils ont dû choisir entre deux options.

Est ontarien

Un plan pour l’immigration francophone à Cornwall

Des organismes francophones de l’Est ontarien se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Cornwall, la semaine dernière, pour y élaborer un plan d’action en immigration francophone dans la région de Stormont-Dundas-Glengarry (SDG).

Le forum, qui réunissait notamment l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO-SDG), le Réseau de soutien à l’immigration francophone de l’Est de l’Ontario et la Ville de Cornwall, a permis de constater les enjeux et les opportunités de l’immigration francophone ainsi que la volonté de la communauté de collaborer pour « bien desservir en français les immigrantes et immigrants qui choisiront Cornwall ».

Est ontarien

La menace de l’exode rural

Le village d’Alfred, dans l’Est ontarien, célébrera son 150e anniversaire d’existence en 2021. Dans cette petite communauté franco-ontarienne d’à peine 1500 âmes, la population est menacée par la question de l’exode rural, surtout chez les jeunes. Récit d’un entrepreneur qui a été tenté par la grande ville, mais qui n’y a pas succombé.

Comme bon nombre de résidents de l’Est ontarien, Charles Lamarche a fait un bon vers la capitale fédérale afin d’effectuer ses études postsecondaires à l’Université d’Ottawa, pour ensuite devenir fonctionnaire.

Est ontarien

16 000 coquelicots tricotés exposés à l'Église de Chute-à-Blondeau

Des milliers de coquelicots crochetés et tricotés à la main ont été installés à l’intérieur et autour de l’Église de Chute-à-Blondeau, dans l’Est ontarien, à l’occasion du Jour du Souvenir et du 75e anniversaire du débarquement de Normandie.

Installés sur 38 filets de 14 pieds, ces coquelicots sont l’œuvre d’une quarantaine de membres et de bénévoles du Cercle des Fermières de Chute-À-Blondeau, qui ont mis six mois à confectionner ces petites fleurs de laine.

Actualités

Pluie abondante: risque d’inondations dans l’Est ontarien

Les précipitations de 30 à 50 mm prévues d'ici vendredi risquent de provoquer « des niveaux d'eau élevés et des inondations nuisibles » dans les zones basses de l’Est ontarien, a prévenu la Conservation de la Nation Sud (CNS), mercredi.

« Les résidents sont invités à faire preuve de prudence lorsqu'ils sont près des cours d’eau, car les conditions météorologiques prévues peuvent faire rapidement augmenter les débits des rivières et provoquer des conditions glissantes sur les berges », a indiqué l’organisme qui assure la gestion du bassin versant.

La CNS, qui surveille les niveaux d'eau et les prévisions météorologiques dans le cadre du Programme de prévision et d'alerte des crues, conseille aussi aux parents d'expliquer ces dangers à leurs enfants.

La déclaration de l’organisme sera en vigueur jusqu’au 8 novembre, à 17h. 

Des mises à jour sont émises au fur et à mesure que les conditions changent.

Jusqu’à présent, aucune municipalité de la région n’a pris la décision de reporter ou d’annuler l’Halloween, comme l’ont fait certaines municipalités de l’Outaouais et ailleurs au Québec. 

Jusqu'à 80 mm possibles par endroits

La pluie torrentielle est également attendue dans la Haute-Gatineau, la MRC des Collines, la Vallée de la Lièvre et la Petite-Nation. Entre 50 et 80 millimètres de pluie devraient tomber d’ici vendredi matin, selon Environnement Canada.

Comme dans l’Est ontarien, on prévoit que «des inondations sont possibles par endroits dans les basses terres» et qu’il pourrait y avoir «des crues soudaines et une accumulation d’eau sur les routes», indique Environnement Canada dans un avertissement de pluie.

Dans la partie urbaine de la région de la capitale fédérale, on prévoit qu’une quantité de pluie allant de 30 à 50 mm est possible en fin d’après-midi et en soirée. Des vents soufflant en rafales jusqu’à 70 km/h sont aussi prévus la nuit prochaine et vendredi.

Est ontarien

Campus d'Alfred: quel est l’avenir des bâtiments vides?

Plusieurs bâtiments du campus d’Alfred sont actuellement inoccupés. Que faire de cette ancienne institution académique de l’Est ontarien ? Pour l’instant, les différents paliers de gouvernements ne s’entendent pas tout à fait sur la question.

L’« Upper campus », où sont situés les principaux bâtiments désertés, appartient à l’Institut de recherche agricole de l’Ontario (IRAO), une agence provinciale du ministère de l’Agriculture. Or, il est encore géré par l’Université de Guelph, mais cette dernière n’offre plus de formation à cet endroit.

Est ontarien

Les chauffeuses de PR Transpo

Ce sont des femmes qui transporteront les utilisateurs du nouveau système de transport intermunicipal de Prescott et Russell vers leur destination. L’une d’entre elles a accepté d’offrir au Droit une balade exclusive à bord de son autobus.

Derrière son volant, c’est tout sourire que Lynn Chatelain accueille ses passagers. Celle qui jure avoir une « mémoire photographique » promet de ne jamais laisser personne derrière, puisqu’elle se souvient de ses passagers. S’ils manquent à l’appel lors du retour, elle le saura. « J’essaie aussi d’encourager le plus de gens possible à venir essayer le transport. Durant ma pause café, je parle à tout le monde pour les convaincre de venir faire un tour. »

Est ontarien

Une deuxième cyberattaque en quatre mois touche La Nation

Le système de communications qu'utilisent les employés de la municipalité de La Nation, dans l'Est ontarien, a été victime d'une cyberattaque au début du mois. Épisode de déjà-vu, pour la municipalité, qui a été la cible du même type de piratage au cours de l'été.

Est ontarien

Une ancienne employée de Glengarry Nord arrêtée pour fraude

L’ancienne perceptrice des impôts du canton de Glengarry Nord, dans l’Est ontarien, a été arrêtée, vendredi, pour fraude et corruption. Les crimes allégués contre elle remontent à 2017.

Âgée de 62 ans, Sandra Cameron fait face à des accusations de fraude de plus de 5000$ et d’abus de confiance, à la suite d’une enquête de près de deux ans de la Police provinciale de l’Ontario (PPO). 

L’ex-perceptrice d’impôts est aussi accusée de méfaits envers des données informatiques, de faux prétextes et d’avoir falsifié des documents. 

En janvier 2017, le canton de Glengarry Nord avait découvert des contradictions dans les comptes des contribuables, et avait par la suite engagé le consultant Deloitte pour effectuer un audit interne. 

Après le dépôt du rapport, Mme Cameron avait été « libérée de son emploi » au sein de la municipalité.  

Quelques mois plus tard, la PPO recevait une plainte de la municipalité. Des détectives de l’unité anti-racket d’Ottawa et de lutte contre la criminalité de Stormont Dundas et Glengarry avaient alors lancé une enquête. 

Sandra Cameron doit comparaître devant la Cour de Justice d’Alexandria, le 4 décembre.

La PPO a indiqué, dans un communiqué, qu’elle ne ferait aucun autre commentaire « afin de protéger l’intégrité de l’enquête et des procédures judiciaires en découlant ». 

Est ontarien

La Place 649 d’Embrun inaugurée

Les résidents d’Embrun et des environs peuvent dorénavant se rendre à une seule adresse pour obtenir les services d’un pharmacien, de courtiers d’assurances et des soins de santé, dentaires et auditifs: le 649, rue Notre-Dame.

Un nouvel établissement ouvre ses portes à Embrun, regroupant cinq entreprises et organisations de l’Est ontarien, soit le Centre de santé communautaire de l’Estrie (CSCE), le cabinet de dentiste Embrun Smiles Dentisterie familiale, la compagnie d’assurances et d’investissement Co-operators, la pharmacie Notre-Dame et le Centre auditif Robillard.

Est ontarien

Possibilité d’un second conseiller pour Limoges

Une nouvelle étude sur les limites des quartiers de Limoges pourrait faire augmenter à deux le nombre de conseillers. Un souhait partagé depuis plusieurs années par de nombreux résidents.

Actuellement, le conseil municipal de La Nation comprend quatre quartiers. La firme Watson & Associates Economists LTD a été sélectionnée pour faire en faire l’analyse. Elle sera responsable d’évaluer les forces et les faiblesses du système, de mener des consultations auprès des élus et du public et de préparer des projections de la démographie en prévision des trois prochaines élections municipales. Watson & Associates Economists devra aussi préparer un rapport qui établira des limites de quartiers alternatives de La Nation.

Est ontarien

Cornwall doit rembourser 5,3 millions $ à Walmart

La Ville de Cornwall doit rembourser près de 5,3 millions $ en impôts fonciers à Walmart Canada Corp. après un règlement de l’appel de l’évaluation de deux de ses centres de distribution.

La Ville de Cornwall a conclu une entente avec Walmart et la Société d’évaluation foncière des municipalités (SÉFM) après que la multinationale ait fait appel de la valeur des deux succursales, qu’elle jugeait trop élevée. Après une série de négociations, la décision a été rendue dans le cadre d’une séance de médiation tenue par la Commission de révision de l’évaluation foncière. 

Le remboursement, d’un montant total de 5 265 751 $, couvre les années d’imposition foncière entre 2012 et 2020. 

Pour la succursale du 2401, SCM Way, l’impôt foncier municipal que Cornwall doit rembourser est d’un peu plus de 2 millions $, tandis que le montant s’élève à plus de 3 millions $ pour le centre situé dans le parc industriel de la Ville. 

De ce montant, près de 3,3 millions $ seront prélevés d’une réserve de stabilisation fiscale que la Ville avait mise sur pied en amont des deux recours intentés par Walmart.  

« La différence de 1 971 666 $ sera financée à même les réserves de travail et remboursée aux réserves de travail au cours des prochaines années », a indiqué dans un communiqué la trésorière et directrice générale des services financiers, Tracey Bailey.

Le rajustement de l’évaluation du crédit de 2012 pour la succursale du 2401, SCM Way est passé de 97,9 millions $ à 75 millions $, et celui de 2016 est passé de 89,5 millions $ à 79 millions $. Quant au centre de distribution situé dans le parc industriel, le rajustement du risque de 2012 est passé de 119 millions $ à 90,5 millions $ et celui de 2016, de 127,9 millions $ à 123 millions $.

Walmart est l’un des plus importants employeurs de la municipalité, et l’entreprise est parmi celles qui paient le plus cher en impôts fonciers.  

« La Ville est en faveur d’une évaluation foncière correcte, juste et équitable. Il est important que les évaluations soient exactes, tant pour le propriétaire foncier que pour la municipalité », peut-on lire dans le communiqué publié par la Ville. 

Rappelons qu’en 2018, Cornwall a intenté une poursuite contre la SÉFM afin d’obtenir une forme de répit pour les « évaluations inexactes » de plusieurs grandes propriétés commerciales dans la communauté depuis plusieurs années. Ces propriétaires ont fait appel de ces évaluations, estimant que la valeur de leur propriété était trop élevée et qu’ils payaient trop d’impôts fonciers. Parmi ces propriétaires figuraient notamment des sociétés telles que Canadian Tire, Target et Shoppers Drug Mart. 

Les remboursements avaient dégarni les coffres de la municipalité de plus de 6 millions $.