Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.
Les CUPR demandent l'aide du gouvernement pour financer la nouvelle Résidence Prescott Russell

Est ontarien

Les CUPR demandent l'aide du gouvernement pour financer la nouvelle Résidence Prescott Russell

Les Comtés unis de Prescott et Russell ont donné leur accord mercredi pour effectuer une demande de financement, de près de 69 millions de dollars, auprès du Ministère de l’Infrastructure de l’Ontario pour la construction de l’éventuelle nouvelle Résidence Prescott Russell, à Hawkesbury. Le projet est évalué à plus de 80 millions de dollars.

«On est en très bonne situation financière», a souligné la trésorière des CUPR, Valérie Parisien. Selon ses calculs, les Comtés unis ont les moyens d’absorber la dette engendrée par la construction du projet. 

«On est en conformité avec les limites prescrites du ministère. Nous n’avons pas besoin de demander une autorisation particulière auprès de la Commission des affaires municipales de l’Ontario. [...] On a le droit à 25% de nos revenus propres [d’endettement]. En ce moment on est à 1%, mais avec l’ajout de la dette associée à la construction de la résidence, on est à 9%. On est 16 points en deçà de la limite ». Ainsi, à l’heure actuelle, les CUPR ont droit à une limite de remboursement de dette annuelle de 13 millions de dollars. En ajoutant la dette reliée au projet, soit 5,2 millions de dollars, les CUPR possèdent toujours une marge de manoeuvre de près de 8 millions de dollars en remboursement de dette disponible, ajoute-t-elle.

Pour l’instant, Mme Parisien souligne qu’il est encore trop tôt pour savoir précisément d’où proviendra l’entièreté des fonds pour rembourser le projet. Jusqu’à présent, le gouvernement s’est engagé à financer la résidence de 224 lits à la hauteur de 18,03$ par résident, par jour, pendant 25 ans, totalisant annuellement 1,4 million de dollars. «[Le gouvernement] va venir financer en partie, mais il va falloir réévaluer. On a des sommes en réserve, on prévoit les utiliser comme mise de fonds pour la construction. Présentement, la taxation va devenir une source importante pour financer le projet, peut-être le fonds de roulement aussi, mais c’est une question qu’on va devoir étudier. Ce n’est pas complètement décidé». 

Plus de 8000 tests dans l’Est ontarien

COVID-19

Plus de 8000 tests dans l’Est ontarien

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) a effectué 8005 dans ses six centres de dépistage et dans les maisons de soins de longue durée de son territoire depuis le début de la pandémie de la COVID-19.

Le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, affirme que la demande des examens de dépistage a augmenté depuis l’ouverture des tests aux personnes asymptomatiques.

COVID-19: trois à quatre fois plus de tests effectués dans l’Est ontarien

Est ontarien

COVID-19: trois à quatre fois plus de tests effectués dans l’Est ontarien

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) a affirmé mardi avoir déjà noté une augmentation significative du nombre d’examens de dépistage effectués dans ses cliniques au lendemain de l’ouverture des centres à toute la population.

Depuis lundi, le BSEO a fait passer trois à quatre fois plus de tests de dépistage de la COVID-19 dans ses six centres de dépistage. À titre d’exemple, le centre de dépistage de Hawkesbury a effectué 77 examens alors que le nombre moyen se chiffre habituellement entre 18 à 20 tests quotidiennement. La clinique de dépistage de Cornwall a effectué quant à elle 68 tests, alors que sa moyenne se situe à environ 23 tests et la clinique de Casselman, dont la moyenne quotidienne se situe entre 17 et 25 tests, a pu compléter 103 examens en une seule journée. «C’est remarquable», ajoute le Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste au BSEO.

COVID-19: Tout le monde peut être dépisté, dit le BSEO

COVID-19

COVID-19: Tout le monde peut être dépisté, dit le BSEO

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario a annoncé lundi l’expansion du dépistage de la COVID-19 à toute la population qui veut se faire tester, incluant les personnes sans symptômes.

Le BSEO souligne que la réouverture de certains secteurs de l’économie, ainsi que la disponibilité du matériel et la capacité accrue de dépistage font en sorte qu’il est en mesure de mettre en place cette nouvelle réglementation.

L’incendie du Marché Lacroix est un coup dur pour la communauté de Hawkesbury

Affaires

L’incendie du Marché Lacroix est un coup dur pour la communauté de Hawkesbury

Le propriétaire du Marché Lacroix, Stéphane Jeaurond, a encore peine à y croire, deux jours après l’incendie dévastateur qui a ravagé son épicerie de Hawkesbury samedi après-midi.

«C’est de pire en pire. Je m’attendais à ce que ça soit plus facile avec les jours. Mais avec la routine du lundi matin, les émotions sont dans le plafond» se désole M. Jeaurond.

Pour l’homme de 49 ans, c’est un coup dur. Propriétaire de l’épicerie depuis 20 ans, Stéphane Jeaurond était conscient de la proximité que l’entreprise avait bâtie avec la clientèle depuis son ouverture en 1935.

«Tout le monde nous connaissait, on connaissait tout le monde. C’est là que je réalise qu’on était pas mal plus aimés qu’on pense».

Le Marché Lacroix, comme de nombreuses autres épiceries de l’Est ontarien, faisait d’ailleurs partie des entreprises offrant la livraison gratuite ou à moindres coûts aux personnes vulnérables afin de les aider à passer à travers la crise de la COVID-19 qui sévit présentement.

Les CUPR versent plus que 1 million $ pour les résidents vulnérables

Est ontarien

Les CUPR versent plus que 1 million $ pour les résidents vulnérables

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont annoncé lundi le versement d’une première vague de financement de plus de 1 070 000$ pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables de la région.

« En partenariat avec Centraide de l’est de l’Ontario, le département des Services sociaux des CUPR a consulté plusieurs agences afin de cibler les organismes soutenant les personnes les plus vulnérables dans nos communautés », explique Sylvie Millette, directrice des Services sociaux des CUPR. « Cette table des besoins sociaux, composé de plusieurs organismes communautaires, s’est rencontrée virtuellement pour disséminer ces informations. » 

Les Services sociaux des CUPR indiquent également avoir réservé des espaces d’hébergement temporaires pour permettre aux personnes atteintes de la COVID-19 de s’isoler et ainsi prévenir la propagation.

La Maison Interlude, les Services communautaires de Prescott-Russell, plusieurs banques alimentaires, les Services aux victimes de Prescott-Russell, l’Association canadienne de la santé mentale, plusieurs centres d’hébergement résidentiels, Valoris, les corporations de logement à but non lucratif ainsi que des organismes caritatifs qui offrent de l’aide en sécurité alimentaire font partie des organismes subventionnés.

COVID-19: à qui les enfants peuvent-ils se confier dans l’Est ontarien?

Est ontarien

COVID-19: à qui les enfants peuvent-ils se confier dans l’Est ontarien?

Dans la lutte contre la COVID-19, de plus en plus de gouvernements mettent l’accent sur l’importance de prendre soin de sa santé mentale au même titre que sa santé physique. Pour Marie-Pier Vandette, psychologue clinicienne pour enfants à Rockland, dans l’Est ontarien, il faut prioriser davantage la santé mentale des jeunes, qui n’est pas suffisamment mise de l’avant pendant la crise actuelle.

Marie-Pier Vandette oeuvre auprès des enfants, des adolescents et des familles. Tout juste avant que la pandémie de la COVID-19 ne vienne chambouler ses plans, elle travaillait sur l’ouverture de la première clinique interdisciplinaire familiale de l’Est ontarien (CIFEO) offrant des services spécialisés réservés aux jeunes.

Par services spécialisés, elle fait référence aux psychologues, aux neuropsychologues, aux ergothérapeutes, etc. Selon elle, il y a des cliniques privées et des organismes offrant des services pour les jeunes dans l’Est ontarien, comme le centre Valoris ou le Carrefour Bien-être pour les jeunes de l’Ontario, mais la demande surpasse grandement l’offre.

Elle souhaite que les enfants et les adolescents de l’Est ontarien aient davantage d’options afin d’être épaulés tout au long de la pandémie. «J’ai réalisé à quel point la demande de services est importante dans l’Est ontarien, mais il n’y a pas nécessairement assez de services spécialisés pour les enfants ou les adolescents».

La Conservation de la Nation Sud ouvre ses aires de conservation et ses rampes de mise à l’eau

Est ontarien

La Conservation de la Nation Sud ouvre ses aires de conservation et ses rampes de mise à l’eau

L’organisme la Conservation de la Nation Sud a annoncé vendredi l’ouverture au public de ses aires de conservation saisonnières et des rampes de mise à l’eau.

La CNS confirme avoir rouvert ses installations en respectant les précautions sanitaires mises en place par Bureau de santé de l’est de l’Ontario. Les animaux doivent être tenus en laisse, les rassemblements dans les sentiers, les zones de pêche, les stationnements ou les quais sont interdits et les déchets doivent être jetés aux endroits prévus à cet effet. 

L’organisme indique surveiller de près l’évolution de la pandémie et les mesures d’intervention qui y sont reliées et publiera tout changement apporté aux opérations et à la continuité des activités dès qu’elles seront disponibles. «Nous ne pourrions pas être plus heureux d’ouvrir le reste de nos parcs, rampes de lancement de bateaux et quais à l’usage du public », a annoncé John Mesman, responsable des communications à la CNS. 

«Les gens sont enthousiastes à l’idée de sortir sur l’eau, et tant que nos visiteurs continuent à utiliser nos espaces publics en toute sécurité, nous sommes heureux qu’ils puissent profiter de l’environnement local». 

La CNS rappelle également qu’il est dangereux et illégal de pêcher à moins de 23 mètres d’un barrage. 

Les structures de jeu et les toilettes demeureront fermées pour l’instant. Les tables de pique-nique seront de nouveau installées aux endroits prévus à cet effet dès la semaine prochaine. Les aires de conservation du Camp Sheldrick et du parc Oak Valley Pioneer resteront également temporairement fermées. 

La Conservation de la Nation Sud est une agence environnementale communautaire à but non lucratif qui gère 4 441 km² de territoire avec l’appui de 16 municipalités. 

COVID-19: bilan stable dans l’Est ontarien

COVID-19

COVID-19: bilan stable dans l’Est ontarien

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario a présenté un bilan stable du nombre de cas positifs de la COVID-19 sur son territoire vendredi, malgré l’annonce de l’éclosion dans la maison de soins de longue durée Maxville Manor, à North Glengarry, la veille. 

Le total se chiffre toujours à 142 cas positifs, dont 81 considérés résolus, une personne hospitalisée et deux autres aux soins intensifs. 

Le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, indique néanmoins que ce nombre pourrait augmenter au cours du week-end, alors que le Bureau complète présentement le second dépistage de tous les résidents de la maison Maxville, et que les résultats seront connus dans les prochains jours. Cela dit, le Dr Roumeliotis ne se dit pas inquiet pour le premier résident du manoir ayant testé positif au virus, alors qu’il semble pour l’instant se porter bien. 

Le bilan du nombre de personnes testées dans les centres de dépistage du BSEO et dans les maisons de soins de longue durée se chiffre désormais à 7238. 

Le Dr Roumeliotis rappelle que les examens de dépistage sont dorénavant ouverts à tous les gens qui présentent des symptômes, même légers.

Calypso attend le feu vert avant d'accueillir ses premiers visiteurs

Est ontarien

Calypso attend le feu vert avant d'accueillir ses premiers visiteurs

Le parc aquatique Calypso à Limoges, dans l’Est ontarien, devra redoubler d’ardeur afin d’ouvrir ses portes conformément aux mesures sanitaires en vigueur pendant la pandémie de la COVID-19. L’organisation se dit confiante, mais attend toujours le feu vert gouvernemental pour mettre en branle ses préparatifs.

Selon Sandra Nadeau, directrice principale des communications pour le groupe Calypso-Valcartier, Calypso devrait cependant se résigner à ne pouvoir recevoir que 30 % de sa capacité d’accueil, afin de s’assurer d’opérer conformément aux mesures de distanciation sociale. « Ça serait un Calypso différent, mais c’est possible de le faire. » Si le gouvernement donne le feu vert, c’est l’ensemble du site qui serait accessible à la portion de visiteurs admis : les glissades, les attractions, les piscines, etc.

Un nouveau directeur de la protection et chef pompier pour la Cité de Clarence-Rockland

Est ontarien

Un nouveau directeur de la protection et chef pompier pour la Cité de Clarence-Rockland

La Cité de Clarence-Rockland a annoncé jeudi la venue de Pierre Voisine au titre de directeur de la protection et chef pompier de la municipalité. 

M. Voisine quittera son poste actuel à titre de Chef pompier de la ville de Cornwall le 19 juin prochain et entamera son mandat au sein de la Cité de Clarence-Rockland le 23 juin. Il remplacera l’actuel chef pompier Brian Wilson dont la retraite est prévue le 30 juin 2020.

«Je suis extrêmement heureux de poursuivre ma carrière dans la municipalité où j’habite. L’occasion de travailler à Clarence-Rockland, une des municipalités de l’Ontario qui connaît la croissance la plus rapide, est excitante, et j’ai hâte de travailler avec le Conseil municipal et l’excellent groupe de gestion en place», a déclaré M. Voisine.

«Au nom du Conseil municipal et des résidents de la Cité de Clarence-Rockland, je désire souhaiter la bienvenue à Pierre Voisine. Notre nouveau chef pompier demeure dans Clarence-Rockland depuis plusieurs années; il connaît donc très bien la municipalité ainsi que ses résidents. C’est un atout pour la sécurité de nos citoyens», a pour sa part souligné le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins. 

Ouverture du Sentier récréatif Prescott-Russell vendredi

Est ontarien

Ouverture du Sentier récréatif Prescott-Russell vendredi

Les Comtés unis de Prescott et Russell ont annoncé jeudi la réouverture des stationnements du Sentier récréatif Prescott-Russell dès vendredi, facilitant l’accès aux randonneurs.

Les CUPR rappellent aux utilisateurs de respecter les consignes de santé publique requises pendant la pandémie de la COVID-19. 

La distance de deux mètres doit toujours être maintenue entre les randonneurs et les groupes sont limités à cinq personnes. 

Les Comtés rappellent également aux gens qui présentent des symptômes du virus de ne pas s’aventurer sur le sentier et que les endroits publics comme les bancs, les toilettes et les rampes n’ont pas été désinfectés. 

Le Sentier récréatif de Prescott et Russell s’étend sur une distance de 72 kilomètres reliant plusieurs municipalités des CUPR aux circuits cyclistes de la région d’Ottawa et du Québec.

COVID-19: nouvelle éclosion dans une maison de soins de longue durée de l’Est ontarien

Est ontarien

COVID-19: nouvelle éclosion dans une maison de soins de longue durée de l’Est ontarien

Un résident de la maison de soins de longue durée Maxville Manor, à Maxville dans le comté de North Glengarry, a testé positif à la COVID-19, a annoncé jeudi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario.

Le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, affirme que le manoir faisait partie des établissements de soins de longue durée qui ont été dépistés en bloc au cours des dernières semaines. Pourtant, tous les résidents avaient d’abord obtenu un résultat négatif. 

Néanmoins, l’individu infecté a développé des symptômes à la suite du premier examen, puis a dû repasser un deuxième dépistage avant de recevoir le résultat positif.

 «La situation semble sous contrôle», souligne toutefois le médecin. Une équipe de l’hôpital Glengarry Memorial, à Alexandria, est d’ailleurs sur les lieux afin de tester de nouveau tous les résidents et les employés de la maison de soins. 

Le Dr Roumeliotis mentionne qu’il s’agit d’un bon exemple démontrant que toutes les maisons de soins ont été testées, mais que rien n’empêche qu’un résident ou qu’un membre du personnel développe la COVID-19 après le dépistage. 

Il s’agit du seul nouveau cas positif sur tout le territoire du BSEO jeudi, portant le total à 142 cas. Le Bureau cumule ainsi un total de trois éclosions dans des maisons de soins de longue durée dans l’Est ontarien, alors que deux autres flambées sont considérées résolues. 

COVID-19: Une majorité des entreprises des CUPR en difficulté, dit un sondage

Est ontarien

COVID-19: Une majorité des entreprises des CUPR en difficulté, dit un sondage

Près des deux tiers des entreprises des Comtés unis de Prescott et Russell ont de la difficulté à jongler avec les impacts de la COVID-19, soulignent les résultats d’un sondage mené par le comité du Développement économique et touristique des CUPR dévoilé mardi.

Selon le sondage, pas moins de 62% des entreprises interrogées ont affirmé que la COVID-19 créait une situation difficile pour leurs opérations et 7% considéraient cette dernière comme critique.

Projet éolien: la Cour divisionnaire ontarienne dit non à Yurek et oui à Nation Rise

Est ontarien

Projet éolien: la Cour divisionnaire ontarienne dit non à Yurek et oui à Nation Rise

La Cour divisionnaire de l’Ontario a tranché la semaine dernière et réfute la décision du ministère de l’Environnement ontarien d’annuler le projet éolien industriel Nation Rise dans le Comté de North Stormont.

Plusieurs éoliennes du parc Nation Rise étaient déjà érigées lorsque le ministre de l’Environnement de l’Ontario, Jeff Yurek, a ordonné l’annulation du projet en décembre 2019. Dans sa décision rendue publique mercredi dernier, la Cour divisionnaire ontarienne a statué que le ministre n’avait pas présenté d’arguments suffisamment valables pour justifier l’avortement de la construction du parc éolien. M. Yurek avait avancé que le projet était susceptible de causer des dommages graves à certaines espèces de chauves-souris, argument d’abord révoqué par le Tribunal environnemental ontarien. Ce dernier affirmait au contraire que les risques envers la santé des mammifères étaient peu probables. Le ministre Yurek avait alors outrepassé la décision du Tribunal et était allé de l’avant avec l’abrogation du projet. «Nous estimons que la décision du ministre était déraisonnable et que le processus par lequel il a pris cette décision était inéquitable sur le plan de la procédure», peut-on d’ailleurs lire dans la décision finale de la Cour.

Un cas de COVID-19 dans un supermarché de Rockland

COVID-19

Un cas de COVID-19 dans un supermarché de Rockland

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) a rapporté dimanche qu’un cas de COVID-19 avait été détecté au supermarché Parent’s Independent à Rockland.

Le cas touche un employé du magasin d’alimentation. L’employé était caissier au centre de jardinage extérieur du magasin. Il a été placé en isolement.

Le BSEO affirme qu’il travaille en collaboration avec l’entreprise afin « d’évaluer le risque encouru par les employés et retracer les contacts de cette personne ». Selon le BSEO, le risque encouru par le public est considéré comme étant faible.

« Bien que nous estimions que le risque pour le public soit faible, nous divulguons cette information afin que les clients qui se trouvaient au centre de jardinage du magasin Parent’s Independent durant cette période soient informés », a indiqué le médecin hygiéniste, Dr Paul Roumeliotis.

Une souveraineté alimentaire pas si souveraine

Alimentation

Une souveraineté alimentaire pas si souveraine

La COVID-19 chamboule les habitudes de consommation de l’Est ontarien portées désormais davantage vers l’achat local. Cela dit, les règles entourant la certification locale d’un aliment sont loin d’être coulées dans le béton aux yeux des producteurs et des consommateurs, surtout dans la culture houblonnière.

«Les gens pensent que s’ils achètent un produit qui vient d’un marchand de proximité, c’est nécessairement local parce que ça a été acheté au coin de la rue. Souvent, ce ne l’est pas», souligne Danik Lafond, directeur général de l’Union des cultivateurs franco-ontariens et producteur de houblon à la ferme Clodowig Inc à Saint-Eugène.

Un nouveau marché agricole virtuel dans l’Est ontarien

Alimentation

Un nouveau marché agricole virtuel dans l’Est ontarien

Les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry ont annoncé vendredi le lancement du premier marché virtuel des agriculteurs de la région, en collaboration avec le Réseau agroalimentaire de l’est de l’Ontario (RAEO) et la ville de Cornwall.

Ce nouveau format de marché en ligne a été mis en place via la plateforme Local Line, un outil de commerce électronique conçu spécialement pour les producteurs et les vendeurs de produits agroalimentaires. «Nous savons que les habitants de toute la région cherchent à acheter des produits alimentaires locaux et soutiennent nos nombreux producteurs locaux, a déclaré Alain D’Aoust, coordinateur du Réseau agroalimentaire de l’est de l’Ontario. En développant le réseau virtuel marché des agriculteurs, en coordonnant la distribution locale aux consommateurs et en faisant la promotion au nom de tous les vendeurs, nous croyons que cet effort sera bénéfique pour tout le monde». Le site web sera constitué d’une boutique en ligne unique pour chaque vendeur, ainsi qu’un marché commun proposant les produits de plus de 100 commerçants.

Les sentiers de la forêt Larose rouvriront samedi

Est ontarien

Les sentiers de la forêt Larose rouvriront samedi

Les Comtés unis de Prescott et Russell prévoient la réouverture des sentiers de la forêt Larose au public dès samedi, après avoir mis en place des mesures afin de respecter les consignes de la santé publique.

Les sentiers de la forêt Larose demeurent habituellement fermés au public pour la période du dégel, de la mi-mars à la mi-mai annuellement. Seuls les sentiers accessibles à partir des stationnements dans le secteur de Limoges seront cependant ouverts. Les sentiers accessibles depuis Bourget restent fermés dû aux conditions encore trop humides, indiquent les CUPR. Dans un contexte de pandémie, les CUPR devaient également s’assurer de pouvoir faire respecter les consignes de santé publique avant de permettre l’accès aux randonneurs.

«Nous recevons beaucoup d’appels de gens qui veulent savoir quand rouvriront les sentiers. Bien évidemment, les gens ont une responsabilité de respecter eux-mêmes les directives. Nous, on fait tout en notre pouvoir pour afficher les règlements», souligne Louis Prévost, directeur du département d’urbanisme et de foresterie aux Comtés unis de Prescott et Russell, lors d’une réunion virtuelle du comité d’urbanisme des CUPR.

COVID-19: La relance économique à l’horizon dans les CUPR

Est ontarien

COVID-19: La relance économique à l’horizon dans les CUPR

Les Comtés unis de Prescott et Russell se préparent activement à la relance économique de la région, alors que la pandémie de la COVID-19 semble ralentir sa progression dans la communauté de l’Est ontarien.

«Depuis le début du confinement, on a toujours pensé à la relance», assure Carole Lavigne, directrice du Développement économique et touristique pour les Comtés unis de Prescott et Russell. Son équipe et elle ont sondé la population entrepreneuriale des CUPR afin de prendre le pouls de la situation. Envoyé à toutes les entreprises du territoire par courriel, le sondage a reçu pas moins de 479 réponses. 

Selon la directrice, les entrepreneurs ont voulu dépeindre au comité de développement économique la façon dont ils vivent la crise individuellement. «On avait plusieurs sons de cloches de la communauté des affaires et des chambres de commerce. On voulait vraiment s’assurer que les entreprises étaient prêtes», ajoute Olivier Berthiaume, agent de projet en développement économique et touristique pour les CUPR. «On voit qu’en majorité, nos entreprises vivent la situation très difficilement. C’est encore plus difficile pour les petites entreprises et nous, c’est la majorité qui compte 19 employés et moins», souligne-t-il. 

Un nouveau système de dossiers de santé numériques dans l’Est ontarien

Santé

Un nouveau système de dossiers de santé numériques dans l’Est ontarien

La Résidence Prescott et Russell, dans l’Est ontarien, pourra désormais consulter les dossiers médicaux électroniques des citoyens hospitalisés à l’Hôpital général de Hawkesbury, via le système EpicCare Link.

Les dossiers médicaux pourront ainsi être consultés, organisés et sécurisés avec une plateforme technologique de pointe où la confidentialité des dossiers des clients sera respectée.

«L’accès au système nous permet de consulter, en direct, le dossier médical de nos résidents qui seraient admis à l’HGH. Dans un même temps, le partage de nos ressources nous permet d’uniformiser nos plateformes digitales, ce qui assure une meilleure communication et une meilleure dynamique entre les deux instituts», explique Alexandre Gorman, administrateur de la Résidence Prescott et Russell. «EpicCare s’est déjà avéré extrêmement utile et pertinent lors de la pandémie de COVID-19, notamment en ce qui concerne le transfert des patients entre nos deux établissements.»

La COVID-19 fauche une huitième victime à la maison de soins Pinecrest dans l’Est ontarien

COVID-19

La COVID-19 fauche une huitième victime à la maison de soins Pinecrest dans l’Est ontarien

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario a annoncé lundi qu’un huitième résident de la maison de soins de longue durée Pinecrest, à Plantagenet, est décédé de la COVID-19 dans les dernières 24 heures.

Le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, tient cependant à souligner qu’aucun nouveau cas positif du virus n’a heureusement été signalé dans la maison de soins au cours des derniers jours.

La Conservation de la Nation Sud inclut désormais l’entièreté de la Cité de Clarence-Rockland

Est ontarien

La Conservation de la Nation Sud inclut désormais l’entièreté de la Cité de Clarence-Rockland

Les services environnementaux de la Conservation de la Nation Sud sont désormais disponibles et accessibles à la totalité de la municipalité de Clarence-Rockland et à ses citoyens.

Ce sont donc maintenant 197 km² supplémentaires qui seront gérés par la CNS. Cela inclut la municipalité dans sa totalité, la communauté de Rockland et le rivage de la rivière des Outaouais. 

Le mandat de la CNS consiste, entre autres, à la protection des personnes et des biens contre les risques naturels (les inondations, par exemple), au soutien des activités prônant le développement durable et la protection de la qualité de l’eau. La Conservation de la Nation Sud avertit également les municipalités membres qui se situent le long de la rivière Nation Sud, du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais en cas d’inondation par le biais d’alertes.  

« Nous sommes heureux de rejoindre la compétence de la Conservation de la Nation Sud », a déclaré Guy Desjardins, maire de Clarence-Rockland. « La valeur de ses programmes et services, ainsi que le soutien à la planification municipale et aux examens environnementaux, dépasse de loin le coût de l’adhésion, d’autant plus que nous avons constaté une augmentation des inondations le long de la rivière des Outaouais ces dernières années. » La contribution de la Cité de Clarence-Rockland à la CNS s’élève cette année, selon le budget 2020, à 116 083 $, ce qui place la municipalité au troisième rang du budget de l’organisme après Ottawa et Russell. 

La Conservation de la Nation Sud affirme également que le Programme d’acquisition de terres de la CNS a permis d’ajouter 500 acres de forêt dans la municipalité de Clarence-Rockland au réseau de terre de l’organisation. La CNS souligne d’ailleurs avoir planté plus de 100 000 arbres dans toute la municipalité depuis 2004 et que la plantation de plus de 4 000 arbres supplémentaires est prévue cette année à Clarence-Rockland. 

Le conseil d’administration de la CNS, nommé par les municipalités, dirige à ce jour 16 municipalités et s’étend sur 4 446 km². 

COVID-19: Six garderies disponibles pour les travailleurs de première ligne dans l’Est ontarien

COVID-19

COVID-19: Six garderies disponibles pour les travailleurs de première ligne dans l’Est ontarien

Six centres de garde sont désormais accessibles aux parents au front dans les Comtés unis de Prescott et Russell afin d’élargir le support à ces travailleurs pendant la pandémie de la COVID-19.

Les CUPR avaient déjà annoncé à la fin du mois de mars que deux garderies seraient offertes en exclusivité au personnel de soins de santé et aux autres travailleurs de première ligne. 

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé le 29 avril dernier l’élargissement de la liste des travailleurs essentiels, justifiant ainsi l’ajout des centres de garde supplémentaires. Ces garderies sont d’ailleurs offertes gratuitement aux parents dont l’emploi est jugé essentiel pendant la pandémie, selon les directives de la Santé publique.

Les travailleurs considérés indispensables pouvant désormais se prévaloir de ces centres de garde sont le personnel des maisons de retraite, les employés des épiceries et des pharmacies, les travailleurs de chaîne d’approvisionnement alimentaire, en plus de certains employés fédéraux, comme des membres des Forces armées canadiennes. Ces travailleurs s’ajoutent bien évidemment aux travailleurs issus du milieu médical, aux premiers répondants et aux travailleurs essentiels qui y avaient déjà accès. 

Les six centres de garde sont situés un peu partout sur le territoire des CUPR afin de mieux desservir sa population: les quatre centres éducatifs Les petits trésors situés à Limoges, à Pleasant Corners, à Wendover et à Plantagenet, ainsi que la  garderie Bhakta Prahlab Montessori à Russel et la garderie municipale Ste-Trinité à Rockland. 

Les parents désirant y inscrire leurs enfants sont invités à communiquer directement avec les centres de garde. 

COVID-19: des «crochets pratiques» à la rescousse du personnel médical dans les CUPR

COVID-19

COVID-19: des «crochets pratiques» à la rescousse du personnel médical dans les CUPR

Pas moins de 3000 «crochets pratiques» seront distribués au cours des prochains jours aux différents établissements de soins de santé dans les Comtés unis de Prescott et Russell.

Attachés à des trousseaux, ces crochets permettront au personnel médical d’effectuer des tâches quotidiennes en limitant le contact potentiel avec la COVID-19.

Ouvrir des portes, tirer des poignées, et pousser des boutons pourra ainsi être effectuée sans contact, afin d’éviter le plus possible les surfaces potentiellement contaminées par le virus. 

Les crochets seront distribués par l’équipe paramédicale des Comtés unis de Prescott et Russell à travers les foyers de soins de longue durée et le personnel des hôpitaux de la région dès la semaine prochaine. 

COVID-19: quatre décès additionnels à la maison de soins Pinecrest de Plantagenet

COVID-19

COVID-19: quatre décès additionnels à la maison de soins Pinecrest de Plantagenet

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario a confirmé vendredi que quatre nouveaux décès liés à la COVID-19 ont été rapportés à la maison de soins de longue durée Pinecrest de Plantagenet, portant le total à six dans l’établissement. 

«C’est une tragédie. C’est vraiment triste, lance d’emblée le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, en conférence de presse. C’est une situation difficile et je suis très inquiet à propos de [la maison] Pinecrest». Le bilan accablant avait d’abord été annoncé en matinée vendredi par Santé publique Ontario.  

Le dernier bilan du Bureau de santé de l’est de l’Ontario répertorie 18 nouveaux cas sur le territoire, dont 16 à la maison Pinecrest, portant le total à 130 dans l’Est ontarien dont 39 cas dans ce seul foyer de soins de longue durée. «Plusieurs résidents ont déjà des conditions médicales, ils sont très fragiles. Ils sont des victimes tragiques de la situation», ajoute le médecin.  

Un record de plantation d’arbres dans la forêt Larose

Est ontarien

Un record de plantation d’arbres dans la forêt Larose

Pas moins de 50 000 arbres seront plantés dans les prochains jours dans la forêt Larose, dans l’Est ontarien. 

Le reboisement annuel de plusieurs milliers d’arbres fait partie intégrante de la gestion de cette forêt, indique le directeur de l’urbanisme et de la foresterie des Comtés unis de Prescott et Russell, Louis Prévost. Cette année, M. Prévost est particulièrement fier. «L’année dernière, on en a planté près 40 000. Cette année, je crois que c’est un record. On n’a jamais planté autant d’arbres que ça, 50 000. L’année prochaine on en prévoit un autre 30 000.» Louis Prévost et son équipe planteront ainsi des pousses de pin blanc, de pin rouge, de chêne rouge et d’érable à sucre pour regarnir la forêt. 

Le nombre élevé d’arbres qui seront semés cette année n’est cependant pas le fruit du hasard. «C’est une question de deux trois ans d’avance pour préparer le terrain pour la plantation. On essaie de maximiser les résultats le plus possible. On dépense des milliers de dollars pour ces plantations-là, on veut s’assurer qu’une fois qu’elles sont en terre, elles vont survivre», ajoute le directeur. 

Une fois le reboisement terminé, M. Prévost souligne que la nature peut suivre son cours. «Il y a la plantation, mais il y a aussi l’ensemencement naturel. Lors qu’on fait certaines coupes d’arbres, on garde souvent les plus gros spécimens pour qu’ils puissent jeter leurs semences par terre.» Il n’exclut par contre pas que certaines pousses nécessitent à l’occasion un certain maintien parfois manuel, parfois chimique, afin d’assurer le succès de l’opération. 

Un maire à temps plein à Casselman

Est ontarien

Un maire à temps plein à Casselman

Le maire de Casselman, Daniel Lafleur, annonce sa retraite à titre de directeur de la Maison funéraire et chapelle Lafleur de Casselman et pourra ainsi consacrer 100% de son temps à la mairie de la municipalité.

Après 43 ans au sein de l’entreprise, Daniel Lafleur croit qu’il était temps pour lui de tirer sa révérence. «J’ai vraiment apprécié les gens qui ont fait appel aux services de la maison funéraire et je les remercie pour leur confiance. Je les remercie du fond du coeur.» Il remercie également son partenaire d’entreprise, les employés et ses proches qui l’ont toujours soutenu, selon lui.

Fusion diocésaine pour le milieu ecclésiastique d’Ottawa et de l’Est ontarien

Société

Fusion diocésaine pour le milieu ecclésiastique d’Ottawa et de l’Est ontarien

L’archidiocèse d’Ottawa et le diocèse d’Alexandria-Cornwall ont annoncé mercredi leur fusion pour former un seul et unique archidiocèse, l’Archidiocèse d’Ottawa-Cornwall.

«La fusion assurera une gestion plus efficace des ressources de l’Église tout en respectant le caractère bilingue de la région», indique le nouvel archidiocèse.

Incendies résidentiels en hausse: la Cité de Clarence-Rockland prône la vigilance

Est ontarien

Incendies résidentiels en hausse: la Cité de Clarence-Rockland prône la vigilance

Le service des incendies de Clarence-Rockland invite ses citoyens à faire davantage preuve de prudence, alors que les décès liés aux incendies ont augmenté de 65% en Ontario en un an seulement.

Du 1er janvier au 4 mai 2020, 51 personnes ont perdu la vie dans des incendies à travers la province, alors que ce nombre s’élevait à 31 victimes pour la même période en 2019. «Il revient [aux citoyens] d’éviter de pareilles tragédies à Clarence-Rockland, indique le chef du service des incendies de la Cité de Clarence-Rockland, M. Brian Wilson. Mettez tout en œuvre pour prévenir les incendies chez vous.»