Coup d’envoi pour le nouveau centre d’accueil de la Forêt Larose

Est ontarien

Coup d’envoi pour le nouveau centre d’accueil de la Forêt Larose

La construction du nouveau centre d’accueil de la Forêt Larose est officiellement lancée.

«Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont extrêmement hâte de procéder à l’ouverture de notre nouveau centre d’accueil, d’ici cet automne, ce qui fera suite à une année déjà record en matière de l’achalandage de nos sentiers dans notre majestueuse forêt», a indiqué le président du Conseil des CUPR, Pierre Leroux. Le projet est évalué à 980 000 $ et permettra de louer de l’équipement comme des vélos et des raquettes, et d’offrir offrira une aire de détente pour les utilisateurs. Le centre sera aussi une source d’eau potable pour les visiteurs.

D’anciens surplus budgétaires à la rescousse d’Alfred et Plantagenet

Est ontarien

D’anciens surplus budgétaires à la rescousse d’Alfred et Plantagenet

La pandémie de la COVID-19 a forcé le canton d’Alfred et Plantagenet à revoir ses échéanciers financiers pour la suite de l’année 2020, alors que le manque à gagner est de près de 240 000$ dans les coffres de la municipalité.

«Il faut balancer ça à zéro», souligne le maire du canton, Stéphane Sarrazin, lors de la révision budgétaire. Comme plusieurs autres municipalités, M. Sarrazin met bien évidemment la COVID-19 comme principale cause du déficit.

Est ontarien: Internet haute vitesse en attente d’investissements gouvernementaux

Est ontarien

Est ontarien: Internet haute vitesse en attente d’investissements gouvernementaux

Le Réseau régional de l’est de l’Ontario (RREO) demande l’aide des différents paliers de gouvernement pour mettre en branle son projet RREO Gig, visant à fournir Internet haute vitesse aux foyers et aux entreprises de tout l’est de la province.

L’organisme est à la recherche d’un soutien monétaire des gouvernements fédéral et provincial afin d’établir un partenariat public-privé pour réaliser le projet évalué à 1,6 milliard $.

COVID-19: Des lacunes à l’HGH, croit un couple de l’Est ontarien

COVID-19

COVID-19: Des lacunes à l’HGH, croit un couple de l’Est ontarien

Pas de test de dépistage de la COVID-19 et omission du port du masque: un homme de l’Est ontarien atteste avoir été témoin de certaines lacunes lors de son passage à l’Hôpital général de Hawkesbury.

«Il est demeuré six jours aux soins intensifs et ne sait jamais fait tester pour la COVID», déplore la conjointe du patient présentement en rémission d’une diverticulite.

Le parc Calypso met une croix sur sa réouverture

Actualités

Le parc Calypso met une croix sur sa réouverture

Le parc aquatique Calypso demeurera officiellement fermé pour la saison estivale, a annoncé l’organisation mercredi soir.

«C’est avec un immense pincement au cœur que nous faisons cette publication aujourd’hui. Malheureusement, Calypso ne pourra ouvrir pour la saison estivale 2020», peut-on lire dans l’annonce publiée sur la page Facebook de l’organisation.

Dans une déclaration écrite, le président et chef des opérations de Calypso, Sylvain Lauzon, affirme que les organisateurs sont «extrêmement déçus de la décision du gouvernement de l'Ontario.» Il affirme que cette fermeture officielle est un dur coup pour la situation financière de l’entreprise. 

«Nous avons donc investi des centaines de milliers de dollars pour la préparation de notre parc. Alors que des entreprises similaires à la nôtre ont eu l'autorisation d'ouvrir leurs portes, les parcs aquatiques se sont vus obligés de demeurer fermés», ajoute M. Lauzon. «L'impact pour Calypso est immense. Aucun autre secteur ne se voit forcé de renoncer à une année complète de revenus tout en devant assumer des coûts fixes élevés et avec des actifs à soutenir.»

Rappelons que du côté québécois, le Village Vacances Valcartier, qui fait partie de la même entreprise que Calypso, a pu reprendre ses activités à la fin du mois de juin. Même chose pour le parc aquatique Mont-Cascades de Cantley. 

Moins de déchets à Alfred et Plantagenet

Est ontarien

Moins de déchets à Alfred et Plantagenet

La quantité de sacs de déchets par résidence passera de trois à deux sacs dès le 15 septembre prochain, à Alfred et Plantagenet.

La municipalité fera également la distribution de bacs standardisés payés en partie par les citoyens, une mesure qui est loin de faire l’unanimité auprès de certains résidents du canton.

COVID-19: pas de nouveau cas dans l’Est ontarien

COVID-19

COVID-19: pas de nouveau cas dans l’Est ontarien

Aucun nouveau cas positif à la COVID-19 n’a été rapporté mercredi par le Bureau de santé de l’est de l’Ontario.

Le bilan du nombre d’infections sur le territoire se chiffre donc toujours à 180 cas. De ce nombre, cinq cas demeurent actifs dans les Comtés unis de Prescott et Russell, cinq personnes sont atteintes du virus dans les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry, et une seule personne est toujours infectée à Cornwall.

Peu de candidatures reçues pour les bourses du Fonds de la relève agricole franco-ontarienne

Est ontarien

Peu de candidatures reçues pour les bourses du Fonds de la relève agricole franco-ontarienne

Le Fonds de la relève agricole franco-ontarienne peine à cumuler assez de candidatures afin de remettre toutes ses bourses d’études et ses bourses de projet d’entreprise pour l’année 2020. 

Le Fonds de la relève agricole franco-ontarienne met à la disposition des récipiendaires quatre bourses d’études de 500$ chacune pour des étudiants en agriculture ou en agroalimentaire et deux bourses de 6 000$ chacune pour des projets d’entreprise de relève agricole. «Ça donne un bon coup de main pour démarrer une petite entreprise», soulève Roger Pommainville, membre du comité du Fonds. Le Fonds de la relève agricole franco-ontarienne collabore d’ailleurs avec l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) pour mener à bien sa campagne annuelle de remise de bourses. Il souligne ainsi que les bourses servent avant tout à soutenir la prochaine génération d’agriculteurs, que ce soit par un soutien financier pour un projet concret ou par l’éducation des agriculteurs de demain. 

COVID-19: l’Est ontarien franchit la barre des 180 cas positifs

COVID-19

COVID-19: l’Est ontarien franchit la barre des 180 cas positifs

Un seul nouveau cas d’infection a la COVID-19 a été rapporté mardi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO).

Le bilan du BSEO rapporte que 180 personnes ont jusqu’à présent été déclarées positives à la COVID-19. 

Un cas supplémentaire s’ajoute également au bilan des cas résolus, portant ce total à 158. Cinq cas sont donc toujours actifs dans les Comtés unis de Prescott et Russell, cinq cas sont encore répertoriés comme actifs dans les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry, et une seule personne porte toujours activement le virus à Cornwall. 

Deux individus combattent toujours des symptômes de la maladie à l’hôpital, mais personne ne se trouve aux soins intensifs. 

L’éclosion à la maison de soins de longue durée Maxville Manor, à Maxville, est pour sa part toujours en cours. 

Record de fréquentation pour les aires publiques de la Conservation de la Nation Sud

Actualités

Record de fréquentation pour les aires publiques de la Conservation de la Nation Sud

Les aires publiques de la Conservation de la Nation Sud (CNS) ont enregistré un record de fréquentation au cours du printemps, a indiqué l’organisme.

Entre les mois de mars et juin, la CNS a dénombré plus de 50 000 visiteurs dans ses aires de conservation, représentant le double des records de fréquentation préalablement enregistrés.

COVID-19: les communautés immigrantes durement touchées dans l'Est ontarien

COVID-19

COVID-19: les communautés immigrantes durement touchées dans l'Est ontarien

La COVID-19 a frappé durement les communautés immigrantes, mais les organismes de soutien à l’immigration francophone de l’Est ontarien redoublent d’ardeur pour soutenir ces collectivités dans le besoin. 

Difficile, pour le moment, de comprendre l’impact réel de la pandémie sur l’immigration francophone, mais elle est, ou sera après la COVID, bien réelle, croient des organismes communautaires concernés. «Imaginez, pour le blanc qui connaît déjà tout le monde et qui a sa famille à proximité, c’est difficile la pandémie. Donc toute communauté marginalisée et vulnérable, ça doit être horrible. La maman et la grand-maman ne sont pas là, ils sont inquiets, ils n’ont pas assez d’argent, ils ont souvent des grosses familles», soulève l’experte-conseil en développement stratégique à l’Association canadienne-française de l’Ontario de Stormont, Dundas et Glengarry, Ethel Côté. «Tout le monde subit la pandémie en même temps, mais quand tu travailles dans le communautaire, tu n’as pas le choix de te dire que des gens vivent la crise encore plus difficilement.»

Mme Côté dit avoir rapidement constaté que cette population éprouvait une grande difficulté à comprendre comment avoir accès aux programmes et aux services d’aide. L’ACFO-SDG a donc travaillé sur plusieurs fronts. «On a tellement la broue dans le toupet depuis le mois de mars. Les gens pensent qu’on se repose, mais non! Quand la pandémie est arrivée, on a travaillé sur plusieurs [aspects]: les webinaires sur les mesures gouvernementales, appeler aussi des familles parce que le contact humain est très important, noter les besoins et référer [aux organismes appropriés].» 

Deux cas de COVID-19 s’ajoutent au bilan l’Est ontarien

COVID-19

Deux cas de COVID-19 s’ajoutent au bilan l’Est ontarien

Deux nouveaux cas positifs de la COVID-19 s’ajoutent au bilan quotidien du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) vendredi, portant le total à 179 cas. 

Le BSEO avait cependant indiqué en point de presse jeudi qu’un des nouveaux cas assurément déclarés vendredi s’agirait du cas dépisté à maison de soins de longue durée Maxville Manor, qui avait déjà été annoncée jeudi sans être officiellement répertoriée. Il s’agit de la deuxième éclosion à sévir dans l’établissement qui avait déjà été aux prises avec une flambée en mai dernier. 

Une personne supplémentaire s’ajoute également au bilan des guérisons, portant ce total à 157. 

Six cas positifs sont toujours actifs dans les Comtés unis de Prescott et Russell, quatre cas sont actifs dans les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry et un seul dans la région de Cornwall. 

Près de 30 000 personnes se sont également fait dépister dans les cliniques et les centres de soins dans l’Est ontarien, alors que précisément 29 285 personnes ont passé un test de dépistage de la COVID-19. 

Deux chauves-souris testées positives à la rage dans l’Est ontarien

Est ontarien

Deux chauves-souris testées positives à la rage dans l’Est ontarien

Deux chauves-souris ont testé positive au virus mortel de la rage la semaine dernière dans l’Est ontarien, a indiqué jeudi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario.

Les deux chauves-souris infectées ont été capturées lors de deux évènements distincts, précise le BSEO. L’une d’entre elles a infligé une morsure à un individu et la seconde s’apprêtait à le faire, précise le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis. «Nous n’avons pas eu de cas humain dans la région depuis des décennies, cependant, le danger est toujours présent», souligne le médecin. 

La rage est une maladie mortelle transmise par la salive d’un mammifère ou d’une chauve-souris infectée. Elle se propage plus facilement par une morsure ou lorsque de la salive infectée entre en contact avec une plaie ouverte ou les muqueuses comme le nez, les yeux ou la bouche. L’organisation rappelle aux citoyens de l’Est ontarien de demeurer vigilants et de prendre leurs précautions pour leur propre santé et celle de leurs proches.

«Si vous ou un de vos proches se fait mordre par un animal, consultez votre médecin de famille ou rendez-vous à l’urgence le plus tôt possible. Signalez ensuite la morsure au BSEO, qui ouvrira une enquête pour déterminer si un traitement contre la rage post-exposition est nécessaire», rappelle le Bureau. 

Nouvelle éclosion de COVID-19 à Maxville Manor

COVID-19

Nouvelle éclosion de COVID-19 à Maxville Manor

Une nouvelle éclosion de COVID-19 est déclarée à la maison de soins de longue durée Maxville Manor, à Maxville dans le comté de Stormont, a annoncé jeudi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO). Il s’agit de la deuxième flambée à survenir dans l’établissement, alors qu’une première éclosion avait été déclarée le 21 mai dernier.

Il s’agit d’un employé qui demeure actuellement asymptomatique, souligne le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis. Le dépistage a été effectué lors de la séance normale de dépistage qui a lieu toutes les deux semaines dans les maisons de soins de longue durée du territoire. Par précaution, tous les employés et résidents de l’endroit seront de nouveau dépistés. 

Ce cas positif n’a cependant pas encore été ajouté au bilan du BSEO, précise le Dr Roumeliotis. Le total du nombre de cas positifs présentement affiché dans le bilan de l’organisation fait donc état de 177 cas positifs, soit un cas communautaire de plus que la veille.

L’individu présentant une nouvelle infection au coronavirus provient des Comtés unis de Prescott et Russell et aurait contracté la maladie lors d’un séjour de camping au Québec, ajoute le médecin. 

Deux nouvelles personnes sont considérées guéries, chiffrant ce total à 156. 

Plan de retour en classe dévoilé

Rappelons que le gouvernement ontarien a présenté jeudi son plan pour le retour à l’école en septembre. 

Les élèves de la 4e à la 12e année devront, entre autres, obligatoirement porter le masque, et celui-ci sera fortement recommandé pour les élèves plus jeunes. Pour aider les conseils scolaires à appliquer cette mesure et les autres règles sanitaires en place, le gouvernement a annoncé un investissement de 50 millions de dollars pour embaucher jusqu’à 500 infirmiers et infirmières de soutien. 

«Je ne suis pas encore certain de ce que ça signifie pour nous, combien on va en recevoir, mais je pense que c’est vraiment une bonne chose pour supporter nos écoles», souligne par ailleurs le Dr Roumeliotis.

Journée sans nouveau cas de COVID-19 dans l’Est ontarien

COVID-19

Journée sans nouveau cas de COVID-19 dans l’Est ontarien

Journée de répit dans l’Est ontarien, alors que le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) ne rapporte aucun nouveau cas positif de la COVID-19 sur son territoire mercredi, portant le total toujours à 176 cas. 

Le bilan des cas considérés résolus demeure également inchangé, chiffrant ce total à 154. Toujours 11 personnes portent ainsi activement le virus dans l’Est ontarien. Cinq de ces individus se trouvent dans les Comtés unis de Prescott et Russell, cinq se trouvent dans les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry et une seule personne demeure positive dans la région de Cornwall. 

Le seul nombre de la mise à jour quotidienne du BSEO, qui continue d’augmenter considérablement tous les jours, est le nombre de tests de dépistage effectués sur le territoire. Le dernier bilan indique que 28 156 personnes ont passé un examen de dépistage du virus dans les centres depuis les débuts de la pandémie.

COVID-19: Les entreprises commencent à se relever dans les CUPR

Affaires

COVID-19: Les entreprises commencent à se relever dans les CUPR

Les petites entreprises des Comtés unis de Prescott et Russell s’adaptent peu à peu aux réalités de la pandémie. C’est ce que révèle le rapport d’un sondage mené auprès de 279 entrepreneurs locaux, publié mardi.

Le rapport, dévoilé par le comité de Développement économique et touristique des Comtés unis de Prescott et Russell (DETPR), stipule que 42% des entrepreneurs disent vivre difficilement les effets de la COVID-19 sur leur entreprise. Les secteurs d’activités qui décrivent toujours la situation comme étant critique sont les secteurs de la vente au détail et le milieu des arts et du divertissement, entre autres.

COVID-19: Beaucoup d’Ottaviens se font dépister à Casselman

Est ontarien

COVID-19: Beaucoup d’Ottaviens se font dépister à Casselman

La plupart des gens qui se font tester pour la COVID-19 au centre de dépistage de Casselman sont des Ottaviens, a confirmé lundi le médecin hygiéniste au Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), le Dr Paul Roumeliotis.

Le Dr Roumeliotis affirme que la demande provenant de patients d’Ottawa est grande, mais que le BSEO travaille présentement avec ses partenaires hospitaliers de l’Est ontarien et ceux de la capitale afin d’augmenter la capacité de dépistage du centre. «Nous essayons de travailler ensemble et d’accommoder tout le monde. Les gens veulent se faire tester et nous voulons être en mesure de leur offrir dans la mesure du possible, mais de façon raisonnable», indique-t-il, en rappelant que le centre de dépistage de Casselman est accessible seulement via un service au volant, ce qui limite déjà le nombre de tests possibles quotidiennement.

Plusieurs emplois à combler, mais peu de main-d’oeuvre dans les CUPR

Affaires

Plusieurs emplois à combler, mais peu de main-d’oeuvre dans les CUPR

Le nombre d’emplois disponibles effectue tranquillement sa remontée dans les Comtés unis de Prescott et Russell, mais le nombre de travailleurs potentiels ne semble pas suivre la même cadence.

«C’est une situation qui est réelle», souligne Carole Muise, agente de communications au Centre de services à l’emploi de Prescott-Russell (CSEPR), qui constate que l’offre dépasse actuellement grandement la demande.

Plus de 350 offres sont présentement affichées sur le portail du CSEPR, dont 275 sont des emplois à temps complet.

La nouvelle Église St-Isidore-de-Prescott sera consacrée

Est ontarien

La nouvelle Église St-Isidore-de-Prescott sera consacrée

La nouvelle église St-Isidore-de-Prescott sera consacrée jeudi soir, quatre ans jour pour jour après l’incendie qui avait ravagé le bâtiment centenaire.

«Il y a la partie construction de l’édifice, mais il y a aussi la partie construction de la communauté. Comment la communauté s’est unie ensemble [depuis l’incendie] », souligne l’abbé Pascal Nizigiyiman.

COVID-19: Les services à l’enfance toujours accessibles, dit Valoris

Est ontarien

COVID-19: Les services à l’enfance toujours accessibles, dit Valoris

Les services de familles d’accueil et d’aide à l’enfance et de l’Est ontarien n’ont été que très peu affectés par la pandémie de la COVID-19 indique l’organisme communautaire Valoris de Prescott-Russell.

En date du 31 mars dernier, 84 familles d’accueil étaient prêtes à héberger un enfant dans cette région, contre 92 familles à pareille date en 2019. Quelques mois plus tard, le 30 juin 2020, seulement quatre familles de moins étaient disponibles comparativement à 2019, soit 85.

COVID-19: Maintenant dix cas actifs dans l’Est ontarien

COVID-19

COVID-19: Maintenant dix cas actifs dans l’Est ontarien

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) rapporte désormais 172 cas positifs de la COVID-19 sur son territoire mardi, une augmentation d’un cas comparativement au bilan de la veille.

Toujours 151 personnes sont considérées guéries et 11 décès sont toujours rapportés. Le nombre de cas actifs dans la région se chiffre désormais à dix.

L’Est ontarien semble ainsi perdre peu à peu son progrès, alors que seulement quatre cas actifs pouvaient être dénombrés au début du mois.

Visites intérieures de nouveau permises à la Résidence Prescott-Russell

COVID-19

Visites intérieures de nouveau permises à la Résidence Prescott-Russell

La Résidence Prescott-Russell a annoncé lundi la reprise des visites des patients à l’intérieur de la maison de soins de longue durée. Cette décision est prise à la suite du début de la troisième phase de déconfinement des régions de 24 bureaux de santé en Ontario, le 17 juillet dernier.

Seules les visites extérieures et virtuelles étaient possibles jusqu’à présent.

Les baigneurs téméraires inquiètent en Ontario

Ontario

Les baigneurs téméraires inquiètent en Ontario

La Société de sauvetage de l’Ontario a rapporté 40 noyades dans la province en date du 13 juillet 2020, soit le même nombre qu’à pareille date en 2019. Mais les restrictions entourant la COVID-19 continuent de donner du fil à retordre aux baigneurs, ce qui inquiète des responsables de la prévention des noyades.

La majorité des noyades ont habituellement lieu dans des endroits où l’eau est publique comme les lacs, les piscines publiques ou les étangs, souligne le chef des programmes nationaux au Conseil canadien de la sécurité, Lewis Smith. Les gens étant davantage à la maison en raison de la COVID-19, ce sont plutôt les piscines domiciliaires et les baignoires qui se retrouvent cet été dans les zones à risque. « Ça apporte de nouveaux défis qu’on ne voit pas habituellement. » 

La municipalité d’Alfred et Plantagenet, dans l’Est ontarien, a donc mis les bouchées doubles pour sensibiliser sa population au risque de la noyade à la maison. « On a fait des visites à domicile et on s’est assuré que les piscines des citoyens étaient sécuritaires et réglementaires pour justement répondre à cet afflux de baignades là », assure pour sa part le directeur des loisirs de la municipalité, Ken St-Denis.

L’Est ontarien franchit la barre des 170 cas de COVID-19

COVID-19

L’Est ontarien franchit la barre des 170 cas de COVID-19

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) rapporte un gain de trois nouveaux cas positifs de la COVID-19 jeudi, portant le total à 170 cas. 

Le BSEO n’avait pas rapporté une hausse aussi importante du nombre de cas depuis la mi-mai, où quatre cas avaient été rapportés en une seule journée. 

Selon le médecin hygiéniste au Bureau de santé, le Dr Paul Roumeliotis, un des nouveaux cas, qui se trouve dans les Comtés unis de Prescott et Russell, est lié à un contact étroit avec un individu québécois infecté. L’origine de la transmission des deux autres nouveaux signalements, tous deux provenant des Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry, n’a toujours pas été identifiée. 

COVID-19: situation toujours stable dans l’Est ontarien

COVID-19

COVID-19: situation toujours stable dans l’Est ontarien

 Le bilan de cas positifs de la COVID-19 demeure stable encore mercredi dans l’Est ontarien, avec 167 cas. 

Le nombre de cas considérés guéris demeure aussi inchangé, avec toujours 151 personnes rétablies. Ainsi, cinq cas demeurent actifs sur le territoire du Bureau de santé de l’est de l’Ontario. Trois de ces cas se trouvent dans les Comtés unis de Prescott et Russell, un seul dans la région de Cornwall et un cas dans les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry. Les deux personnes hospitalisées y sont toujours. 

Le gouvernement de Doug Ford a également annoncé mercredi l’investissement de 1,75 million de dollars sur dix ans pour l’aménagement de plus de lits dans les centres de soins de longue durée dans la province et l’amélioration de lits déjà en place. De l’air conditionné devra aussi obligatoirement être installé dans toute nouvelle construction de maison de soins de longue durée ou dans celles qui effectueront des rénovations. La nouvelle Résidence Prescott-Russell de Hawkesbury, qui devra être terminée d’ici la fin de l’année 2022, ne fera pas exception. Le responsable des communications des Comtés unis de Prescott et Russell, Justin Bromberg, a confirmé que «la nouvelle Résidence Prescott et Russell sera munie d’un système d’air conditionné central». Il ajoute d’ailleurs que la résidence actuelle possède déjà un système de climatisation individuel dans chaque pièce de l’édifice. 

La nouvelle Résidence Prescott-Russell comptera 224 lits au total.

Des citoyens de l’Est ontarien se mobilisent pour aider le refuge Meet the Keepers

Est ontarien

Des citoyens de l’Est ontarien se mobilisent pour aider le refuge Meet the Keepers

Des citoyens de l’Est ontarien ont récolté des centaines de contenants consignés au cours du week-end afin d’amasser des dons pour le refuge pour animaux sauvages Meet the Keepers, à Rockland.

«Pendant la pandémie, le refuge a beaucoup perdu d’occasions d’avoir des dons. Ils ont même fait une publication sur Facebook indiquant qu’ils avaient peur de devoir fermer leurs portes. Quand j’ai vu ça, ça m’a vraiment fait quelque chose», affirme Kristen Provost, l’une des bénévoles impliquées.

Scénarios de la rentrée en Ontario: un vrai casse-tête, dit un enseignant

Éducation

Scénarios de la rentrée en Ontario: un vrai casse-tête, dit un enseignant

Le scénario de la routine écolière modifiée pour la rentrée scolaire ontarienne poserait de sérieux problèmes de logistique aux parents-enseignants, croit un professeur de Rockland.

Le ministre de l’Éducation de l’Ontario, Stephen Lecce, a proposé le 19 juin dernier trois scénarios pour la rentrée scolaire 2020. L’un de ces scénarios, celui de la routine écolière modifiée, consiste entre autres à permettre un maximum de 15 élèves par classe et à établir un horaire en alternance pour ces écoliers. «C’est vraiment celui-là qui pose problème pour nous les enseignants(es)», souligne un professeur de Rockland, qui a accepté d’exprimer son mécontentement sous le couvert de l’anonymat. «Moi qui suis enseignant, je devrais être [à l’école] 100% du temps, mais mes enfants, des élèves, eux devraient être présents 50% du temps. La mathématique ne fonctionne pas.  Qu’est-ce qu’on est supposés faire les journées qu’ils sont à la maison, quand nous on est supposés être à l’école?»

Il ajoute que les enseignants ontariens ayant en moyenne entre 25 et 40 ans ont de grandes chances d’avoir des enfants en bas âge. «On a des jeunes enfants qui ne peuvent pas s’occuper d’eux-mêmes à la maison. Les espaces de garderie, il n’en pleut pas. Je n’ai pas de famille qui peut s’occuper de mes enfants.»

Selon lui, le scénario de la routine modifiée est plausible sur papier, mais la réalité des enseignants n’est pas prise en considération. «Ça n’a pas de sens, ça ne tient pas debout. Sur le plancher des vaches [c’est autre chose].»

Briser l’isolement des aînés dans les Comtés unis de Prescott et Russel

Est ontarien

Briser l’isolement des aînés dans les Comtés unis de Prescott et Russel

Le programme de formation Briser l’isolement offre aux aînés des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) d’apprendre les rudiments des nouvelles technologies pour mieux communiquer avec leurs proches pendant la pandémie de COVID-19. 

Depuis le début de la crise sanitaire, les personnes âgées sont les plus touchées, tant par la maladie que par l’isolement qui l’accompagne. «Notre mandat est d’aider ces gens-là qui en ont besoin à bien utiliser les communications numériques pour pouvoir communiquer avec les membres de leur famille, que ce soit par Zoom, par Microsoft Team, créer une adresse courriel, recevoir des photos», indique Sylvie Leclair, directrice adjointe au centre Moi j’apprends, l’organisme derrière le projet Briser l’isolement. 

Le centre Moi j’apprends offrait déjà depuis plusieurs années des cours et de la formation en français, en mathématiques et en informatique pour permettre aux adultes de l’Est ontarien de développer leurs compétences. «On offrait quand même des cours avant pour les personnes aînées dans nos locaux. C’était déjà là. Par contre, le modèle qu’on propose est vraiment relié à la pandémie pour permettre [aux aînés] d’avoir plus d’habiletés.» 

Pêche gratuite possible jusqu’au 19 juillet à la rivière Nation Sud

Est ontarien

Pêche gratuite possible jusqu’au 19 juillet à la rivière Nation Sud

Pêcher gratuitement le long de la rivière Nation Sud, dans l’Est ontarien, sera encore possible toute la semaine prochaine.

La semaine traditionnelle de la pêche en famille de l’Ontario a été prolongée jusqu’au 19 juillet, cette année, à cause de la COVID-19. 

Les aires de conservation de High Falls à Casselman, de St-Albert, du pont Cass de Winchester, de Jessup’s Falls à Plantagenet et les aires de mise à l’eau de Crysler, d’Embrun, de Chesterville et du Moulin de Spencerville offrent un accès récréatif à la rivière Nation Sud pour la pêche ou la navigation. 

Selon l’organisme la Conservation de la Nation Sud (CNS), «il y a au moins 72 espèces de poissons dans la rivière, dont l’achigan à petite bouche, le brochet, la marigane, le doré jaune, le maskinongé, le poisson-chat et la carpe.»

La CNS rappelle d’ailleurs aux gens de faire preuve de prudence lorsqu’ils s’aventurent sur l’eau et de suivre les meilleures pratiques possible comme le port du gilet de sauvetage et le respect des limites de capture fixées par les permis de conservation. Il est également interdit de pêcher près des barrages et il est recommandé d’informer ses amis et sa famille de l’endroit prévu pour l’expédition de pêche et indiquer une date prévue de retour.

La rivière Nation Sud s’étend sur une distance de 175 km.