La grève avait débuté le 19 octobre.
La grève avait débuté le 19 octobre.

Entente de principe conclue entre l'Université d'Ottawa et son personnel de soutien

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
La grève des 1300 employés de soutien de l'Université d'Ottawa (UdO) aura duré dix jours: une entente de principe a été conclue entre l'employeur et le syndicat tard jeudi soir.

Les deux parties en ont fait l'annonce sur les réseaux sociaux vers minuit. La conclusion d'une entente survient 24 heures après la reprise des négociations en compagnie d'un médiateur privé. Le recteur de l'établissement, Jacques Frémont, avait annoncé mardi lors d'une réunion du Bureau des gouverneurs qu'il était prêt à ce que les pourparlers reprennent, chose qui a été faite le lendemain.

Le personnel qui faisait du piquetage depuis le 19 octobre est donc de retour au travail vendredi «selon son horaire et sa routine habituels» et le débrayage est suspendu en attendant la ratification d'une entente. Un vote aura lieu ultérieurement.

À LIRE AUSSI: Conflit à l'UdO: les grévistes tapent du pied

«Les membres ont fait preuve d’une solidarité et d’une force énormes tout au long d’une ronde de négociation qui s’est avérée longue et difficile. Leur soutien à l’égard de l’équipe de négociation nous a permis d’arriver à une entente que nous pouvons recommander pour la ratification. Il s’agit d’un action syndicale historique dans une période sans précédent, démontrant une immense détermination face à un milieu de négociation très difficile. Cette entente permet aux membres de reprendre le travail essentiel qu’ils font à l’appui des étudiantes, des étudiants et des professeurs à l’université», a indiqué la présidente du syndicat, Marcelle Desmornes.

Les détails de l'entente demeurent confidentiels pour l'instant, précise-t-on.

L'abolition de postes et les coupures de certains avantages sociaux, dont le régime d'assurance santé dont on souhaitait faire passer la couverture de 100% à 80%, étaient les principaux éléments qui achoppaient entre les parties. 

Le PSUO-SSUO représente une centaine de corps d'emploi différents, dont des adjoints administratifs, des conseillers à l'aide financière, des agents d'information et des traducteurs-réviseurs.

Sans contrat de travail depuis le printemps 2019, les syndiqués avaient rejeté la dernière offre dans une proportion de 80%.