Paquette Textiles fête son 50e anniversaire cette année.
Paquette Textiles fête son 50e anniversaire cette année.

Engouement majeur pour la conception de masques en Outaouais

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
La pandémie de coronavirus provoque un fort engouement pour la fabrication de masques. Des entreprises comme Paquette Textiles, à Gatineau, bénéficient grandement de cette ruée vers le tissu.

L’entreprise qui fête son 50e anniversaire cette année, conjugue présentement avec un achalandage monstre depuis sa réouverture, il y a deux semaines.

« Le 3/4 de mes clients font des masques. Je dirais que l’engouement pour la couture est à cause des masques », explique la propriétaire de Paquette Textiles, Marie-Chantal Giguère, en entrevue avec Le Droit.

Mme Giguère affirme qu’elle sert quotidiennement deux à trois fois plus de clients qu’à l’habitude. 

« Il faut que je limite le nombre de clients qui entre pour respecter les consignes du gouvernement. Il y a des gens qui font la ligne à l’ouverture du magasin à 9 h pour acheter du matériel pour faire des masques. C’est comme ça depuis qu’on a rouvert il y a deux semaines. J’ai même dû couper une journée. On est fermé le lundi maintenant pour nous donner une chance de récupérer et de faire d’autres tâches que je dois faire parce que je n’ai plus le temps. »

Même si elle ne manque pas d’inventaire pour le moment, Mme Giguère s’inquiète que la forte demande crée une pénurie chez les producteurs de tissu.

« Il y a certaines couleurs qui sont difficiles à avoir, surtout les couleurs foncées qui sont les plus populaires. Les élastiques aussi sont vraiment en demande dernièrement. L’inventaire de certains fournisseurs est presque vide. Leurs produits viennent d’ailleurs. Ils viennent d’Asie, en Turquie et un peu partout à travers le monde. La reprise économique est lente aussi dans ces pays-là, donc ça pourrait prendre plusieurs mois avant que les fournisseurs puissent refaire le plein. Plusieurs fournisseurs me disent qu’il va y avoir des arrivages seulement en juillet, d’autres disent septembre. »

La propriétaire de Paquette Textiles, Marie-Chantal Giguère

Durant les premiers mois de la pandémie, l’entreprise gatinoise a dû se tourner vers la vente en ligne pour poursuivre ses activités et s’adapter à la nouvelle demande causée par l’engouement entourant la conception de masques.

« C’est sur que je n’ai pas fait mon mois. J’ai des bons clients réguliers qui continuaient à acheter. Je commençais à avoir des demandes parce que les gens faisaient des masques. L’Hôpital Montfort m’a aussi contacté pour avoir des élastiques pour les visières. Donc je me suis rendu compte qu’il y avait une demande pour ça. C’est sur que site web n’est pas monté pour ça, mais je me suis débrouillée. Mon but n’était pas nécessairement de faire de gros profits, mais plutôt d’aider mes fidèles clients. »

La pandémie aura d’ailleurs permi à Paquette Textiles d’étendre sa clientèle jusqu’en Ontario.

« Il y a des Ontariens qui ont réussi à passer la frontière, parce que leurs magasins de textiles à eux sont fermés. Il y en a même une qui a dit aux policiers qu’elle venait chez Paquette Textiles pour venir chercher du tissu pour faire des masques et ils l’ont laissé passer », conclut Mme Giguère en riant.