Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des pompiers s'entraînent  à effectuer des sauvetages en eaux glacées.
Des pompiers s'entraînent  à effectuer des sauvetages en eaux glacées.

Encore trop tôt pour s’aventurer sur les cours d’eau de la région [VIDÉO]

Le Droit
Article réservé aux abonnés
Plusieurs vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux le week-end dernier montrant des patineurs s’élancer sur les cours d’eau gelés de la région. Pourtant, il est encore trop tôt pour s’y aventurer, préviennent les autorités.

Le chef de division intervention au Service de sécurité incendie de Gatineau, Scott Killeen, admet avoir été inquiet en voyant circuler des photos de gens qui patinaient sur la rivière de l’Outaouais, notamment. «J’ai l’impression que le monde ne sait pas à quel point ça peut être dangereux. C’est sûr que c’est très beau comme image, on a tous un côté enfant en nous qui veut s’aventurer, mais ce n’est pas moi qui y serais allé, je vous l’assure.»

Selon lui, le danger principal de s’aventurer sur un cours d’eau gelé lors de températures douces est que la glace cède sous le poids de l’individu. «En début de saison, la glace est imprévisible parce qu’elle est en train de se former. On prend souvent en considération l’épaisseur de la glace, mais il y a aussi la qualité de la glace, la façon dont elle gèle.»

Plusieurs facteurs influencent la qualité et l’épaisseur de la glace, notamment les changements de température et le type de cours d’eau. Au parc Jacques-Cartier, où se tenait cet après-midi un entraînement de sauvetage nautique, le courant de la rivière des Outaouais empêche la formation de glace.

«Ici, le milieu n’est pas gelé à cause du courant. Une rivière est très changeante. Les niveaux de rivières varient beaucoup selon la pluie, la fonte des neiges, parfois l‘ouverture ou la fermeture des vannes des barrages. Ça vient aussi affecter la glace», poursuit M. Killeen.

Ce dernier invite la population à prioriser les patinoires extérieures, notamment celles du ruisseau de la Brasserie et du parc du Lac-Beauchamp.

En 2019, le Service de sécurité incendie de la Ville de Gatineau a effectué dix sauvetages nautiques sur glace.

Dès l’automne, des équipes formées de quatre pompiers provenant de l’une des quatre casernes nautiques du territoire de Gatineau se soumettent à un entraînement rigoureux. L’exercice débute en caserne où théories et mouvements sont revus. Aussitôt que les températures permettent la formation d’une fine couche de glace, ils enfilent leur équipement pour appliquer les manœuvres à l’extérieur avec l’aide d’un mannequin.

En 2019, le Service de sécurité incendie de la Ville de Gatineau a effectué dix sauvetages nautiques sur glace.