Ryan Pourjam, âgé de 13 ans et fils Mansour Pourjam mort dans l’écrasement du vol PS752, a pris la parole lors d’une cérémonie en l’honneur des victimes de cet écrasement la semaine dernière. Plusieurs universités canadiennes tenaient ce genre de cérémonie. M. Pourjam était un ancien de l’Université Carleton. Un étudiant de l’institution, Fareed Arasteh, a aussi péri dans ce crash.
Ryan Pourjam, âgé de 13 ans et fils Mansour Pourjam mort dans l’écrasement du vol PS752, a pris la parole lors d’une cérémonie en l’honneur des victimes de cet écrasement la semaine dernière. Plusieurs universités canadiennes tenaient ce genre de cérémonie. M. Pourjam était un ancien de l’Université Carleton. Un étudiant de l’institution, Fareed Arasteh, a aussi péri dans ce crash.

Émotions à l’Université Carleton

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
L’Université Carleton, à Ottawa, a tenu une cérémonie commémorative en l’honneur des étudiants qui sont tragiquement décédés dans l’écrasement d’avion à Téhéran, en Iran, la semaine dernière.

La cérémonie a eu lieu à l’édifice Tory du campus de l’université. Les citoyens étaient d’ailleurs invités à signer un livre de condoléances.

Un étudiant au doctorat en biologie, Fareed Arasteh, a péri dans l’écrasement. Il s’était rendu en Iran pour épouser sa femme durant les vacances scolaires. Le mariage a eu lieu quelques jours avant la tragédie.

Un technicien prothésiste, ancien étudiant de Carleton, a aussi perdu la vie dans l’écrasement.

Par ailleurs, « pratiquement tous les campus » universités canadiennes ont observé une minute de silence simultanément, à 13h, afin d’honorer la mémoire des 57 victimes canadiennes de l’écrasement de l’avion d’Ukraine International Airlines. Plusieurs dizaines de passagers de l’avion étaient étudiants dans des universités canadiennes.

« La perte pour notre communauté est profonde : la perte de potentiel, des esprits vraiment brillants et des personnes engagées qui menaient des recherches dans des champs d’intérêt divers, qui provenaient de tous les domaines. C’est une perte considérable », a indiqué le président et chef de la direction de l’association Universités Canada, Paul Davidson

Rappelons que le vol PS752 aurait été abattu accidentellement par deux missiles iraniens peu après son décollage le 8 janvier dernier, à Téhéran, entraînant la mort de 176 passagers.

Le Centre sur les politiques scientifiques canadiennes a d’ailleurs invité les institutions postsecondaires canadiennes à participer à la création d’une bourse d’études en l’honneur des étudiants canadiens qui se trouvaient à bord de l’avion. L’Université de Toronto en a fait l’annonce mercredi.

Avec La Presse canadienne