La chef libérale, Kathleen Wynne, demeure combative malgré le fait qu’elle ait publiquement admis sa défaite samedi.

Wynne continue de se battre

TORONTO — La chef du Parti libéral de l’Ontario Kathleen Wynne s’est montrée combative, dimanche, pour tenter de sauver les acquis de son parti à quelques jours des élections du 7 juin.

La première ministre sortante a admis samedi que les libéraux ne formeraient pas le gouvernement après le scrutin de jeudi prochain, mais elle a appelé les électeurs à au moins élire quelques députés de son parti pour qu’ils détiennent la balance du pouvoir.

Mme Wynne a mis en garde les électeurs sur l’éventualité d’un gouvernement majoritaire conservateur ou néo-démocrate.

Dimanche matin, les libéraux avaient déjà changé leur slogan pour « Votez libéral », au lieu de « Compassion et non-compressions ».

Kathleen Wynne a dit qu’il était important d’élire le plus de libéraux possible pour éviter la formation d’un gouvernement majoritaire.

« Je sais qu’il y a des gens qui n’ont pas encore décidé pour qui ils voteront le 7 juin. Ils s’inquiètent d’un gouvernement majoritaire dirigé par (le progressiste-conservateur) Doug Ford, a-t-elle lancé. Ils s’inquiètent d’un gouvernement majoritaire dirigé par les néo-démocrates. Ils veulent savoir ce que signifie un vote pour les libéraux. Voici ce que je réponds : Oui, il semble que je ne serai pas la première ministre. Il semble qu’on n’aura pas un gouvernement libéral. Vous faites mieux de croire qu’un plus grand nombre de libéraux à Queen’s Park aidera à repousser les politiques extrémistes de Doug Ford ou des néo-démocrates. C’est important. »

La chef du NPD, Andrea Horwath a déclaré qu’elle n’acceptera pas l’aide des libéraux pour former un gouvernement néo-démocrate.

« La population a rejeté Kathleen Wynne et les libéraux, a-t-elle dit. C’est évident. Même Kathleen Wynne n’appuie pas Kathleen Wynne, selon les apparences ».

L’objectif des libéraux est de maintenir le statut de parti officiel à l’Assemblée législative. Pour y parvenir, ils devront faire élire au moins huit d’entre eux. Une source libérale a indiqué à La Presse canadienne que le parti avait des chances de victoire dans une dizaine de circonscriptions. Celui de Mme Wynne ne figure pas dans cette liste.

De son côté, Doug Ford menait campagne à Kingston où il s’en est pris au NPD.

Selon lui, un gouvernement néo-démocrate plongerait plus profondément l’Ontario dans les dettes. Interrogé sur son plan pour réduire cette dette de plus de 300 milliards $, il a promis de réaliser des économies de quatre pour cent dans le budget provincial.

Il a ajouté qu’un gouvernement conservateur accepterait un déficit pendant les deux ou trois premières années. M. Ford n’a pas précisé l’importance de ces déficits, les moyens pour rétablir l’équilibre budgétaire ou commencer à rembourser la dette.

« Nous engagerons une firme de vérification extérieure pour réviser chaque ligne budgétaire afin d’améliorer l’efficacité des dépenses », a-t-il dit.

Campagne locale
La concession de la défaite des siens par Kathleen Wynne aux élections ontariennes de jeudi ne change en rien la stratégie de campagne électorale de la candidate libérale dans Orléans, Marie-France Lalonde.

« Pour moi, le message est de regarder nos accomplissements ici au niveau local, au niveau de la communauté d’Orléans, depuis les quatre dernières années. La voix de Marie-France Lalonde est forte, et je veux continuer d’être une voix forte pour les représenter à Queen’s Park », a expliqué la ministre sortante de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, ainsi que des Affaires francophones.

Mme Lalonde, qui a été surprise par l’annonce de Mme Wynne, a dit ne pas penser que M. Ford comprend la francophonie ontarienne et celle d’Orléans.

« Je veux être garante de la francophonie, a lancé Mme Lalonde. Je veux continuer de travailler avec la communauté non seulement à Orléans, mais aussi à Queen’s Park. C’est pour ça que je veux y retourner pour nous assurer que les dossiers de la francophonie ne se perdent pas ».

Du côté du candidat libéral Yasir Naqvi dans Ottawa-Centre, la campagne électorale se poursuit comme si de rien n’était. Un porte-parole de M. Naqvi, procureur général sortant, a indiqué que le porte-à-porte continue, et que son implication dans la communauté se poursuit.

Avec Le Droit