Ottawa-Vanier: rouge depuis 50 ans

Reconnue comme un bastion libéral, la circonscription d’Ottawa-Vanier se couvre de rouge élection après élection depuis près d’un demi-siècle. Alors que les sondages laissent entrevoir une chaude lutte sur la scène provinciale, qu’adviendra-t-il de la tendance observée dans ce comté ?

La réponse viendra le soir de l’élection du 7 juin, mais chose certaine, il y a un consensus parmi les candidats des différents partis : les enjeux sont multiples dans ce secteur où réside une large proportion de francophones. 

Alors que l’épineux dossier du déménagement du refuge de l’Armée du Salut sur le chemin de Montréal soulève les passions depuis quelques mois, les prétendants au poste de député s’entendent pour dire que le logement social doit faire partie des grandes priorités. 

Selon Nathalie Des Rosiers, députée libérale sortante élue lors de l’élection partielle de décembre 2016, il est clair qu’il reste bien du chemin à faire, même si elle considère que le visage de Vanier, « où il est agréable de vivre et travailler », dit-elle, a bien changé. 

« Il faut bien répondre au fait qu’on a des listes d’attente pour aller en logement subventionné. Il y a beaucoup d’innovations qui doivent être mises de l’avant. Ça nous prend des investissements dans les coopératives, mais aussi à la Ville avec des logements mixtes et pour les logements avec services, pour les gens sans-abri », dit-elle. 

Nathalie Des Rosiers, candidate pour le Parti libéral

La première candidate transgenre aux élections provinciales, la néo-démocrate Lyra Evans, estime de son côté que l’on doit absolument privilégier l’approche Logement d’abord (qui consiste à trouver rapidement un logis dans une habitation privée pour les personnes en situation d’itinérance ou à risque de l’être), précisant que la relocalisation du refuge de l’Armée du Salut est une erreur.

« Il faut offrir des solutions à long terme pour cette problématique. Et ce n’est pas ce qu’on fait en éloignant les itinérants des services qui leur sont offerts au centre-ville et au marché By. Entre marcher 10 ou 45 minutes, ça fait toute une différence pour eux, pour se reprendre en main. Je le sais, j’ai déjà été itinérante moi-même » affirme-t-elle.

Lyra Evans, candidate pour le NPD

Leur rival progressiste-conservateur Fadi Nemr soutient que le fléau de l’itinérance et l’accès à des logements à prix modique revient régulièrement sur les lèvres des électeurs lorsqu’il fait son porte-à-porte, mais dans un contexte où plusieurs jeunes familles habitent dans le comté, il soutient que la criminalité est un aspect qui le préoccupe aussi beaucoup. 

« Je veux travailler avec la police pour qu’il y ait plus de prévention, plus de patrouille dans les quartiers affectés. Ce sont des choses que personne ne veut voir arriver dans son voisinage », affirme l’homme d’affaires.

Fedi Nemr, candidat pour le Parti progressiste-conservateur

Les candidats se disent très sensibles au fait français, y compris Mme Evans, qui ne maîtrise pas la langue de Molière mais s’engage à suivre des cours et l’apprendre avant la fin de son mandat si elle est élue. 

« Je sais que ça peut jouer en ma défaveur en ce moment. En même temps, je veux que les citoyens puissent s’adresser à leur député dans leur propre langue », dit-elle.

La candidate du NPD estime qu’il est grand temps de réformer la Loi sur les services en français, un engagement aussi mis de l’avant par les libéraux. 

« Une francophonie forte, c’est un Ontario fort. Ça nous prend de bonnes institutions francophones, c’est ce que j’ai fait toute ma vie », soutient Mme Des Rosiers. 

Se disant très attaché à l’Hôpital Montfort, « là où la vie de son frère a été sauvée », dit-il, Fadi Nemr affirme que les décisions de l’ancien gouvernement progressiste-conservateur appartiennent clairement au passé et que la francophonie fait partie prenante de la communauté. Lui qui a appris le français lors de ses études il y a plusieurs années, il compte 

« Je ne suis pas gêné de dire que je n’ai pas pratiqué depuis un bout de temps. Sauf que mon français est pas si mal. Je suis des cours, je veux représenter tout le monde », indique le restaurateur. 

Par ailleurs, notons que le vote par anticipation commence samedi et se poursuit jusqu’au 30 mai. 

Les électeurs peuvent visiter le site d’Élections Ontario (www.elections.on.ca) pour consulter la liste des bureaux de vote et les heures d’ouverture dans leur circonscription.

OTTAWA-VANIER EN CHIFFRES

Population

111 510 

Nombre d’électeurs inscrits en 2014

81 412

Superficie

45 km2

Résultats de la dernière élection (partielle en 2016)

LIB : 49 %

PC : 30 %

NPD : 15 %

Taux de participation : 37 %

À noter : les libéraux y sont en place depuis 1971 (le comté s’appelait Ottawa-Est jusqu’en 1999)

Autres candidats en lice

  • Keegan Bennett (Aucune de ces Réponses Démocratie Directe Parti)
  • Ken Lewis (Parti Libertarien)
  • David McGruer (Parti de la Liberté)
  • Sheilagh McLean (Parti Vert de l’Ontario)