Les candidats dans Ottawa-Centre: le néo-démocrate Joel Harden, la progressiste-conservatrice Colleen McCleery et le libéral Yasir Naqvi.

Ottawa-Centre: de multiples enjeux sur la table

Dans la circonscription d’Ottawa-Centre, un secteur économiquement fort diversifié qui comprend entre autres le centre-ville de la capitale fédérale ou encore les quartiers Centretown et Glebe, les enjeux ne manquent pas. Le transport, qu’il soit actif ou collectif, est au nombre d’entre eux.

Dans la circonscription d’Ottawa-Centre, un secteur économiquement fort diversifié qui comprend entre autres le centre-ville de la capitale fédérale ou encore les quartiers Centretown et Glebe, les enjeux ne manquent pas. Le transport, qu’il soit actif ou collectif, est au nombre d’entre eux. 

Sur l’échiquier politique, les libéraux y règnent depuis le milieu des années 90, mais rien n’y est acquis, puisque les néo-démocrates ont remporté le siège à six reprises durant le dernier demi-siècle. Depuis la création du comté, jamais les progressistes-conservateurs n’ont réussi à y faire une percée. Ce scrutin-ci, avec les sondages qui placent le NPD et le PC quasi à égalité en tête à l’échelle provinciale, assistera-t-on à une lutte à trois dans cette circonscription ? La réponse viendra assurément le soir du 7 juin. 

Le député libéral sortant, Yasir Naqvi, affirme d’emblée que la construction de nouvelles écoles de langue française est l’un des dossiers sur lesquels il souhaite se pencher s’il est réélu. À l’heure actuelle, on compte trois institutions scolaires francophones dans Ottawa-Centre. Une école élémentaire publique doit ouvrir ses portes en 2021 dans le village Gladstone. 

« On a besoin de plus d’écoles francophones, il y a une grande demande à cet effet dans mon comté et je veux m’impliquer dans ce processus. Les parents doivent pouvoir avoir le choix, mais la meilleure façon de leur offrir, c’est que les écoles soient là », mentionne le candidat. 

La construction du nouveau campus Civic de l’Hôpital d’Ottawa et la revitalisation du pont Prince-de-Galles afin qu’à long terme le train léger puisse traverser à Gatineau, un projet à son avis « faisable » si les cinq paliers de gouvernement impliqués travaillent main dans la main, sont parmi ses autres priorités. 

L’organisateur communautaire Joel Harden, qui tente de ramener le comté dans le giron néo-démocrate, fait quant à lui de l’instauration d’une assurance dentaire publique pour tous les Ontariens et de la création d’un système de garderies qui fixerait un coût quotidien moyen de 12 $ par enfant, ses principales priorités. 

Il s’agit de deux engagements tirés de la plateforme provinciale du parti. 

« C’est un aspect très important pour moi. Il faut s’inspirer du Québec et offrir des tarifs abordables. C’est incroyable pour moi de penser que les parents d’Ottawa paient en moyenne 1000 $ par mois, alors qu’on parle de 170 $ en Outaouais. Une seule rivière nous sépare, mais la différence est énorme », lance-t-il. 

Se décrivant comme un défenseur du transport actif, M. Harden soutient aussi qu’il souhaiterait injecter davantage d’argent pour le cyclisme et le transport en commun. D’ailleurs, il est d’avis que le financement accordé pour l’élargissement de l’autoroute 417 entre l’avenue Maitland et la promenade Island Park aurait dû servir à d’autres projets, affirmant que ce n’était pas « une bonne décision pour nos enfants et leur avenir ». 

La candidate progressiste-conservatrice Colleen McCleery soutient quant à elle que ses priorités pour la circonscription rejoignent celles énumérées par le chef Doug Ford pour l’ensemble de la province. 

« On doit remettre l’économie sur les rails, ouvrir plus d’hôpitaux et embaucher davantage de médecins [...] Il faut aussi investir en santé mentale, c’est trop facile d’aider les gens uniquement avec les problèmes physiques », a-t-elle clamé en entrevue.

Francophonie

Mme McCleery, une anglophone originaire de Montréal qui a déjà travaillé à Paris, affirme qu’elle est en mesure de tenir une conversation dans la langue de Molière, même si elle ne cache pas que certains mots sont plus difficiles à apprendre. Elle se dit en accord avec le bilinguisme officiel de la capitale nationale et affirme que la dualité linguistique constitue une « richesse ». 

Joel Harden, qui a grandi dans l’Est ontarien et s’exprime en français, accorde lui aussi une grande importance à la francophonie, soutenant que l’un de ses engagements sera d’enrayer les difficultés d’accès à certains services en français auxquelles sont confrontés les Franco-Ontariens à travers la province. 

Yasir Naqvi estime pour sa part que le français est « très important pour la prospérité d’Ottawa ». L’élu sortant dit suivre des cours chaque semaine pour apprendre la langue et indique que son fils de six ans fréquente une école française de la circonscription.

OTTAWA-CENTRE EN CHIFFRES

Population : 118 040

Nombre d’électeurs inscrits en 2014 : 94 777

Superficie : 37 km2

Résultats de la dernière élection :
LIB : 52 % / NPD: 20 % / PC : 18 %

Taux de participation : 57%

À noter : Les libéraux détiennent le comté sans interruption depuis 23 ans mais le NPD y a dominé de 1971 à 1995, mis à part un intermède libéral de trois ans. 


AUTRES CANDIDATS EN LICE

  • Marc Adornato (Aucune de ces réponses Démocratie Directe Parti)
  • Bruce A Faulkner (Libertarien)
  • Stuart Ryan (Communiste)
  • James Sears (PCCC)
  • Cherie Wong (Parti Vert de l’Ontario)