Les chefs des principaux partis en Ontario ont tenté, mercredi, d’attirer les électeurs indécis dans leurs rangs, en cette ultime journée de campagne.

Les chefs lancent leurs derniers dés

TORONTO — Les chefs des principaux partis en Ontario ont tenté, mercredi, d’attirer les électeurs indécis dans leurs rangs, en cette ultime journée de campagne.

Ils ont prévenu les électeurs des risques économiques de voter pour leurs rivaux, tout en faisant valoir les avantages fiscaux et sociaux d’un vote pour leur formation politique.

Reprenant la rhétorique principale de sa campagne, la chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Andrea Horwath, a présenté l’enjeu du scrutin de jeudi comme un choix « évident » entre son plan positif pour aider les familles à se bâtir une vie meilleure, et les propositions de réduction des coûts de Doug Ford et de ses progressistes-conservateurs.

Faisant campagne dans l’est de Toronto, où le NPD espère s’emparer de quelques sièges, Mme Horwath a déclaré que le plan de Doug Ford ferait en sorte d’»enrichir encore plus les riches, de couper dans les services publics et de rendre la vie des familles encore plus difficile ».

Tout en prêchant pour son propre parti, M. Ford a fait écho à ce message de Mme Horwath selon lequel les électeurs ont des options claires devant eux jeudi. En campagne à Burlington, M. Ford a déclaré que les électeurs allaient « voter soit pour un NPD qui détruira notre économie, soit pour un gouvernement conservateur qui créera de la prospérité dans cette province ».

Les plus récents sondages laissent croire que Mme Horwath et M. Ford sont au coude à coude, bien que la distribution des votes pourrait favoriser les progressistes-conservateurs en termes de sièges. Les libéraux, au pouvoir depuis 2003, traînent loin derrière, selon les sondages.

La chef libérale, Kathleen Wynne, qui a déjà reconnu que sa formation politique ne formerait pas le prochain gouvernement, a appelé les électeurs à éviter au moins d’accorder une majorité à Mme Horwath ou à M. Ford, en élisant certains députés du Parti libéral.

Mme Wynne a lancé mercredi ses dernières salves contre les néo-démocrates, les présentant comme des idéologues de gauche rigides, et contre les progressistes-conservateurs, pour avoir l’idée fixe de couper dans les services tout en refusant de présenter un cadre financier à leur plateforme électorale.

Ce flou du chef conservateur « a eu une influence perturbatrice » sur la campagne, a soutenu Mme Wynne mercredi. « Les gens en sont encore à faire leur choix. »

Les bureaux de scrutin seront ouverts jeudi de 9 h à 21 h.

Les promesses des trois grands partis en Ontario :


NÉO-DÉMOCRATES

Augmenter les impôts des sociétés et des citoyens les plus riches

Andrea Horwath, chef du parti, s’est engagée à augmenter d’un point de pourcentage le taux d’imposition des Ontariens gagnant plus de 220 000 $, et de deux points celui des contribuables qui gagnent plus de 300 000 $. Le taux d’imposition des sociétés passerait de 11,5 à 13 pour cent.

Offrir une assurance médicaments et dentaire pour tous

Un gouvernement néo-démocrate consacrerait au moins 475 millions $ par année pour créer un régime universel d’assurance médicaments. Il exigerait également des employeurs qu’ils fournissent aux travailleurs et à leur famille une «couverture minimale» d’assurance dentaire, financée par l’employeur et l’employé.

Alléger le fardeau financier des étudiants

Le NPD annulerait l’intérêt sur les prêts étudiants pour ceux qui n’ont pas encore remboursé leur dette. Les étudiants qui ont encore des prêts en cours et qui ont déjà payé une partie de leurs intérêts seraient remboursés rétroactivement. À l’avenir, toute l’aide provinciale aux étudiants prendrait la forme de subventions non remboursables plutôt que de prêts: les étudiants de niveau postsecondaire ne devraient plus d’argent au gouvernement.

Augmenter la capacité des hôpitaux et des soins de longue durée

Mme Horwath promet d’ajouter 2000 lits dans les hôpitaux, pour un coût de plus de 1,3 milliard $ sur quatre ans. Un gouvernement néo-démocrate augmenterait le financement global des hôpitaux de plus de 1 milliard $ au cours de chacune des quatre prochaines années, et créerait 15 000 nouveaux lits de soins de longue durée d’ici cinq ans, pour un coût total de plus de 2 milliards $. Le NPD vise la création de 40 000 nouveaux lits d’ici 2028.

Rendre Hydro One à nouveau publique

Un gouvernement Horwath rachèterait les actions d’Hydro One qui ont été vendues en 2015, et reverrait tout le système pour réduire de 30 pour cent la facture d’électricité des ménages. Le NPD a également promis d’éliminer les tarifs d’électricité modulés selon la période de la journée, de s’assurer que les Ontariens paient les mêmes coûts de livraison d’électricité peu importe où ils habitent, et de doubler les prestations du Programme de soutien à l’électricité de l’Ontario pour les familles à faible revenu. Coût: 50 millions $ au cours du premier exercice d’un gouvernement néo-démocrate.


PROGRESSISTES-CONSERVATEURS

Réduire les impôts

Doug Ford s’engage à retirer l’Ontario de la «bourse du carbone», à réduire le prix de l’essence de 10 cents le litre, à éliminer l’impôt pour les Ontariens qui gagnent le salaire minimum, et à réduire de 20 pour cent l’impôt des particuliers qui gagnent entre 42 960 $ et 85 923 $. Ces réductions d’impôt coûteraient au gouvernement près de 2,3 milliards $ par année, tandis que la baisse des prix de l’essence coûterait 1,19 milliard $ par an. M. Ford n’a pas précisé comment il pourrait compenser ces pertes de recettes fiscales: il soutient qu’il trouverait des «gains d’efficacité» dans la machine gouvernementale.

Réduire les coûts d’électricité

M. Ford baisserait les factures d’électricité de 12 pour cent et limogerait Mayo Schmidt, le patron d’Hydro One, qui a touché 6,2 millions $ en 2017. Ce congédiement ne serait pas bon marché: M. Schmidt devrait recevoir une indemnité de licenciement d’au moins 10,7 millions $, selon le rapport annuel de la société.

Améliorer les transports collectifs

M. Ford promet d’investir 5 milliards $ pour l’entretien et l’agrandissement du métro de Toronto. Il étendrait aussi la desserte des trains de banlieue «Go Transit» jusqu’à Bowmanville et Kitchener, compléterait l’expansion de «GO» vers Niagara, et appuierait le transport régional à Ottawa, Hamilton, Kitchener, Waterloo, London, Mississauga et Brampton.

Créer des emplois

Les conservateurs s’engagent à réduire le taux d’imposition des sociétés, qui passerait de 11,5 à 10,5 pour cent, «afin que plus d’employeurs puissent investir, croître et créer des emplois en Ontario». La mesure coûterait 1,3 milliard $ par année au gouvernement à compter de la deuxième année de son mandat.

Augmenter les soins de longue durée et de santé mentale

M. Ford promet de créer 15 000 nouveaux lits de soins de longue durée au cours des cinq prochaines années, et 30 000 au cours des 10 prochaines années. Les conservateurs affirment que cela coûtera au gouvernement 62 000 $ par lit par année, une fois que chaque lit sera utilisé.


LIBÉRAUX

Améliorer l’assurance médicaments pour les enfants, les jeunes et les aînés

Les libéraux de Kathleen Wynne promettent de rendre les médicaments essentiels gratuits pour les personnes de 65 ans et plus, à compter de 2019, et d’éliminer les franchises et le ticket modérateur pour les médicaments destinés aux personnes âgées - estimés à 250 $ par année en moyenne. Ces réformes à l’assurance-maladie de l’Ontario coûteraient au gouvernement 575 millions $ par année d’ici l’exercice 2020-2021. Les libéraux mettraient aussi en place un programme de médicaments et de soins dentaires pour rembourser jusqu’à 80 pour cent des coûts aux Ontariens qui ne sont pas couverts par un régime privé complémentaire.

Rendre l’éducation postsecondaire plus abordable

Les libéraux poursuivraient la révision du Programme ontarien d’aide aux étudiants en réduisant la contribution des parents aux études postsecondaires de leurs enfants, une mesure qui coûterait 1,2 milliard $ sur trois ans. Ils poursuivraient également l’initiative qui rend le matériel d’apprentissage disponible gratuitement en ligne, dotée d’un budget de 1 million $.

Santé mentale et lutte contre les dépendances

Les libéraux ont promis d’investir 1,2 milliard $ sur trois ans dans les soins de santé mentale et la lutte contre la toxicomanie, réduisant les temps d’attente pour les enfants et les jeunes, créant une ligne téléphonique d’urgence ouverte 24 heures par jour, recrutant 400 nouveaux travailleurs dans les écoles secondaires, et ajoutant 100 lits dans la province pour les personnes qui nécessitent des soins aigus en santé mentale ou en traitement de la toxicomanie.

Baisses de tarifs des transports collectifs

Les libéraux ont promis de réduire les tarifs pour les voyageurs qui font la navette entre le réseau de transport de Toronto et les réseaux de transport de Mississauga, York, Brampton et Durham, une économie de 720 $ par année pour ces voyageurs. Ils promettent aussi un tarif de base de 3 $ pour tous les déplacements dans le réseau «Go Transit» de moins de 10 km ou à Toronto même.

Services de garde gratuits

Les libéraux ont promis d’investir 2,2 milliards $ sur trois ans pour améliorer l’accès à des services de garde abordables. Ils offriraient des services de garde gratuits dès l’âge de deux ans et demi et qui se termineraient à l’âge de la maternelle, ce qui permettrait aux familles d’économiser en moyenne 17 000 $ par enfant par année. Un gouvernement libéral créerait 100 000 nouvelles places en cinq ans dans des garderies agréées, et ouvrirait 4500 nouvelles places pour des services de garde dans les communautés autochtones.