Marie-France Lalonde a réussi à sauver les meubles pour les libéraux dans Orléans.

Lalonde sauve les meubles dans Orléans

La députée et ministre sortante Marie-France Lalonde a réussi à sauver les meubles pour les libéraux dans Orléans, la bataille dans ce comté « baromètre » ayant été moins serrée qu’anticipée par plusieurs depuis le départ.

La politicienne de 47 ans, réélue pour un second mandat, l’a emporté en décrochant 39 % des voix, alors que son plus proche adversaire, le progressiste-conservateur Cameron Montgomery, a obtenu la faveur de 35 % des électeurs.

La circonscription demeure donc entre les mains des rouges, poursuivant ainsi la tradition qui s’est amorcée en 2003.

Au troisième rang, la candidate du NPD Barbara Zarboni a quant à elle dû se contenter de 22 % des suffrages. Il s’agit d’une hausse de dix points de pourcentage pour le parti comparativement à la dernière élection générale.

Les applaudissements ont fusé de partout parmi les quelque 150 de militants réunis dans la salle du Mouvement d’implication francophone d’Orléans lorsque la victoire de Mme Lalonde a été officialisée peu après 22 h. Trente longues minutes plus tard, lorsque la principale intéressée a fait son entrée avec son époux et sa fille, les gens scandaient « Marie-France, Marie-France », trompettes à la main.

« Ce soir, Orléans demeure rouge », s’est écriée la gagnante lorsqu’elle est montée sur scène, visiblement émotive, avant d’ajouter que la campagne des 28 derniers jours n’avait pas été facile mais qu’il fallait continuer « à se battre ».

Remerciant son équipe et les bénévoles, elle s’est dite honorée que la population lui ait renouvelé sa confiance pour quatre autres années.

« Orléans me passionne, j’y vis depuis presque 20 ans, et je vais me battre à Queen’s Park pour que le Carrefour santé d’Orléans devienne réalité. Je vais me retrousser les manches pour travailler sur nos infrastructures et nos services de santé en français. Le train léger va aussi se rendre jusqu’au chemin Trim. Je serai derrière vous pour vous défendre et vous écouter », a indiqué la députée.

Questionnée à savoir s’il s’agissait d’une victoire aigre-douce étant donné qu’elle ira s’asseoir sur les bancs de la deuxième opposition et que son parti a subi une écrasante défaite, l’élue s’est contentée de dire que « la démocratie a parlé au sein de la province ».

Élue pour la première fois en 2014, Mme Lalonde l’avait emporté en récoltant 54 % des voix, devançant alors son plus proche rival par plus de 20 points de pourcentage dans ce comté composé de 35 % de francophones.

Elle avait été promue ministre déléguée aux Affaires francophones en juin 2016, à la suite de la démission de Madeleine Meilleur. La création d’un ministère à part entière a été annoncée un an plus tard. À l’issue d’un remaniement ministériel à l’hiver 2017, elle avait aussi été nommée ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels.

La victoire de Mme Lalonde jumelée au triomphe des troupes de Doug Ford signifie donc qu’Orléans ne pourra plus être considéré comme un « comté baromètre » puisque par le passé, le comté était toujours remporté par un député du parti ayant remporté les élections provinciales.