La députée d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers

Des Rosiers résiste dans la défaite des libéraux

Les électeurs d’Ottawa-Vanier ont opté pour la continuité en réélisant la députée libérale Nathalie Des Rosiers. La circonscription se teinte de rouge depuis 1971.

Un peu moins d’une heure après la fermeture des bureaux de vote, la libérale a été reconduite à son poste pour une deuxième fois.

C’était l’euphorie à l’espace événementiel allsaints, de l’avenue Blackburn, où étaient réunis les partisans libéraux. Ils ont scandé à tue-tête le nom de la députée « Nathalie ! » à son arrivée. 

« Merci, je ne vous décevrai pas ! Je vais continuer à donner tout ce que j’ai pour Ottawa-Vanier », a lancé d’emblée celle qui a été reconduite à son poste de députée.

Les piliers du temple libéral ont été ébranlés jeudi soir. Bien que déçue pour ses collègues, Mme Des Rosiers affirme ne pas être effrayée par ce revirement de situation. Elle n’a pas caché sa déception de voir les rouges perdre  leur majorité. 

« C’est triste de voir autant de collègues libéraux quitter, mais je sais que le Parti libéral va survivre », a indiqué Nathalie Des Rosiers qui occupait le poste de ministre des Richesses naturelles et des Forêts avant la dissolution de l’Assemblée législative. L’idée de travailler sous un gouvernement progressiste-conservateur n’est pas un obstacle selon elle.

« Je travaillais déjà beaucoup avec les collègues des autres partis quand j’étais ministre. C’est ma façon de travailler », confie-t-elle. 

Mme Des Rosiers et sa rivale néo-démocrate, Lyra Evans, se sont donné une chaude lutte au cours de la soirée. À 23 h, jeudi, la candidate libérale a obtenu 43 % des votes alors que 92 boîtes de scrutin sur 115 étaient dépouillées. La candidate néo-démocrate, Lyra Evans, compte 31 % des voix devant le candidat progressiste-conservateur, Fadi Nemr qui a remporté 20 % des votes.

Parmi les enjeux importants, Mme Des Rosiers cite le logement abordable, l’aide aux sans-abri les soins aux aînés et la francophonie.

« Que Doug Ford ne parle pas français ça va poser certains défis, mais il va se rendre compte de la nécessité du poids des francophones. C’est quelque chose que je vais continuer de défendre », martèle la députée d’Ottawa-Vanier.

Mme Des Rosiers a été élue pour la première fois dans la circonscription lors de l’élection partielle de novembre 2016. Elle succédait alors à Madeleine Meilleur.

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury est venu encourager la députée provinciale. Il était satisfait de l’issue du vote dans la circonscription. Il espère que, même si plusieurs libéraux n’ont pas été reconduits au pouvoir et que le gouvernement provincial ne sera plus aux mains du PLO, les dossiers locaux seront débattus à Queen’s Park. « En 2010, quand Mauril Bélanger était élu au fédéral il était dans le parti d’opposition et nos dossiers ont quand même avancé. C’est sûr que le provincial a un impact direct sur les villes. Tout dépend de qui va être dans le cabinet. On va voir et travailler avec eux », soutient M. Fleury.