Élections ontariennes

Les députés fédéraux réagissent à la victoire de Doug Ford

Le député libéral de la région de Toronto à la Chambre des communes, John McKay, croit que la victoire des progressistes-conservateurs en Ontario ouvre la voie à un affrontement fédéral-provincial sur la lutte aux changements climatiques.

Le député fédéral s’attend toutefois qu’Ottawa exerce son pouvoir de juridiction et impose une taxe sur le carbone en Ontario, peu importe ce qu’en pense le futur gouvernement de Doug Ford.

Au terme du scrutin de jeudi, les progressistes-conservateurs de Doug Ford ont remporté la majorité des sièges en s’appuyant sur une plateforme qui promet d’abolir le système de plafonnement et d’échange de crédits de carbone.

Le chef de parti a aussi promis de faire appel à la Cour suprême dans le but de bloquer toute tentative du gouvernement fédéral d’imposer une taxe sur le carbone à la province.

Selon la loi fédérale, chacune des provinces doit adopter un plan de tarification des émissions de carbone avant la fin de l’année en cours. Si ces critères ne correspondent pas aux standards fédéraux, un tarif national sera imposé.

Au moins une province, la Saskatchewan, a déjà menacé de déposer une poursuite contre Ottawa si le gouvernement fédéral impose un tarif sur le carbone sur son territoire.

La députée conservatrice Marilyn Gladu a qualifié la victoire de Doug Ford de sonnette d’alarme pour les libéraux de Justin Trudeau afin que ceux-ci écoutent les préoccupations des citoyens au sujet de la taxe sur le carbone.

Selon elle, avec un gouvernement dirigé par Doug Ford, l’accord de bourse du carbone entre l’Ontario, le Québec et la Californie, qui représente le deuxième plus grand marché du genre sur la planète, est voué à disparaître.

Élections ontariennes

Les maires de l’Est espèrent une collaboration

Bien des électeurs de l’Est ontarien n’entrevoyaient pas une vague aussi forte du parti progressiste-conservateur. Maintenant que la vague bleue est passée, les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) espèrent être entendus à l’Assemblée législative.

«Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si fort pour les conservateurs, mais il faut croire que Mme (Amanda) Simard a fait son travail et ça a été payant», a souligné pour le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins.

Élections ontariennes

Watson est peu surpris des résultats

Au lendemain de l’élection générale en Ontario, le maire d’Ottawa est prêt à travailler avec le nouveau gouvernement provincial. Il a bon espoir d’obtenir les appuis nécessaires pour appuyer les priorités locales.

«La priorité numéro un pour nous, c’est le train léger et M. Ford m’a dit personnellement et dans une lettre qu’il appuie la 2e étape. C’est une bonne nouvelle pour la ville. Je vais continuer de travailler avec les députés des deux côtés de l’Assemblée législative pour promouvoir les priorités», a déclaré Jim Watson vendredi matin.

Élections ontariennes

«On va voir comment ça va se dessiner»

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) ne cache pas qu’elle aura « du pain sur la planche pour établir de nouvelles relations », mais accueille positivement l’élection d’un gouvernement progressiste-conservateur majoritaire, soutenant ne pas être trop inquiète pour la poursuite du dialogue sur les enjeux franco-ontariens.

« Ces résultats-là, ce n’est pas vraiment une surprise, car les sondages s’alignaient pas mal dans cette direction-là. Et étant donné que nous ne sommes pas une organisation partisane, on parle à tous les partis politiques et nous avions déjà établi des contacts avec ces gens-là au fil des ans. La différence, c’est qu’ils étaient du côté de l’opposition et qu’ils pourraient maintenant se retrouver ministres. Oui, il y a aussi de nouveaux visages, mais c’est à nous de les informer et de nous faire connaître. On connaissait également les 21 députés du NPD [dans l’ancienne législature] », soutient le président Carol Jolin.

Élections ontariennes

Simard élue dans Glengarry-Prescott-Russell

Après trois décennies de règne libéral, les progressistes-conservateurs ont finalement percé la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell (GPR). Les sondages auront eu raison avec la victoire de la candidate Amanda Simard avec 41 % des suffrages, contre 31,7 % pour son opposant libéral, Pierre Leroux.

Pour la première fois de son histoire, la circonscription sera représentée par une femme à l’Assemblée législative. La région sera également représentée par sa plus jeune députée, âgée de 28 ans. 

« C’est historique et on est tellement fier des résultats. On savait ce que ça pouvait représenter si on gagnait. Les gens voulaient du changement et c’est exactement ça qu’ils ont eu », a souligné Mme Simard. 

La stratégie des conservateurs locaux, soit de concentrer tous les efforts sur la campagne porte-à-porte, aura finalement porté ses fruits.  

« C’est définitivement le travail sur le terrain qui nous a donné un avantage. On a cogné à plusieurs milliers de portes. On a parlé à plusieurs gens et on a entendu ce qu’ils avaient à dire », a ajouté Mme Simard.

Actualités

Lalonde sauve les meubles dans Orléans

La députée et ministre sortante Marie-France Lalonde a réussi à sauver les meubles pour les libéraux dans Orléans, la bataille dans ce comté « baromètre » ayant été moins serrée qu’anticipée par plusieurs depuis le départ.

La politicienne de 47 ans, réélue pour un second mandat, l’a emporté en décrochant 39 % des voix, alors que son plus proche adversaire, le progressiste-conservateur Cameron Montgomery, a obtenu la faveur de 35 % des électeurs.

Élections ontariennes

Un gouvernement majoritaire pour Ford en Ontario

TORONTO - La boussole politique pointe directement vers la droite en Ontario.

Doug Ford et ses progressistes-conservateurs ont mis fin jeudi plus de 14 ans de règne libéral en étant porté au pouvoir. Ils formeront même un gouvernement majoritaire.

Leur victoire est si convaincante que la chaîne Radio-Canada n'a attendu que 15 minutes après la fermeture des bureaux de scrutin pour la prédire. Et cinq minutes plus tard, le réseau annonçait que ce gouvernement serait majoritaire.

Le Parti progressiste-conservateur pouvait espérer envoyer 75 des leurs à l'Assemblée législative de l'Ontario. La majorité est de 63. Les bleus ont fait élire 74 de leurs candidats et menaient dans une course.

Le premier ministre élu a fait fi des traditions des soirées électorales en prononçant son discours de victoire avant ses principaux rivaux.

«C'est incroyable! Je n'oublierai jamais la confiance que vous me faites», a-t-il lancé.

«Vous avez envoyé un message clair: un message d'espoir et de prospérité», a-t-il ajouté.

M. Ford, qui n'a pas oublié de parler de son défunt frère Rob - l'ancien et controversé maire de Toronto -, a fait référence à son slogan électoral «L'aide s'en vient» en poussant: «l'aide est arrivée».

Il a promis un gouvernement qui fera preuve d'intégrité, de transparence, et qui sera imputable de ses décisions.

«Nous réduirons les taxes, nous ferons baisser le prix de l'essence. On va laisser votre argent dans vos poches. On va investir dans les domaines qui comptent pour vous», a-t-il dit, fier comme un paon.

L'avocate Caroline Mulroney, la fille de l'ancien premier ministre fédérale Brian Mulroney, qui se présentait sous les couleurs conservatrices, a été élue députée de la circonscription de York-Simcoe.

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau a transmis ses félicitations à M. Ford.

«Je suis impatient de travailler avec le nouveau gouvernement provincial pour créer de bons emplois pour la classe moyenne et faire de l'Ontario un carrefour de calibre mondial en matière de technologies innovatrices et durables, en plus de bâtir des infrastructures qui répondent aux besoins des Ontariens», a déclaré M. Trudeau par voie de communiqué.

Le Nouveau Parti démocrate formera l'opposition officielle. La formation dirigée par Andrea Horwath compte 39 élus.

«Je ne peux pas être plus fière que nous ayons offert une vision positive», a-t-elle déclaré.

Mme Horwath a promis que son parti formera une opposition positive et constructive. Elle a rappelé à Doug Ford que la population n'avait pas voté en faveur pour des coupes dans le secteur de la santé ou dans les écoles. «Les néo-démocrates continueront de travailler fort pour protéger les travailleurs, les aînés et les jeunes», a-t-elle souligné avant d'ajouter en français: «Vous pouvez compter sur nous».

Les deux partis ont profité de la dégringolade annoncée du Parti libéral qui formait le gouvernement. La formation pourrait même perdre son statut de parti officiel, ne pouvant espérer faire élire que sept candidats, dont leur chef, Kathleen Wynne, un des pires résultats de leur histoire. Mme Wynne a été élue dans la circonscription de Don Valley-Ouest.

Mme Wynne a déjà annoncé sa démission à titre de chef du parti.

«J'ai demandé au président du parti de lancer le processus pour nommer un chef intérimaire, a-t-elle annoncé à ses partisans. Il y a une nouvelle génération. Je passe le flambeau à cette génération.»

Après avoir reconnu que le parti avait connu «une soirée difficile», elle a exhorté les libéraux à ne pas s'attarder devant les résultats désastreux. «Nous devons être fiers de ce que nous avons accompli», leur a-t-elle rappelé.

Les ministres Charles Sousa (Finances), Glenn Thibeault (Énergie) et Helena Jaczek (Santé) figurent parmi ceux qui ont été emportés dans la débâcle.

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, a réussi son parti. Élu dans la circonscription de Guelph, il deviendra le premier membre de son parti à siéger à Queen's Park.

«C'est la fin d'un chapitre et le début d'un nouveau pour moi, le Parti vert et l'Ontario», a lancé M. Schreiner à ses partisans.

Doug Ford et Andrea Horwath ont été élus dans leur comté respectif.

Au chapitre des suffrages exprimés, les conservateurs font mieux que prévu. Ils obtiennent 40,5 pour cent du vote, comparativement à 33,7 pour cent pour le NPD, 19,5 pour cent pour les libéraux et 4,6 pour cent pour les Verts.

Élections ontariennes

Ottawa-Centre passe au NPD

La circonscription d’Ottawa-Centre, détenue depuis le milieu des années 1990 par les libéraux, tourne orange. Le néodémocrate Joel Harden a remporté son élection. Au moment d’écrire ces lignes, M. Harden avait recueilli 45,9% des voix après le dépouillement de 117 des 122 boîtes de scrutin. Il détenait une avance de plus de 8000 de majorité.

M. Harden, un organisateur communautaire qui enseigne à l’Université Carleton, détrône ainsi le libéral Yasir Naqvi qui avait été élu député d’Ottawa-Centre en 2007, avant d’être reporté dans ses fonctions en 2011 et 2014.

M. Naqvi, qui a occupé les postes de procureur général et de ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels et de ministre du Travail sous le gouvernement de Kathleen Wynne, a récoltait 32,9% des bulletins de vote avant d’aller sous presse. La progressiste-conservatrice, Colleen McCleery, termine la soirée en troisième position. Sa récolte était de 16% des voix avec encore cinq bureaux à dépouiller.

C’était littéralement la fête au local 216 du bâtiment Centre Avenue où plusieurs militants néodémocrates étaient rassemblés. Il était à peine un peu moins de 21h30 lorsque M. Harden a été sacré gagnant. Ce dernier est presque aussitôt monté sur le podium pour offrir un discours de quelques minutes, avant d’enfourcher sa guitare acoustique l’instant d’une pièce afin de célébrer avec la foule.

Élections ontariennes

Des Rosiers résiste dans la défaite des libéraux

Les électeurs d’Ottawa-Vanier ont opté pour la continuité en réélisant la députée libérale Nathalie Des Rosiers. La circonscription se teinte de rouge depuis 1971.

Un peu moins d’une heure après la fermeture des bureaux de vote, la libérale a été reconduite à son poste pour une deuxième fois.

C’était l’euphorie à l’espace événementiel allsaints, de l’avenue Blackburn, où étaient réunis les partisans libéraux. Ils ont scandé à tue-tête le nom de la députée « Nathalie ! » à son arrivée. 

« Merci, je ne vous décevrai pas ! Je vais continuer à donner tout ce que j’ai pour Ottawa-Vanier », a lancé d’emblée celle qui a été reconduite à son poste de députée.

Élections ontariennes

MacLeod réélue dans Nepean

La députée progressiste-conservatrice Lisa MacLeod aura de la compagnie d’Ottawa à Queen’s Park.

Mme MacLeod a obtenu sans surprise jeudi un cinquième mandat de la part de ses électeurs. Elle risque fortement de faire partie du conseil des ministres du nouveau gouvernement ontarien.

« Aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle ère de prospérité pour la province de l’Ontario sous un gouvernement de Doug Ford », a lancé Mme MacLeod devant ses partisans jeudi soir.

Lisa MacLeod a été élue dans la nouvelle circonscription de Nepean avec 45% des suffrages. Elle était la seule députée du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario venant d’Ottawa. Elle représentait la circonscription de Nepean-Carleton à Queen’s Park depuis 2006.